AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Maintenance du forum ce 23/07 à 14h =D
Pour soutenir le forum ♥
n'hésitez pas à nous laisser un petit mot sur Bazzart & PRD
GROUPES
Merci de privilégier les Esprits (en priorité), Humains et Démons,
ainsi que sorciers voudouns lors de votre inscription! ♥

Partagez | .
 

 Lucas Duplessis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
I'm a Human fighting for his own
avatar
Lucas A. Duplessis
❝ I'm a Human fighting for his own ❞
Messages : 493 Points : 3759 Date d'inscription : 15/03/2016 Age : 32 Localisation : Là où il y a des emmerdes
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 30 Oct - 21:52.
Lucas Adrien Duplessis
Avatar: Gaspard Ulliel


avatarpv

Carte d'identité

Statut: Simple humain
Âge: 32 ans
Métier: Lieutenant de police (actuellement chargé de la sécurité dans les camps de survie).
Lieu de naissance: La Nouvelle-Orléans
Don: Aucun (aime s'attirer des ennuis ne compte pas !)
Particularités: Voit certains esprits depuis qu'il a frôlé la mort quand il avait 16 ans (a été poignardé par un homme possédé). A perdu un rein à ce moment là.
Avis sur le surnaturel: Lucas croit aux esprits depuis que sa sœur est morte et qu'il a pu parler à son fantôme. Il a vu trop de choses au cours de sa vie dans cette ville pour ne pas croire à tout ça ! Il fait attention à ne pas trop côtoyer les sorciers. On ne plaisante pas avec la magie. Malgré tout ce qui est arrivé, il ne diabolise pas la surnaturel. Le bien et le mal existe autant chez les humains que chez les autres. En revanche, il ne croit pas aux démons... Pas encore.
Membre du: Sine Iudicio



Caractère
Lucas est plutôt du genre ombrageux et taciturne. Excellent flic à l'intuition quasiment sans faille et aux méthodes d'investigation exceptionnelles, il souffre néanmoins d'un petit problème de contrôle. Il se moque des convenances et des protocoles, ce qui lui a déjà valu pas mal d'ennuis avec ses supérieurs. Lucas est une tête brûlée. Sans être irréfléchi ou idiot, il est impulsif et impétueux. Il ne redoute pas grand chose et a un rapport assez singulier avec la mort, mettant sa vie en danger comme si cela n'avait pas d'importance. Les règlements ne sont pas vraiment faits pour lui. S'il appréhende un suspect, il n'hésitera pas à le tabasser si celui-ci lui résiste. Il a un côté violent et insoumis qu'il n'a jamais vraiment réussi à juguler, tout juste à contrôler pour un temps donné. Mieux vaut qu'il soit avec un co-équipier aux nerfs solides, capable de lui faire entendre raison. Autant dire qu'ils sont peu à apprécier de travailler avec lui. Mais voilà, ses résultats sont là. Il a un joli palmarès d'arrestations à son actif.
Issu d'une riche famille française au nom illustre, il est fier de son nom et de ses origines. Les Duplessis faisaient partie des premiers colons français et se revendiquant comme les dignes héritiers des Acadiens. Ainsi Lucas est un cajun, arrogant, ironique, mordant, flegmatique, capable d'accès de colère ravageurs. Mais il a l'esprit aiguisé, et se fie à ses intuitions. Fidèle envers ses proches, il est prêt à bien des sacrifices pour eux. Il a un sens de la justice bien particulier. S'il est devenu flic, c'était parce que jouer les justiciers sans être couvert était un brin dangereux. Il veut mettre en taule les pourritures qui sévissent en liberté. Éviter que les innocentes soient violées et tuées comme l'a été sa sœur. Il n'a aucune pitié pour eux.
Derrière ce côté de gros dur qui joue des poings, se cache pourtant un homme raffiné et cultivé, qui parle peu mais bien quand il s'en donne la peine, allant droit au but sans se perdre en détours inutiles. Avec ses proches, malgré ses piques constantes, il se montre affectueux et aimant. Le fait d'avoir perdu sa sœur dans des circonstances aussi horribles ont balayé le gentil gamin d'avant, en faisant un adolescent rebelle et flirtant avec l'illégalité, avant que l'adulte ne se forge une carapace épaisse, peu enclin à laisser quoique ce soit l'atteindre.


