AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Maintenance du forum ce 23/07 à 14h =D
Pour soutenir le forum ♥
n'hésitez pas à nous laisser un petit mot sur Bazzart & PRD
GROUPES
Merci de privilégier les Esprits (en priorité), Humains et Démons,
ainsi que sorciers voudouns lors de votre inscription! ♥

Partagez | .
 

 Gerard sort du placard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
I'm a Demon lonewolf
avatar
Gerard Sleeman
❝ I'm a Demon lonewolf ❞
Messages : 20 Points : 383 Date d'inscription : 02/06/2017
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 2 Juin - 15:15.
Gerard Sleeman
Avatar: Julian Richings


avatarpv

Carte d'identité

Nom Démoniaque: Nyarlathotep
Statut: semi-démon de l'unité spéciale des imposteurs (sphère de la confusion)
Âge: 57 ans d'apparence pour un total de plus de 4.000 ans.
Métier: Psychiatre, on dit merci au patron pour ça. Qui aurait cru qu'on pouvait réellement exercer ce métier sans le moindre diplôme si on avait les bons pistons ?
Lieu de naissance: Iounou, Egypte
Don: Hurlement effroyable
Particularités: Il aime le ricard.
Avis sur le surnaturel: Aux yeux de Gerard, il s'agit sans doute de la meilleure blague que Dieu ait jamais fait aux humains... En dehors du fait de leur laisser le droit de ne pas croire en son existence, il les a en plus convaincu que ce qui fait le monde depuis sa naissance était le fruit d'une quelconque évolution scientifique plutôt que d'origine mystique. Gerard ne peut s'empêcher de ricaner face au génie de Dieu d'avoir réussit à faire de la réalité un mysticisme auquel peu d'humains croient encore aujourd'hui. Décidément, il est et restera un grand fan de l'humour de Dieu. Pour lui, ce dernier est sans doute l'essence même du chaos qu'il affectionne tant. L'incarnation de la folie et du désordre. On pourrait même presque dire qu'il est un fanboy de la Création.
Membre du: /



Caractère
Comment décrire Gerard ? Il se définit lui-même comme étant un agent du chaos. C’est là sa seule religion, sa seule croyance. Il n’y a rien qu’il ne trouve plus savoureux que de voir le monde sombrer lentement dans la folie autour de lui. Il ne saurait dire d’où vient ce que l’on pourrait presque nommer une paraphilie chez lui. Le chaos l’excite, le galvanise. Il y voit là l’ultime poésie du monde, l’essence même de sa beauté. Pour Nyarlathotep, c’est au cœur de la folie que naissent les grandes choses. Détruire pour mieux reconstruire, générer l’anarchie pour créer. C’est un phénomène qui le fascine, cette capacité qu’a le désordre à créer quelque chose sur base de rien. Et, souvent, il se surprend à souffler sur le château de carte qu’est la vie juste pour voir ce qu’il va en tirer.

C’est un fin manipulateur qui n’a pas peur de se faire passer pour un suivant. A vrai dire, c’est même quelque chose qui l’amuse beaucoup. Donner la sensation à l’autre d’être celui qui a le contrôle alors que, dans l’ombre, il calcule pas à pas les choses, menant les humains exactement là où il veut qu’ils soient. Sa patience n’a pas de limite quand il s’agit de créer le chaos. Il pourrait passer des jours voir des mois en observateur passif, ce sourire légèrement dérangeant dont il a le secret collé aux lèvres, observant sa proie sombrer lentement mais surement dans la folie la plus pure. Pour lui, il n’y a pas plus beau spectacle que le moment précis où l’esprit humain se brise. Lors de ce moment, tout est possible. Et c’est avec un gout sans fin qu’il observe la saveur de son travail. A ses yeux, briser correctement un esprit est un travail d’orfèvre. Bien sûr, il pourrait être de ces démons qui cognent avant de réfléchir, tuant tout ce qui passe sous sa main… Mais ce n’est pas cela qui le fait vibrer. Il préfère de loin l’art noble et subtil de son artisanat. Briser quelqu’un va à ses yeux plus loin que de le démembrer jusqu’à ce qu’il supplie pour la mort. Non, là où Gerard se complais, c’est dans la folie pure et dure, la paranoïa et l’angoisse constante. Il aime être petite voix qui murmure au creux des oreilles, semant le chaos.

