AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Pour soutenir le forum ♥
n'hésitez pas à nous laisser un petit mot sur Bazzart & PRD
GROUPES
Merci de privilégier les Esprits (en priorité), Humains et Démons,
ainsi que sorciers voudouns lors de votre inscription! ♥

Partagez | .
 

 Questions pour un démon [Caïn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
It's a cold and it's a broken Hallelujah
avatar
Ava Federmann
❝ It's a cold and it's a broken Hallelujah ❞
Messages : 158
Points : 341
Date d'inscription : 03/05/2017
Age : 24
Localisation : Allemagne
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 5 Mai - 17:56.
C'était une mauvaise idée et elle en était parfaitement consciente.

La brume matinale se levait à peine sur NoLa et ses veines ne contenaient qu'une quantité ridicule de caféine pour une telle entreprise. Il en aurait fallu bien plus, infiniment plus pour affronter ce à quoi elle se préparait à se frotter. Mais le café ne pouvait pas la protéger, pas contre ça, elle le savait. Ce n'était qu'une façon illusoire de se protéger contre un mal qu'elle ne pouvait pas comprendre, un grigri sans plus de valeur que les croix des chrétiens ou la poupée d'un enfant qui a peur du noir.

Ava n'avait jamais eu peur du noir, avant. Quand elle était simplement une jeune femme dans la vingtaine tâchant de survivre et d'obtenir un diplôme, luttant pour joindre les deux bouts, le noir l'avait réconfortée. Sans bruit ni lumière, seule avec ses pensées, elle avait appris à apprécier sa propre imagination, à la laisser vagabonder, en une forme de méditation qui l'apaisait profondément. Tout avait changé lorsque pour la première fois, un autre avait parlé par sa bouche. Soudain, l'obscurité était mère de danger, de voix qui ne seraient pas la sienne mais s'empareraient de sa gorge, d'esprits grouillant dans les ténèbres pour venir chatouiller son âme et s'installer dans son corps pour quelques instants.

Judith avait chassé la peur. Judith et ses grands yeux lumineux, couleur de chocolat et pailletés d'or, Judith et ses cuisses épaisses qui faisaient un oreiller formidable. Judith se plaignait souvent d'être grosse mais Ava avait toujours aimé ses courbes et ses revers, les plis de sa chair, la douceur de sa peau. Et puis Judith avait disparu, rejoignant un démon pour des étreintes bien plus malsaines sans doute.

Cela avait demandé plusieurs années de travail, de traque, d'interrogations. Ava n'était ni journaliste, ni détective, et n'avait pas de contacts dans la police à proprement parler. Un vieux policier affecté au trafic lui avait donné quelques informations entre la commande de son pain et celle de sa viande mais la piste ne l'avait pas menée bien loin. Le travail de recherche qu'elle avait dû faire lui avait paru surhumain – mais alors qu'elle faisait face à l'entrée du funerarium où le démon travaillait, elle envisageait soudain une toute nouvelle définition à ce terme.

Son cœur battait la chamade et ses poings étaient serrés, crispés à en blanchir les articulations. Si l'autre se trouvait d'humeur à se battre, elle n'aurait aucun moyen de résister. Elle n'avait rien contre lui, rien du tout. Juste l'espoir que peut-être, peut-être... il ne verrait pas d'objection à lui répondre.

Pour la première fois depuis longtemps, elle était sortie sans se couvrir la tête. Pour rencontrer un démon, il semblait plutôt malin de cacher tout signe permettant de l'identifier, de la comprendre, de la cerner. Afficher sa religion si clairement ne pourrait que lui causer du tort. Dans la même logique, elle avait choisi les vêtements les plus sobres possibles et coiffé ses cheveux sans fantaisie. Que rien ne dépasse, que rien ne puisse servir à l'attaquer.

C'est dans la peur qu'elle entra dans le funerarium, tâchant tant bien que mal de fermer son esprit aux énergies qui régnaient sur l'endroit. Elle ne connaissait aucune technique, aucune méthode pour se protéger efficacement, du moins aucune qui pouvait être qualifiée d'académique. Manifestement, laisser son cerveau chanter très fort une sorte d'équivalent yiddish du « Petit Bonhomme en mousse » faisait l'affaire.

- Mister Sullivan ? appela-t-elle en entrant dans les bureaux du funerarium. Mister Sullivan, j'aimerais vous parler...