Histoire
Lucas est le premier né de la riche famille Duplessis. Papa est un riche négociant, maman, un procureur émérite. Ils ont trente ans quand naît leur premier fils, qui perpétuera ainsi le nom, comme tous les hommes de la famille avant lui et ce, depuis le 17e siècle. Ainsi porte-t-il déjà sur ses frêles épaules de nourrisson les ambitions paternelles. C'était en janvier 84. Une naissance accompagnée de celle d'une petite fille, quelques minutes plus tard. Un garçon, une fille... Des jumeaux. Que demander de plus ? Lucas et Constance furent donc accueillis comme il se doit par la famille, ayant une nourrice pour eux, qui leur racontait des histoires d'esprits, de fantômes et de vaudou. Des histoires qui bercèrent leur enfance, les terrifiant et les ravissant pourtant. Fusionnels, ils firent tout ensemble... Leurs premiers pas, les premiers mots. Lucas n'était pas toujours le premier d'ailleurs. Le petit garçon était espiègle, capricieux, vif, toujours en mouvement, très câlin envers sa mère et protecteur avec sa sœur. Une autre enfant vint au monde quelques années plus tard, agrandissant la famille. Jamais elle ne parvint vraiment à se faire une place entre les deux aînés, même s'ils ne l'exclurent pas vraiment. Mais il n'y avait pas la même complicité entre la cadette et les aînés, c'était ainsi.

La vie de la petite famille bascula un soir de juin 2000. Lucas et Constance étaient sortis au cinéma, puis avaient traîné pour boire un verre. Ils avaient 16 ans. Ils sortaient souvent ensemble. Ils étaient dans la même classe et avaient les mêmes amis, la même bande de copains. Lucas sortait avec Juliet, une jeune fille de leur groupe, mais elle devait prendre son parti de laisser un peu de mou et de partager le jeune homme avec sa sœur. L'adolescence n'était pas un moment facile, Lucas étant souvent en conflit avec ses parents, de même que Constance. Ils n'écoutaient pas toujours, râlaient souvent quand on leur demandait quelque chose, faisant front ensemble contre l'autorité parentale. Ce soir, ils étaient sortis contre l'avis parental. Ils avaient abandonné la partie, de guerre lasse... Si seulement ils s'étaient montrés un peu plus fermes... Combien de larmes, de disputes, de culpabilité auraient alors été évités ? Personne ne le saurait jamais...

Il était une heure du matin environ. Les rues n'étaient pas toujours sûres et bien famées, même si on pouvait entendre le brouahaha de fêtes improvisées, de musiciens de rues, au loin. Et à 16 ans, on se pense invincible, au dessus de tout... Mais il est des prédateurs qui sortent la nuit tombée... La pire espèce qui soit. Lucas n'eut pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait quand une lame se planta au creux de ses reins et qu'il s'effondra, avant qu'un coup de pied ne le mette KO. A moitié dans les vapes, il entendit pourtant sa sœur hurler brièvement, avant que cela ne s'arrête. Le bruit des fêtes couvrait le bruit et ils étaient seuls au monde. Il aurait aimé l'aider, mais il ne pouvait plus ouvrir les yeux... Juste écouter les menaces et insanités de l'homme, les pleurs de sa sœur... Il y eut un ricanement et un bruit écœurant de lame qui perfore la chair... Pourtant, quelqu'un avait du entendre les cris suspects, car des sirènes résonnèrent. La police ? Cela fit fuir l'homme et Lucas se permit un chuchotement :

« Ça va aller Nane. »

Mais il ne reçut aucune réponse... Il ouvrit péniblement les yeux, le sang lui brouillant le regard. Bon sang le type ne l'avait pas loupé... Il avait froid, alors qu'il maculait le bitume de son sang. Il pouvait voir une silhouette affaissée non loin de lui... Il appela sa sœur, en vain. Un homme vint près de lui, posant son index sur sa gorge, parlant fort alors que ça crachotait dans le talkie walkie. Ce qu'il retint surtout, ce fut le fait qu'il n'y avait pas de pouls chez la jeune fille. Impossible... Lucas sombra mais des larmes maculaient son visage.