A côté de cela, c’est un démon qui a un humour qui lui est bien propre. Prenez le sexe, par exemple. C’est une farce dont le ridicule le fait toujours rire. Pas qu’il ne se laisse pas lui-même aller au plaisir de la chair de temps à autres. C’est juste que tout le foin qu’en fond les humains le laisse toujours terriblement amusé. La fidélité, la tromperie, les pulsions incontrôlables. Franchement, Dieu a le don de se montrer drôle quand cela concerne ce genre de chose. Même au milieu de ses comparses, Gerard a du mal à comprendre et assimiler l’hyper-sexualisation dont certains savent faire preuve.

Il y a peu de personnes avec lesquelles Gerard ne porte pas l’un de ces fameux masques. On ne l’appelle pas le démon aux 999 visages pour rien. Par amour du chaos, le démon est capable de se glisser dans n’importe quel rôle, presque de laisser tomber son amour propre. Il est difficile de savoir ce qu’il pense vraiment bien que ça ne soit pas impossible. Un bon observateur pourra voir aux travers ses expressions et son ton de voix. Mais lorsqu’il ne porte pas l’un de ses fidèles masques, Gerard est un homme froid et distant. Cependant, il reste une personne ayant besoin d’affection sous quelque forme que ce soit. Que ce soit l’étreinte d’un éventuel proche, la fascination malsaine de l’une de ses victimes ou les personnes se penchant sur le culte fictif que lui et Yog-Sothoth on fait rédiger par H.P. Lovecraft, tout est bon à prendre. Trop longtemps seul, il finit par dépérir. On ne peut nier qu’il a besoin de sentir qu’il génère une sorte de fascination, toute aussi morbide puisse-t-elle être, chez les autres.

Il n’est pas particulièrement fan de la violence physique. Il trouve cela barbare et très peu distingué. Pour lui, tout ce que l’on peut obtenir en frappant, maltraitant et tuant peut être obtenu par des moyens plus élégants. Il a d’ailleurs assez peu de respects pour les personnes qui frappent avant de réfléchir. Ce sont des personne vers lesquelles il aura tendance à se tourner, avide de briser un esprit qu’il jugera trop rapidement comme fragile.


Histoire
L’histoire de Nyarlathotep commence avant même sa naissance. Iounou, début de l’été, quelques 2.000 années avant Jésus Christ. C’est là que toute cette folle histoire commence. Deux amis, deux démons se faisant passer pour des hommes d’origines grecques se laissent aller à la douce engeance qu’est la picole. Et ils boivent. Ils boivent plus qu’aucun humain ne pourra jamais boire. Morts ivres, leurs rires résonnent dans les rues de la ville. Titubant et trébuchants, ils abordent le sujet de leur fertilité respective. Le ton monte entre les deux amis. Il ne faut pas plus de quelques minutes avant que le pari le plus tordu de l’époque ne voit le jour. Ils se donnaient cinq ans. Cinq ans durant lesquels ils devront l’un comme l’autre engrosser un maximum de femme dans cette ville. L’acte doit être consentant ou alors l’enfant ne sera pas comptabilisé. Le but ? Un stupide combat de virilité. Mais au lieu de sortir leur vi pour en comparer la taille et la circonférence, ils trouvaient cela plus amusant de comparer leur virilité en se créant un arbre généalogique qui aurait filé la migraine à n’importe quel membre de leur descendance essayant de retracer son arbre généalogique.

Nyarlathotep fut l’un des enfants nés de ce pari, au même titre que bon nombre de ses demi-frères et demi-sœurs.