Elle espérait de toutes ses forces ne pas tomber sur une secrétaire revêche qui lui demanderait si elle avait un rendez-vous, la toiserait, la jaugerait, bref, l'emmerderait. Les démons, elle avait le courage nécessaire. Les secrétaires chiantes, depuis l'université, plus vraiment.


   
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
I am the Devil
avatar
Caïn A. Sullivan
❝ I am the Devil ❞
Messages : 239
Points : 2449
Date d'inscription : 20/03/2016
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 8 Mai - 13:47.
Il était tôt quand je me levais. J’étais face à la fenêtre regardant la ville en ruine. C’était une vue que j’appréciais assez, d'autant plus que j’en étais un peu responsable aussi et mes démons également, ils ne s’appelaient pas les Ravageurs pour rien. Après une bonne douche, j’enfilais mon costume, avalais une tasse de café et me mis en route pour le funérarium.

L’air était frais dehors, cela faisait du bien. J’étais à peine sorti que j’avais déjà allumé une cigarette. Je pris une bouffée de tabac tout en avançant vers mon lieu de travail. Chantonnant une vieille chanson en parcourant les rues dévastées.

He's got the whole world in His hands
He's got the whole world in His hands
He's got the whole world in His hands
He's got the whole world in His hands


Une vieille chanson souvent présente dans les légendes urbaines comprenant des fantômes d’enfants. Notamment dans un vieil hôpital désaffecté qui servait à soigner les enfants de la peste ou autres maladies du genre (Surement un coup d’Asmodeus ça.). La légende raconte qu’encore maintenant on peut entendre les enfants chanter leurs comptines sur le toit de ce bâtiment. Mais cela c’est une autre histoire. C’est juste que cette chanson m’est revenu en tête lors de mon trajet. Il faut dire que j’en ai entendu beaucoup de chansons dans ma longue vie.
Je déambulais dans les rues à mon aise, c’est cela être le patron, personne ne vous fait de remarques si vous êtes en retard. Même si vu l’heure qui l’est, je ne risque pas d’être en retard. J’aimais sortir de chez moi quand les rues sont désertes. Cela rajoutait quelque chose de plus à ce décor post-apocalyptique. Le silence était reposant. Je m’arrêtais de temps en temps pour laisser vagabonder mon regard à gauche à droite, m’asseoir sur un banc, ou du moins sur un reste de banc.

Je pris un moment à laisser mon esprit divaguer, je fixais un point sans vraiment le regarder. Préférant me plonger dans mes souvenirs, de mon arrivée en ville. Tout s’est passé très vite, il ne nous aura pas fallu longtemps pour semer le chaos. Tout cela grâce à un esprit qui s’est fait manipuler.

Finissant ma clope, je repris le chemin du funérarium. Une fois devant j’ouvris la porte, j’étais le premier sur place. Il devait être à peine 7h du matin. Je pris la direction de mon bureau, fit chauffer l’eau pour un nouveau café et m’assis dans mon fauteuil, face à la fenêtre, contemplant à nouveau la ville. C’était difficile parfois de ne pas céder à la tentation d’y mettre complètement le feu, comme à la bonne époque de Néron. Je pris un moment avant de commencer à travailler. Il faut dire que la paperasse n’est pas la partie la plus amusante du boulot, mais elle est obligatoire.

Je saisis les premiers documents, les lus plus ou moins attentivement. C’était souvent la même chose.

Des gens qui nous envoyaient des lettres pour nous remercier d’avoir pris soin de leur défunt jusqu’au dernier moment. Toutes ses lettres me donnaient la nausée. Je me foutais beaucoup de leur merci, moi le plaisir que j’en retire, c’est de pouvoir les flamber. Oui, c’est horrible dit comme cela, mais je vous rappelle que je suis le Prince Régent Démon de la destruction. Et moi brûler des trucs, c’est mon domaine.

Je survolais les lettres les unes après les autres. Soudain l’une d’elles attira mon attention, une lettre signalant un impayé. Je la mis sur une pile à côté, notant que je devrais passer voir ces gens-là, autant être odieux jusqu’au bout.

La journée passa, les employés arrivèrent ainsi que ma secrétaire. Je me demandais encore pourquoi je l’avais engagée, elle n’était pas spécialement utile, au moins, je la laissais répondre au courrier de remerciements et gérer les rendez-vous, bien que j’aie pu le faire moi-même.
Un peu plus tard dans la matinée, j’entendis une voix qui m’appela. J’entendis ma secrétaire commencer à lui répondre, mais ma voix résonna depuis mon bureau, disant que c’était bon. Je m’étais levé de mon fauteuil, j’avais ressenti la présence de cette personne quand elle entra dans mon funérarium. Je fis mon apparition à l’encadrement de la porte, je la regarder dans les yeux. Aucun doute là-dessus, c’était un médium. J’essayais d'entrer dans sa tête, mais une horrible chanson restait en boucle. Dans une langue que je n’avais pas entendue depuis très longtemps.