***

Il sentit une douce chaleur l'envahir, alors que la lumière semblait partout autour de lui. Il put voir la silhouette de sa sœur qui lui souriait tristement.

« Nane... bon sang, je te pensais morte, j'ai eu si peur ! »

Il se précipita vers elle, mais n'étreignit que le vide. Il jeta un regard d'incompréhension à sa sœur.

« Regarde autour de toi... »

De la lumière, aveuglante. Rien d'autre.

« On est où ? »

« Je ne sais pas vraiment... Quelque part entre deux mondes je crois. »

« Comment ça ? »

« Lucas, je n'ai pas survécu. »

« Mais... »

« Je crois qu'il faut nous dire au revoir. »

« Non... Je viens avec toi. »

« Non Lucas. Ce n'est pas ton heure. »

« S'il te plaît, reste avec moi... »

« Je serais toujours un peu avec toi. »

« Je suis désolé, on n'aurait pas du sortir, je n'ai rien pu faire... »

« Tu ne pouvais rien faire. Ce n'est pas ta faute Lucas, d'accord ? S'il te plaît, ne t'en veux pas... tu n'y pouvais rien. »

« Qu'est-ce qu'il va se passer maintenant ? Qu'est-ce que je vais faire sans toi ? »

« Tu vas vivre. Tu seras quelqu'un de bien. Ça va être difficile, mais tu y arriveras. »

« J'pourrais pas sans toi. »

La jeune fille sourit, lui embrassa le front sans le toucher en murmurant qu'elle l'aimait. Il se sentit alors arraché brutalement à ce monde cotonneux.

***

Quand il reprit conscience, une journée et demie était passée. Il ouvrit les yeux et fut agressé par la lumière crue des néons, par l'odeur d'éther... Il voulut le redresser mais il n'en avait pas la force. Des machines bipaient autour de lui. Une aiguille était plantée dans son bras. Il avait mal et se sentait vaseux.

« Il se réveille. »

« Ne t'agite pas, tu as été blessé et perdu beaucoup de sang... »

Les voix lui parvenaient de façon indistincte. Rester éveillé était trop difficile, il replongea dans le sommeil. Le réveil suivant, fut plus long et plus éprouvant. Ses parents étaient là. Sa mère avait le visage défait, son père était fermé. Ils avaient perdu une fille... Tuée et souillée de la plus horrible des façons. Elle avait souffert avant de mourir. Et il lisait dans leurs regards la condamnation. Quand ils voulurent lui apprendre pour la mort de sa sœur, il les coupa, affirmant qu'il savait, qu'il l'avait vu. Ses parents crurent à un délire de son inconscient comateux. Lui, il était persuadé que tout cela s'était réellement passé.