Son enfance n’a pas grand-chose de notable. Juste un enfant au milieu des autres. Sa peau pale le démarquait des autres, au même titre que les autres enfants du démon. Un symbole qui le poursuivra de tout son vivant. Comme tous les enfants à la peau pale, c’est très jeune qu’il a commencé à voir des choses qu’il ne comprenait pas. Rapidement, les enfants à la peau pâle ont été plus ou moins stigmatisés comme étranges et le fruit d’un amour malsain. Autant que possible, les autres essayaient de se tenir loin d’eux. Forcément, les enfants de démons se regroupèrent entre eux, faisant de leur différence une force, partageant leur vision, apprenant de leurs erreurs et de leurs échecs. Et c’est sans doute dans ce rassemblement né de la peur de la différence que toute cette folle histoire prit racine.

Ils étaient jeunes, eux tous, descendance indésirable qu’ils étaient. Et même lorsque l’oppression compresse le groupe, cela n’empêche pas ce dernier de se fissurer de l’intérieur, de lentement commencer à pourrir sur lui-même. D’un autre côté, il y avait peu de chances que tout cela se passe sans problème. Malgré leur union à priori solide, ils restaient des enfants. Des enfants dérangés par le monde des morts. Nyarlathotep a rapidement cessé de compter le nombre de fois où il se réveillait en criant après avoir rêvé de la mort de certains défunts. Ces nuits-là étaient longues et difficiles. Il se faufilait hors de chez lui et allait marcher dans les rues désertes de la ville, les mains sur les oreilles, essayant de chasser les stigmates des derniers instants des esprits qui le hantaient. Du sang, de la violence, de la peur. La mort. Aucun enfant ne devrait avoir à se confronter à tout cela si tôt.

Et puis, il y avait cet enfant. Cet enfant à la laideur incroyable et à la démarche étrange. Cet enfant qui malgré son apparence repoussante était celui qui les regardait de haut, qui les jugeait. Nyarlathotep le détesta au premier regard. Il n’aimait pas la condescendance qui se dégageait du gamin, il brulait de lui imposer sa vision du monde. Plusieurs fois, ils en vinrent aux mains, même si leur guerre se déroulait plutôt sur le terrain de l’esprit et de la manipulation. Jeune arrogant qu’il était, il revint à la charge plusieurs fois. Encore et toujours, inlassablement.

Et puis, il y eut Niggurath. Elle était splendide. L’innocence à l’état pure. Leurs mères se connaissaient. Elles étaient toutes les deux tombées dans les bras du même homme. Elle était sa petite sœur et ils étaient plutôt proches. Voisins, elle se glissait dehors pour le rejoindre lorsqu’il se réveillait à cause de ces cauchemars qui le pourchassaient depuis son enfance. Il n’y a jamais eu une once de romance entre eux. Après tout, ils étaient frère et sœur. Mais on ne pouvait nier qu’il y avait quelque chose qui se dégageait du duo. Une espèce de calme apaisant, comme s’ils pouvaient se comprendre d’un regard. Quand Nyarlathotep se rendit compte de Yog-Sothoth avait un faible pour sa sœur, il mit un point d’honneur à passer le plus de temps possible avec elle pour le plaisir pur de mettre des bâtons dans les roues de cet homme qu’il n’avait jamais réellement pu supporter.

Puis le temps passa. La situation évolua, les enfants grandirent. Ils étaient plus d’une trentaine. Une trentaine de médiums connus pour amener la mort là où ils passent. Pas qu’ils aient été des meurtriers en puissance ou quoi que ce soit… Mais leur capacité à voir et communiquer avec le monde de l’au-delà dérangeait au possible. Il était plus facile de les taxer de dégénérés ou de fous que de donner de l’importance à leurs visions et possessions. Lentement, au fil du temps, même les plus réticents finirent par s’approcher du groupe et des lois commencèrent à se construire. Ce fut sans doute la première fois qu’un tel rassemblement de médium eu lieu au même endroit et ces jeunes gens n’avaient pas le moindre indice sur ce dont ils étaient capable dans les faits, ou même sur ce qu’ils étaient réellement.