Je lui fis signe de me suivre dans mon bureau. J’étais intrigué par sa présence.

Que puis-je faire pour vous ? Il est assez rare que quelqu’un de votre … race vienne me voir d'elle-même.

En utilisant le mot race, je pouvais tout aussi bien parler de sa condition de médium, comme de sa religion, non pas que je n’aime pas les religieux, mais après le traitement que l’on a reçu de Père, j’ai un peu de mal. Alors les porteurs de l’étoile de David, je ne vois en parler même pas.
Mais la présence de cette femme m’intriguait au plus haut point. Manifestement elle me connaissait, au moins de nom. Et si c’est de statut, alors, elle ne doit pas vraiment savoir nos pouvoirs, sinon elle aurait su que je pouvais lire dans sa tête et elle n’aurait sûrement pas caché ses origines.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
It's a cold and it's a broken Hallelujah
avatar
Ava Federmann
❝ It's a cold and it's a broken Hallelujah ❞
Messages : 158
Points : 341
Date d'inscription : 03/05/2017
Age : 24
Localisation : Allemagne
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 10 Mai - 18:12.
Intense dégoût.

Ce fut la seule émotion qu'Ava put ressentir en posant les yeux sur le démon. Bien qu'il ne fût pas dépourvu d'un certain charme, sans doute, elle ne voyait en lui que ce qui se terrait à l'intérieur. Ses yeux, particulièrement, ses yeux la glacèrent jusqu'aux tréfonds de son âme et elle recula d'un pas, tâchant de dissimuler sa mine horrifiée. Comment était-ce possible qu'en un seul être il y eût tant de choses répugnantes ? Elle n'aurait pas été surprise alors de le voir se dissoudre en une montagne d'asticots. Et elle avait les asticots en horreur.

Il parlait de race, comme s'il savait seulement ce que ça impliquait. Il avait choisi l'apparence d'un homme blanc et ceux-là, quand ils avaient un concept de race, ne l'appliquaient que d'une façon répugnante. Leur fierté de race se résumait à brûler tous ceux qui ne leur ressemblaient pas et à clamer haut et fort qu'ils étaient supérieurs à tous les autres. Ce n'était pas un mauvais choix, pour un démon : elle imaginait fort bien ceux de son espèce imiter les fascistes du monde humain. Et après tout, pourquoi pas ? Ils avaient bel et bien l'avantage en matière de pouvoir et de nombre. Il était plus facile de se sentir supérieur au reste du monde et d'en profiter que de s'arrêter le temps de s'interroger sur sa condition.

Il ne lui traversa pas l'esprit qu'il eût pu parler de sa condition de médium. Une fois de plus, Ava passait totalement à côté de toute une partie de l'équation sans même s'en apercevoir, ce qui finirait sans doute par causer sa perte.

« Ouais, c'est sûr, »
railla-t-elle. « Une Juive dans un four crématoire, c'est tellement rare, ça n'arrive jamais. »

Elle laissa échapper un petit rire rauque et croisa les bras sur sa poitrine, la chanson idiote toujours en boucle dans sa tête. Au moins, elle pouvait se concentrer sur les images absurdes qu'elle invoquait plutôt que sur l'horreur que lui inspirait la présence d'un démon. Et maintenant qu'il avait parlé de race, autant jouer franc jeu : il n'était pas impossible qu'il fût capable de détecter les mensonges et de s'en offenser. Offenser un démon, c'était un truc de personne téméraire et elle n'était pas téméraire.

« Jviens vous parler d'une connaissance commune. Idéalement, c'est juste une demande d'info, mais puisqu'on parle de race, je connais la vôtre. Et je sais que vous allez demander un truc en échange. Alors je prends les devants : on en cause autour d'un verre ? Y a certainement de quoi boire dans le coin et soyons honnêtes, je préfère vous parler avec un whisky et des clopes entre nous. »

Ava avait ses défauts et une faculté immense à passer à côté de tout ce qui était important mais elle ne perdait jamais le Nord quand il s'agissait d'alcool et de clopes. Était-ce une bonne idée, elle n'en savait rien elle-même, mais c'était la seule qu'elle avait. Sortir le démon de son territoire, l'isoler de certains alliés, était peut-être un pas de plus vers une résolution indolore pour elle. En plus, si y avait du whisky, tout serait plus supportable.