Il resta un mois à l'hôpital. Le rein avait été endommagé par le coup de poignard. Irrécupérable, il avait été enlevé. De cette agression, Lucas garde une cicatrice à cet emplacement et un rein en moins. Ce qui ne l'empêche pas de vivre normalement. Il reçut la visite des flics qui menaient leur enquête, mais il ne pouvait rien leur dire, n'ayant rien vu. Ses relations avec ses parents se dégradèrent à vitesse grand V. Tellement de non dits... Qui explosèrent au cours d'une dispute quand le père de Lucas lui asséna que c'était sa faute si Constance était morte. Cela choqua l'adolescent qui n'avait pas besoin de cela après ce qu'il avait vécu. Lucas se renferma, n'adressant plus la parole à ses parents, sinon pour être insolent. On lui fit voir un psy, sans succès. Il tourna mal, sortant jusque pas d'heure, échappant au contrôle de ses parents. Il se renseigna sur la vie après la mort, les fantômes... la vaudou. Ici, c'était l'endroit rêvé pour voir des esprits. Il avait un ami qui s'y connaissait, Chase. Il lui demanda alors de contacter sa sœur. D'abord, Chase refusa, avant d'accepter, pensant peut-être que cela aiderait Lucas. Mais ils firent chou blanc. L'adolescent sombra alors totalement dans l'alcool et la drogue. Quand il fut arrêté pour possession de drogue, son père intervint, ainsi que sa mère, demandant à la police de ne rien mettre sur le casier de leur fils. Ils sévirent enfin, envoyant Lucas dans une école privée, à la discipline de fer, loin des fantômes, loin d'eux, des tentations. Cela fut salutaire pour le jeune homme. Confronté à la discipline militaire, il joua les fortes têtes, mais ne gagna jamais et fut souvent puni ou de corvée. Il apprit à canaliser sa colère, à se discipliner. Il ne serait plus jamais le jeune homme insouciant qu'il avait été. Ses nuits étaient hantées par des cauchemars. Il était dévoré par la culpabilité et l'envie de venger sa sœur. C'est sans doute ce qui le conduisit à se lancer dans la police. Ses parents ayant soudoyé les forces de l'ordre de sa ville, il n'avait pas de casier. Et si Lucas était un adolescent turbulent et indiscipliné, il était capable d'être brillant à force de travail acharné et fut dans les premiers de sa promotion. Avec un dossier relatant ses problèmes avec l'autorité. Il fut néanmoins engagé et malgré son caractère impétueux, se fit aussi remarquer parce qu'il était doué. Un vrai chien de chasse, jamais il ne lâchait sa proie, remontant la piste jusqu'au bout, passant des heures éveillé au creux de la nuit à réfléchir. Il prit du plomb dans la tête, s'affranchissant de ses démons, mais gardant toujours la vengeance au creux de l'âme. Il mit 12 ans à revenir parmi les siens. 12 ans à rouler sa bosse loin des fantômes du passé, avant de revenir à la Nouvelle Orléans au décès de son père. Il ne s'était pas réconcilié avec lui avant sa mort. Il était l'enfant prodigue qui revenait au pays. Le sale gosse. Qui était devenu un homme plus dur. Quand il arriva chez lui, il fut accueilli par les larmes de sa mère qui le prit dans ses bras, saisissant son visage pour regarder quel beau jeune homme il était devenu. Par la gifle de sa sœur qui lui hurla dessus qu'il n'aurait pas du faire le mort aussi longtemps. Il avait beaucoup à se faire pardonner.

Il s'installa dans son ancienne chambre, bien décidé à trouver un appartement rapidement, étouffant dans cette maison remplie de souvenirs... Poussé par un instinct malsain, il pénétra dans la chambre de Constance, laissée en l'état depuis tout ce temps. Envahi par les souvenirs, il caressa le bord du bureau blanc, avant de prendre son ours dans la main, le portant à son visage et respirant l'odeur de la jeune fille.

Il était revenu pour les funérailles de son père, mais aussi pour rouvrir un vieux dossier. L'assassin n'avait jamais été retrouvé. Après 13 ans, c'était sans doute un peu tard, mais il ne pouvait se résoudre à abandonner. Elle méritait d'être vengée. Le violeur méritait de crever.

Comme s'il était un étranger dans sa ville, il lui fallut tout réapprendre. Il intégra la police locale. Le commissaire de l'époque était à la retraite. Personne ne savait à quel point il avait frôlé la délinquance. Mais il était un autre homme. Un flic confronté au surnaturel dans cette ville, une ville qui avait été ravagée par les catastrophes naturelles, mais qui était toujours debout et dont l'âme était intacte. Il savait pourtant que les fantômes rôdaient alors que des gens devenaient fous, que les honnêtes citoyens devenaient meurtriers... On lui assigna une nouvelle partenaire, une petite asiatique venue de New-York. Beaucoup de ragots couraient sur elle. Notamment qu'elle avait dénoncé les pratiques frauduleuses de ses partenaires, ce qui lui avait valu une mutation en bonne et due forme. Une balance. Des flics ripoux, il y en avait. Et mademoiselle ne cautionnait pas. Super. Lucas ne fermait pas les yeux sur le crime contre quelques pots de vins. En revanche, il avait tendance à outrepasser ses droits pour déchainer sa violence. Et donc l'inspecteur Yan était sans doute là pour le tenir en laisse. Autant dire que le premier contact fut assez frais. Mais la jeune femme gagna pourtant le respect de Lucas au fur et à mesure de leur collaboration et notamment lors de leur enquête sur un tueur en série. Une enquête qui dura un an et demi, avant de trouver son apogée dans un sinistre enlèvement et une mise en scène digne d'un film d'horreur, alors que le Boucher sacrifiait ses victimes, saignait les autres, usait de magie pour rassembler les ingrédients propres à sa cérémonie.