Mais lorsque vint le moment de chercher à hiérarchiser tout cela pour rendre la chasse aux fantômes qui rendaient leur quotidien insupportable plus organisée, le groupe commença à se déchirer. Comment accepter que l’un donne des ordres aux autres alors qu’ils étaient tous pareils dans le fond ? Rapidement, deux leaders commencèrent à dépasser de la tête et des épaules. En retrait, Nyarlathotep observait ces deux hommes qu’il n’estimait pas vraiment. Azathoth et Yog-Sothoth. L’un comme l’autre étaient sans doute les médiums les plus puissants de leur groupe. Les factions se créèrent. Nyarlathotep resta au milieu du jeu de quille un moment avant de décider à qui allait donner son allégeance. Contre toute attente, il tourna le dos à Cthulhu et Azathoth pour aller se positionner aux côtés de Yog-Sothoth. L’un et l’autre avaient depuis leur enfance mit un point d’honneur à ne pas s’entendre mais le jeune médium devait bien reconnaître une chose. Yog-Sothoth était les portes ouvertes du savoir. Azathoth était beaucoup plus violent et moins subtil. Nyarlathotep se retrouvait mieux dans la manière de faire de son vieil ennemi. Surtout que leurs joutes avaient fini par faire un certain respect entre eux au fil des années.

Être allié à Yog-Sothoth, ça sonnait comme une blague au début. Et Nyarlathotep du montrer à plusieurs reprise qu’il était bel et bien sérieux. La guerre sembla alors éclater dans le petit groupe. Chacun avait choisi son allégeance et diviser définitivement les troupes ne semblait pas être une bonne idée. Après tout, ils étaient tous tout ce qu’ils avaient les uns pour les autres. Cette guerre intestine n’avait pas de sens et les laissa meurtri plus que nécessaires. Entre frères et sœurs, ils se battaient, se massacraient. Il y eut des morts. Des deux côtés. Avant longtemps, Nyarlathotep et Yog-Sothoth furent obligés de jouer de leur ruse et leur malice pour protéger les leurs. Alors qu’Azathoth était en guerre contre Yog-Sothoth, les deux nouveaux complices cherchaient un moyen de limiter au maximum le massacre. Petit à petit, les opinions tournèrent. La volonté de Yog-Sothoth à ne pas massacrer ses pairs fut perçue comme de la faiblesse. Il ne fallut que quelques mois avant qu’ils ne soient plus que trois à résister à l’autorité d’Azathoth. Le duo malicieux et Niggurath.

Cependant, la belle allait planter un poignard droit dans le cœur des deux hommes. Métaphoriquement parlant, bien entendu. Espérant que cela ferait au moins accepter à Nyarlathotep que la guerre était finie et qu’ils avaient perdu, elle rejoignit Azathoth, laissant son frère et Yog-Sothoth seuls, vaincus. Seulement les deux hommes étaient convaincus d’être sur la bonne voie, de faire les choses comme elles devaient l’être. Mais à deux, ils n’avaient plus d’autre choix que de plier l’échine. Niggurath les avait trahis, les brisant un peu plus qu’ils ne l’étaient déjà. Ils furent tout deux obligés de se conformer aux ordres d’Azathoth.

Cependant, ce dernier n’avait pas la moindre confiance en ce duo qui lui avait donné plus de fil à retordre qu’il l’aurait cru. Des fourbes, des malicieux, des biens pensants. Il le savait. Tout le monde le savait. Ces deux hommes étaient des libres penseurs, des esprits indomptables, des personnes qui ne prenaient pas d’ordres. Ils furent donc jugés comme des éléments perturbateurs, trop dangereux pour la petite colonie de médiums. Ils furent exilés pour le crime du chaos, de l’intelligence et de la malice. Quand une guerre est perdue, il ne reste plus qu’à tourner le dos et partir en espérant ne pas se faire poignarder dans le dos par un vainqueur un peu trop zélé. Nyralathotep et Yog-Sothoth partirent donc.