Depuis son retour à la Nouvelle-Orléans, il en avait vu et vécu des choses. Il avait retrouvé le fantôme responsable de la mort de sa sœur, il avait été pris en otage dans un supermarché (et avait causé la mort d'un otage à cause de sa grande gueule, une faute dont il ne parlait jamais mais le hantait encore), il avait assisté à la catastrophe du carnaval alors que les chars explosaient, il avait vu des fantômes égorger d'honnêtes citoyens et semer la panique... Mais cet enlèvement... Un esprit avait tenté de le posséder. Pour contraindre Jia Li à faire ce qu'on lui demandait. un avait lutté de toutes ses forces... La possession n'avait jamais été entière et l'esprit avait fini par se retirer, mais il en avait gardé des émanations spirituelles, comme une trace de sa noirceur logée au creux de son âme. Transporté à l'hôpital une fois libéré avec les autres, son énergie aspirée pour le rituel, blessé, mais surtout souillé, il avait sombré dans une dépression accentuée par les avis psychologiques qui le disaient inaptes à travailler. Il avait fallu que Jia Li vienne le trouver, sente ces relents fétides de possession et ne l'en purifie pour qu'il se reprenne en main, jusqu'alors inconscient de ce qui lui arrivait. Son mode en gris retrouvait des couleurs. Et ce retour à la vie s'accompagna d'une liaison avec sa partenaire. Purement sexuelle, évidemment... Une liaison sans prises de tête, simple, harmonieuse. Pas de contraintes. Pas de fidélité. Pas d'engagement. Secrète. Il s'était demandé comment gérer cela au travail. Et bien, le plus naturellement du monde. Au boulot, ils étaient professionnels. Et quand l'un des deux en avait besoin, l'autre était là. Tout simplement.

Malheureusement, les choses allèrent de mal en pis ensuite... On condamna la Nouvelle-Orléans à la mort en bouclant tous les accès. Personne ne pouvait entrer, mais surtout, personne ne pouvait sortir. Loi martiale, couvre-feu... Les vivants étaient coincés avec les morts, avec les sorciers maléfiques et les mediums corrompus. Les exorcistes et l'Auditio Mortis faisaient bien leur possible pour juguler l'hémorragie, mais rien ne pouvait empêcher l'inévitable. L'annonce de cette mesure extrême s'accompagna d'émeute et d'une petite démonstration de la toute puissance des morts dans un vortex quasiment infranchissable. Il y eu de nombreux morts, des centaines de blessés... La Nouvelle-Orléans sombrait dans le chaos, la délinquance. Incendies, viols, meurtres, puis séismes, inondations... Et l'apogée quand un cratère sortit du sol, une bouche sur les enfers, qui finit de ravager la ville...

Il n'y avait plus rien... Que les squelettes des riches demeures d'autrefois. Une ville fantôme. Et étrangement plus calme. Les survivants s'organisèrent. Des baraquements furent construits, alors que les gens se rassemblaient dans des camps. Reconstruire... Pour Lucas, il fallait assurer la sécurité des survivants. Son boulot de flic prenait une toute autre mesure dans ce paysage d'apocalypse. Sa mère et sa sœur avaient survécu, fort heureusement. La ville allait renaître, se reconstruire. Le fléau qui l'avait touchée pouvait en toucher d'autres, le monde le savait désormais. Il aurait pu partir bien sûr. Pour aller où ? Sa famille s'était éloignée, jusqu'à Bâton-Rouge, mais lui, il restait. Il avait une revanche à prendre ici.


Test RP
« J'te tiens enfoiré ! »

Il plaqua l'homme contre le mur, avant de le retourner violemment pour lui faire face, son bras contre la gorge de l'homme et son flingue sur sa tempe. Il passa sa langue sur sa lèvre ensanglantée. Il s'était débattu le salopard, mais c'était aussi bien, cela donnait à Lucas une occasion de se défouler, de rendre coups pour coups.

« Vas-y débats-toi, donne-moi donc une occasion de te coller une balle dans la caboche ! Tu vois pas que j'attends qu'ça ? »

« T'es un flic, tu peux pas me descendre comme ça ! »

L'autre cracha les mots, comme sûr de son bon droit et un sourire de dément s'affiche sur le beau visage de Lucas.

« Tu crois ça ? »

Il avait une voix un peu trop doucereuse en cet instant. Et une lueur de folie dans le regard. La rage qui l’alimentait en continu affleurait. Il était vraiment comme un chien de chasse, comme un limier... Il avait envie de broyer la nuque de cet homme entre ses dents. Il caressa le visage de l'homme avec l'acier froid du canon de son arme...

« Tu veux que j'te dise un truc ? »

Il chuchota à l'oreille de l'homme :

« J'en ai rien à foutre de perdre mon insigne en butant une ordure dans ton genre. »

« Tu bluffes. »

« Possible. »

Lucas asséna un coup de crosse sur la tempe de l'homme, avant de le frapper au creux de l'estomac. Le suspect s'effondra au sol en gémissant. Lucas visa et la balle fusa, perforant le genou de l'homme qui hurla. Le reste de l'équipe déboula alors, tous flingues dehors. Tranquille, Lucas sortit une cigarette et l'alluma.

« Vous en avez mis du temps les gars. »

« Bon sang Lucas, c'est un travail d'équipe, tu peux pas la jouer solo comme ça ! »

« CE TARE M'A TIRE UNE BALLE DANS LE GENOU ! »

« Fallait pas s'enfuir. »

« Je m'enfuyais pas ! Il est taré, je m'enfuyais plus, il l'a fait de sang froid ! »

« Toi, ferme-là ! Appelez une ambulance. »

Un des policiers s'exécuta alors que le chef de l'escouade, arrachait la clope des lèvres de Lucas, la jetant avec mépris.

« Ecoute-moi bien Duplessis, t'as peut être été habitué à la jouer cow boy, mais ici, va falloir apprendre à penser équipe ou je me ferais un plaisir de décrocher ta plaque de ta ceinture. »

« Compris. »

« Te fous pas de moi, je vais te faire un rapport qui entraînera ta mise à pied, fais moi confiance. »

« OK. »

« Dégage maintenant. »

Lucas eut un petit sourire goguenard avant de quitter la scène. Il s'en foutait, il avait fait ce qu'il fallait. Parfois, il n'avait plus confiance en la justice. Il ralluma une clope, avant de se diriger vers le cimetière où reposait le corps de sa sœur, dans le caveau familial. Il s'assit non loin de la stèle. Il avait prit cette habitude depuis qu'il était revenu.

« Tu vois Nane, t'avais tort. Je suis pas devenu un type bien. J'arrête les salauds, mais ils arrivent parfois à s'en tirer... Et j'ai toujours pas retrouver celui qui t'a arraché à moi... »

Et comme d'habitude, seul le silence lui répondit.


Hors Jeu
Pseudo: Nymphi
Comment as-tu connu le forum? : Et bien, je suis un peu admin quoi
Depuis combien de temps fais-tu du rp?: Plus de 10 ans xD
Impressions sur le forum: Ben il est super over classe, en toute objectivité bien entendu
Fréquence de connexion: Tous les jours !
Acceptez-vous les interventions dans vos rps?: Yep, soyons fou !
Un commentaire? : C'est moi le plus sexy Very Happy
       

       

       


Dernière édition par Lucas A. Duplessis le Dim 6 Nov - 11:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
You Call Me a Bitch like it's a bad thing...
avatar
Aedhan H. Mulligan
❝ You Call Me a Bitch like it's a bad thing... ❞
Messages : 842 Points : 4748 Date d'inscription : 25/01/2016 Age : 26
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Shatter Me - Lindsay Stirling ; Believer - Imagine Dragons ; Oh Lord - In This Moment ; Skin - Rag'N'Bone Man ; Who We Are - Imagine Dragons ; The Fighter - In This Moment ; Blood on My Name - The Brothers Bright
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 1 Nov - 10:18.
Trop de sexyness dans un seul corps c'est mal!