Restant collé l’un à l’autre, ils voyagèrent, décidèrent de voir du pays. Et ils en découvrirent des choses… Ils fonctionnèrent en duo. Leurs années à se détester et à se tirer dans les pattes étaient loins derrières eux désormais. Leur combat et leur exile les avait rapproché. Ce qui avait été des points de friction étaient maintenant devenu de l’admiration pure et simple. Deux amis voyageant ensemble, fidèle uniquement l’un à l’autre, deux doigts d’une même main. Et cela dura… Cela dura des années. A vrai dire, cela dura jusqu’à ce que son vieil ami ne meure d’un empoisonnement alimentaire.

L’impuissance. Profonde et malsaine. Nyarlathotep n’avait personne d’autre que Yog-Sothoth. Deux amis, deux voyageurs. Le médium n’avait jamais connu perte si douloureuse, chagrin si profond. Il resta près du corps, ignorant l’odeur désagréable de la décomposition s’étant enclenchée. Il ne se nourrit plus, ne but plus. Il resta juste là, laissant la folie du chagrin nourrir sa passivité. Les jours s’écoulèrent. A moitié fou, il attrapa un livre et commença de sa voix rauque et sèche à faire la lecture au cadavre qui le regardait de ses grands yeux vitreux. Accepter la mort de son ami était au-dessus de ses forces. L’un et l’autre commençaient à se faire vieux mais jamais il n’avait pensé que cela pourrait leur arriver. La folie grignotait lentement son cerveau, le faisant crier, supplier. Il appelait Yog-Sothoth, l’implorait de soumettre à son esprit ses derniers moments. Tout pour un dernier instant en compagnie de cette âme presque jumelle à la sienne.

Au bout du quatrième jour, il crut halluciner quand son vieil ami se tenait devant lui, l’air contrit et profondément désolé. Affaiblit par le jeun, Nyarlathotep ne réagit pas directement. Le brun ne commença à se débattre que lorsque son ami lui murmura de se laisser aller, que c’était la meilleure chose à faire, que tout irait mieux après. Il agrippa cette main boursoufflée qu’il connaissait tant mais qui l’empêchait aujourd’hui de respirer. Il lui demanda de lui faire confiance, de le croire. S’accrochant enfin à la vie, le médium ne fut jamais capable de se laisser glisser vers la mort en pleine confiance. Il mourut étouffé quelques instants après, vaincu par cette poigne ferme qui recouvrait nez et bouche.

Nyarlathotep se réincarna sous forme démoniaque. Et c’est là que les choses commencèrent réellement à prendre un tournant inattendu.

Il retrouva son compère et ils reprirent juste leur route là où ils l’avaient laissé. Nantis de nouveau pouvoirs, ils commencèrent à voir un gout prononcé pour le chaos et l’anarchie grandir en eux. Ils étaient les même qu’à leur mort… Tout en étant différents. Le monde s’ouvrait à eux et ils étaient avides de le croquer à pleine dents. Et c’est ce qu’ils firent. Ils ne passèrent pas tout leur temps côte à côte. Non, esprits libre, il leur arriva de se séparer pour de plus ou moins longues périodes mais, toujours, ils finirent par se retrouver. Ce quelque chose qui brillait dans le regard de Yog-Sothoth lorsqu’il le regardait faisait frissonner Nyarlathotep des pieds à la tête. Accroc. Il était accroc aux regards des autres. Et lorsqu’il n’était pas Pharaon adulé, Nyarlathotep aimait se complaire dans ce regard si particulier qui se posait sur lui.

Car oui, Pharaon, il le fut plusieurs fois. Animé par son besoin d’être vu, d’être entendu, d’être adulé, il s’était plusieurs fois lancé dans l’entreprise. Sans doute cela était-il une douce manière de se venger d’Azathoth à sa manière. Tu nous a exilé, regarde qui dirige maintenant. Pur besoin narcissique et belliqueux que celui-là. Et alors qu’il brillait en pleine lumière, son ami se terrait dans les bibliothèques, continuant encore et toujours à absorber le savoir. Mais c’était ainsi qu’ils avaient toujours fonctionnés.  Et c’est ainsi qu’ils fonctionnèrent longtemps encore. Yog-Sothoth étudiait, observait en silence, Nyarlathotep se comportait tantôt en diva en mal d’attention, tantôt en agent du chaos. Là où le duo passait, la folie suivait. Ombre inquiétante. Ils ne s’en étaient jamais souciés. Pire même, ils s’en étaient fait une amie. Le démon chaotique la connaissait bien. Il l’avait personnellement côtoyée lors de ses derniers jours humains. Vieille connaissance que celle-là, une douceur dont il ne se lassera jamais.

Et lorsque ses pas ne le guidaient pas là où son ami de toujours se rendait, il voyageait dans les points de frictions politiques. Attiré comme une mouche par le miel, Nyarlathotep n’a jamais pu résister au challenge de devenir cette petite voix qui murmure à l’oreille d’un dirigeant. La violence n’est pas quelque chose qu’il cautionne, ce n’est pas quelque chose qu’il pratique. Non, son arme a toujours été tout autre. La folie. La folie pure et dure. Ses mains son vierge de toute trace de sang. Et si bien des guerres ont démarrées suite à son souffle murmurant sur une nuque, il ne s’est jamais jugé coupable des violences engendré par son fait. Même, il trouve cela poétique de parvenir à se faire joyeusement s’étriper les humains. Esprits faibles et fragiles.

Je tairais la totalité de son palmarès. Son histoire la plus notable étant sans doute cette fois où par ennuis et par amour du défi, lui et son compère de toujours rendirent lentement fou un certain Howard Philips. Un petit romancier qui commençait à se faire un nom. Ils lui imposèrent une version tordue et déformée de leur histoire, devenant des dieux de son œuvre. Ils placèrent les noms de leurs frères et sœurs l’air que rien, les faisant officiellement rentrer dans l’histoire. Peut-être que cela ne vaut pas la Bible ou un quelconque livre religieux mais, au moins, ils avaient leur nom dans un ouvrage. Une œuvre qui devint célèbre à travers le monde, un univers qui fera palpiter les cœurs pour encore un bon moment.

Ses pas le menèrent à NoLa. La bouche de l’enfer ouverte ? Cette nouvelle était bien trop juteuse que pour que notre duo chaotique ne se jette pas la tête la première dans l’anarchie qu’une telle chose pouvait amener. Nul doute que pour quiconque aimant la discorde, c’était the place to be. Et Gerard, car c’est le nom qu’il se donne aujourd’hui, n’a aucun doute sur le fait qu’il va passer de très bons moment dans le coin. Car, après tout… Les humains n’avaient aucune chance face à ses pairs. Peut-être sa présence arriverait à équilibrer un minimum la balance ? Il n’y a aucune gloire au massacre. Il n’y en a que dans la folie pure. Et plutôt que de voir les siens massacrer et tuer, Nyarlathotep comptait bien s’offrir un spectacle digne de ce nom. Briser des esprits n’est pas tout dans la vie… Offrir un conflit équilibré, c’est l’assurance de voir la peur, la crainte et la haine grandir d’un côté comme de l’autre. Ce que Nyarlathotep veut pour NoLa, c’est faire grossir ce tas de poudre à canon qu’est le lieu… Avant de le faire exploser en un merveilleux feu d’artifice de démence.

Et il sera là, observant son œuvre, savourant ce doux frisson d’extase alors que le monde autour de lui s’effondrera doucement, engloutit par la poisse collante de la folie.

Et il rira.