In chains
Somebody break these chains. Wrapped around this heart. I don't want you leaving, I'm begging for mercy, oh to break these chains. Oh heaven help me now, Trade these shackles for a crown. And I'm on my way, way down.BY PHANTASMAGORIA


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Guess we have began to blur
avatar
Quinn Lucinda Marchand
❝ Guess we have began to blur
Messages : 542 Points : 3280 Date d'inscription : 07/10/2016 Age : 18
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
https://bleuazurpommedamourcitronvert.wordpress.com/
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 1 Nov - 14:41.
Mais vous avez tous de ces histoires *.* !


Quinn Lucinda M.
Try to hear my voice, you can leave,
now it's your choice.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Demons just want to have fun
avatar
Noah J. Forester
❝ Demons just want to have fun ❞
Messages : 484 Points : 2831 Date d'inscription : 20/06/2016 Age : 26 Localisation : Sur son nouveau terrain de jeu
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 1 Nov - 14:50.
Que la force soit avec toi pour les derniers détails :super:
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Don't put the blame on me
avatar
Aaron S. Mulligan
Don't put the blame on me
Messages : 1048 Points : 2443 Date d'inscription : 30/10/2016 Age : 31 Localisation : NOLA
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Million Eyes
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 5 Nov - 13:35.
Luluuuuuu :niiih: N'oublie pas la modestie ! xD



Get ready... to fight  
sign by Wiise.
     
   
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
I am the Devil
avatar
Caïn A. Sullivan
❝ I am the Devil ❞
Messages : 257 Points : 2546 Date d'inscription : 20/03/2016
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 6 Nov - 15:54.
A part deux trois fautes d'orthographe (sûrement d'inattention te connaissant xD ) Rien à redire ^^

Donc j'ai l'immense honneur de te dire que :

Tu es validée!
Bienvenue chez les fous

Maintenant que tu as passé le plus dur, on te laisse un petit guide de navigation sur le forum!

Avant toute chose, tu peux dès à présent ouvrir ton sujet de liens et de rp's. Dans la section des rp's, tu auras également accès à quelques aides pour te trouver des partenaires de jeu avec les demandes de rp's où tu auras également l'occasion de demander des sujets concoctés par l'ô dieu connard lui même! Lorsque tes sujets seront terminés ou s'ils sont malheureusement à l'abandon, n'oublie pas de les faire archiver afin de faciliter la vie du staff =D

Tu as également à ta disposition de quoi faire évoluer ton personnage! C'est à ça que sert la boutique du forum. Tu y trouveras les évolutions typiques pour ton personnage ainsi que les demandes de phrases de rang, de changement de pseudo, d'avatars,... ainsi que les demandes de double et triple comptes! La boutique fonctionne avec des points (que tu peux retrouver dans ton profil et dans tes messages) et si tu désires en gagner, voici comment faire: gagner des points

Sache que pour l'ouverture du forum, un event a été lancé afin que tous puissent y participer et mettre les pieds dans le plat! N'hésite donc pas à rejoindre Wreak Havoc. Ce dernier est accompagné d'un flood afin que tu puisses en discuter avec les autres joueurs. Aussi, tu peux tout à fait laisser ton impression sur le forum, ce qu'il te manque au niveau du jeu ou toute suggestion dans le sujet d'annonce prévu à cet effet =D

Tu as donc toutes les clés du divin royaume! Nous te souhaitons donc une bonne visite et de joyeux rps sur HOH! (oh oh).

Bon jeuuuuuu  

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
I'm a Human fighting for his own
avatar
Lucas A. Duplessis
❝ I'm a Human fighting for his own ❞
Messages : 493 Points : 3759 Date d'inscription : 15/03/2016 Age : 32 Localisation : Là où il y a des emmerdes
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 6 Nov - 16:09.
Merci vile personne ! *sort*


Open your eyes.
don't get too close, it's where my demons hide. @ ALASKA.
 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

Lucas Duplessis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lucas di ke Aristide ekri sou fo nom lan entenet la ,
» STANLEY LUCAS, POUR QUI SE PREND IL?
» STANLEY LUCAS CONTRE-ATTAQUE
» a LA NEG EGRI,SE STANLEY LUCAS
» LUCAS a menti au sujet de fevry.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House Of Hell :: Take Me In :: Présentations :: Fiches Validées-