Hors Jeu
Pseudo: NyxBanana
Comment as-tu connu le forum? : Bleh
Depuis combien de temps fais-tu du rp?: Bleh
Impressions sur le forum: Bleh
Fréquence de connexion: Bleh
Acceptez-vous les interventions dans vos rps?: Oui
Un commentaire? : Bleh






Dernière édition par Gerard Sleeman le Dim 4 Juin - 23:32, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
32 cm
avatar
Benoît Salamander
❝ 32 cm ❞
Messages : 46 Points : 539 Date d'inscription : 02/06/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 2 Juin - 15:45.
Oh mon petit nounours en guimauve, que tu es beau et formidable :keur:


Si je vous le disais, qu'une douce folie a fait de moi votre ombre...

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
I'm a Demon lonewolf
avatar
Gerard Sleeman
❝ I'm a Demon lonewolf ❞
Messages : 20 Points : 383 Date d'inscription : 02/06/2017
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 2 Juin - 15:48.
Merci mon petit bisounours badass. ♥ Tu es un amour :sisi:


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
I bet you're expecting to hear a joke about ghosts, right ? THAT'S THE SPIRIT
avatar
Dàibhidh MacTavish
❝ I bet you're expecting to hear a joke about ghosts, right ? THAT'S THE SPIRIT ❞
Messages : 386 Points : 1322 Date d'inscription : 05/01/2017
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 2 Juin - 17:32.
Ce choix de personnage, ce choix d'avatar, tu sais que je t'aime toi ? :bave:

et puis ce prénom quoi !

GERAAAARD !


DEATH, UH ?
THAT'S FOR LOOSERS


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
I'm a Demon lonewolf
avatar
Gerard Sleeman
❝ I'm a Demon lonewolf ❞
Messages : 20 Points : 383 Date d'inscription : 02/06/2017
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 2 Juin - 18:22.
Je sais, je sais mon lapin en sucre. :sisi:

Merci pour l'accueil. ♥


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Is that blood ? ...No
avatar
Irwyn Laighléis
❝ Is that blood ? ...No ❞
Messages : 405 Points : 2807 Date d'inscription : 04/01/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 2 Juin - 18:51.
bfigbzmpgelgbp blkrh :withfire: :langue:

Ce personnage et cet avatar, jotem :bave: :lover:

Re-bienvenue dans le coin et je t'envoie plein de fun avec ce nouveau perso :aha: :hihi:


War is never over
Sometimes I don't know where this dirty road is taking me. Sometimes I don't even know the reason why. Well it's easier than just a-waitin' around to die

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
I'm a Demon lonewolf
avatar
Gerard Sleeman
❝ I'm a Demon lonewolf ❞
Messages : 20 Points : 383 Date d'inscription : 02/06/2017
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 2 Juin - 18:55.
Merci darling, je compte bien m'éclater :sisi:


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Don't put the blame on me
avatar
Aaron S. Mulligan
Don't put the blame on me
Messages : 1048 Points : 2443 Date d'inscription : 30/10/2016 Age : 31 Localisation : NOLA
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Million Eyes
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 2 Juin - 20:53.
Han comment c'est cool de voir la bouille de cet acteur :bril:

Bon courage pour la rédaction de ce perso qui promet xD



Get ready... to fight  
sign by Wiise.
     
   
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
You Call Me a Bitch like it's a bad thing...
avatar
Aedhan H. Mulligan
❝ You Call Me a Bitch like it's a bad thing... ❞
Messages : 842 Points : 4748 Date d'inscription : 25/01/2016 Age : 26
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Shatter Me - Lindsay Stirling ; Believer - Imagine Dragons ; Oh Lord - In This Moment ; Skin - Rag'N'Bone Man ; Who We Are - Imagine Dragons ; The Fighter - In This Moment ; Blood on My Name - The Brothers Bright
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 3 Juin - 10:59.
Gégé * n'en revient toujours pas quand même xDD *

Je ne te fais plus le speech, au besoin, tu sais tous où nous trouver! xD

Merciiiii de ne pas avoir fini ta fichette hier! XD

Bleh sur ta face toi-même d'abord :sisi:

:coeeur:


In chains
Somebody break these chains. Wrapped around this heart. I don't want you leaving, I'm begging for mercy, oh to break these chains. Oh heaven help me now, Trade these shackles for a crown. And I'm on my way, way down.BY PHANTASMAGORIA


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
32 cm
avatar
Benoît Salamander
❝ 32 cm ❞
Messages : 46 Points : 539 Date d'inscription : 02/06/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 3 Juin - 11:02.
On t'a déjà suffisamment embêtée hier poupinette, on n'allait pas en plus rajouter nos fiches gigantesques XD


Si je vous le disais, qu'une douce folie a fait de moi votre ombre...

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Don't put the blame on me
avatar
Aaron S. Mulligan
Don't put the blame on me
Messages : 1048 Points : 2443 Date d'inscription : 30/10/2016 Age : 31 Localisation : NOLA
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Million Eyes
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 5 Juin - 16:41.
Qu'il est fun Gérard :string:

Comme ton compère Benoit, je te valide! :bril: je sens qu'on va avoir un duo infernal qui va dépoter à NoLa :cass:

Et le p'tit speech pour la route, c'est ma tournée :daniels:

Tu es validé(e)!
Bienvenue chez les fous

Maintenant que tu as passé le plus dur, on te laisse un petit guide de navigation sur le forum!

Avant toute chose, tu peux dès à présent ouvrir ton sujet de liens et de rp's. Dans la section des rp's, tu auras également accès à quelques aides pour te trouver des partenaires de jeu avec les demandes de rp's où tu auras également l'occasion de demander des sujets concoctés par l'ô dieu connard lui même! Lorsque tes sujets seront terminés ou s'ils sont malheureusement à l'abandon, n'oublie pas de les faire archiver afin de faciliter la vie du staff =D

Tu as également à ta disposition de quoi faire évoluer ton personnage! C'est à ça que sert la boutique du forum. Tu y trouveras les évolutions typiques pour ton personnage ainsi que les demandes de phrases de rang, de changement de pseudo, d'avatars,... ainsi que les demandes de double et triple comptes! La boutique fonctionne avec des points (que tu peux retrouver dans ton profil et dans tes messages) et si tu désires en gagner, voici comment faire: gagner des points

Sache que pour l'ouverture du forum, un event a été lancé afin que tous puissent y participer et mettre les pieds dans le plat! N'hésite donc pas à rejoindre Wreak Havoc. Ce dernier est accompagné d'un flood afin que tu puisses en discuter avec les autres joueurs. Aussi, tu peux tout à fait laisser ton impression sur le forum, ce qu'il te manque au niveau du jeu ou toute suggestion dans le sujet d'annonce prévu à cet effet =D

Tu as donc toutes les clés du divin royaume! Nous te souhaitons donc une bonne visite et de joyeux rps sur HOH! (oh oh).

Bon jeuuuuuu





Get ready... to fight  
sign by Wiise.
     
   
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Demons just want to have fun
avatar
Noah J. Forester
❝ Demons just want to have fun ❞
Messages : 484 Points : 2831 Date d'inscription : 20/06/2016 Age : 26 Localisation : Sur son nouveau terrain de jeu
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 6 Juin - 16:56.
Avec du retard, mais rebienvenue et surtout j'espère que tu t'amuseras bien avec ce perso (j'ai bien l'impression que oui XD) :super:
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

Gerard sort du placard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 1.25 sorties le 23/09 modification et sort revus definitif
» Magie orc-question sur un sort
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» Le placard !
» GERARD ROUZIER, INGÉNIEUR OU GERVAIS CHARLES AVOCAT QUI SERA LE PREMIER MINISTRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House Of Hell :: Take Me In :: Présentations :: Fiches Validées-