   
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
I am the Devil
avatar
Caïn A. Sullivan
❝ I am the Devil ❞
Messages : 239
Points : 2449
Date d'inscription : 20/03/2016
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 31 Mai - 8:48.
Je toisais la jeune femme du regard. N’hésitant pas à plonger mes yeux bleus glace dans les siens. Je pus percevoir un léger mouvement de recul de sa part, même si elle voulut le cacher. J’eus un sourire sur le coin des lèvres, je sentais que la suite allait devenir intéressante. En la regardant j’avais des souvenirs du passé qui remontait à la surface, elle me rappelait une époque sombre de l’histoire du monde, mais qui fut parfaite pour divertir des démons de la Destruction.

La jeune femme répliqua sur le ton de l’humour quant à ma phrase sur sa race, ainsi elle n’essaya pas de me cacher sa religion, même si ce n’était pas de cela que je parlais réellement. Cependant, elle alla droit au but en me disant ce qu’elle voulait et qu’elle était prête à trouver une monnaie d’échange pour les renseignements que je pouvais lui donner. Mon sourire s’effaça légèrement, elle pensait connaître ma race, mais visiblement elle ne savait pas qui j’étais réellement. Elle doit penser pouvoir facilement négocier avec moi, que je suis un simple démon de bas étage. Elle n’hésita pas à même mentionner des clopes et du Whisky, elle ne manquait pas de culot, elle pourrait faire une bonne démone. Peut-être devrai-je lui arracher la tête et voir ce que ça donne.

Oh je ne parlais pas du fait que vous soyez Juive, croyez bien que j’en ai vu plus d’un dans un four. Vous n’imaginez même pas ce que cela fait. Vous les voyez rentrer dans une grande pièce vide, complètement effrayés, vous fermez la porte. Vous regardez par la fenêtre de celle-ci leur réaction, vous les laissez mariner dans la peur, puis quand le moment est venu pour baisser le levier ou appuyez sur le bouton. Et là tout s’enchaîne, les cris commencent, ils viennent vous supplier à la porte, cognant sur celle-ci, vous implorant d’ouvrir et vous de l’autre côté, vous les regardez en souriant. Ahhh, c’était une sacrée époque quand même.

Eh oui, je n’ai jamais été un enfant de cœur moi. C’est bien simple, dans toutes les pires horreurs de l’histoire, il y a un démon pas loin et vu mon âge, j’ai été mêlé à nombreuses d’entre elles. Je fixais toujours la jeune femme, mon sourire carnassier était revenu sur mes lèvres. Je fis craquer mon cou avant d’aller fermer la porte de mon bureau et en disant à ma secrétaire que je ne voulais pas être dérangé.

Mais vous savez, quand je parlais de votre race, je sous entendais votre statut de médium surtout. Certes, les Juifs ne viennent pas souvent me voir, mais les médiums encore moins. Vous dites savoir ce que je suis, mais je pense que vous n’avez même pas idée de qui vous avez réellement en face de vous. Mais vous avez éveillé ma curiosité cependant. Que, pensez-vous pouvoir m’offrir qui puisse m’intéresser ? J’ai déjà beaucoup de chose, vous savez et en général ce que je n’ai pas, je peux facilement l’obtenir.

Tout en finissant ma phrase, j’ouvris le tiroir de mon bureau et en sortis une bouteille de Whisky ainsi que deux verres. J’en ai toujours à portée de main, les humains sont doués pour d’autres choses que se faire la guerre par moments. Je remplis les deux verres et le fis glisser en direction de la jeune femme. Je lui fis également, un signe lui montra un paquet de cigarettes sur le meuble derrière elle ou une boîte à cigares que j’ouvris à côté de moi. J’en pris un pour moi, coupai le bout et l’allumai.

J’avais hâte de voir ce qu’elle pouvait me proposer, elle avait l’air sûre d’elle, sinon elle ne serait pas venue comme cela. Mais je restais persuadé qu’elle ne savait pas où elle mettait les pieds, qu’elle ignorait que si je le voulais, elle pouvait mourir subitement incinérée sur place.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
It's a cold and it's a broken Hallelujah
avatar
Ava Federmann
❝ It's a cold and it's a broken Hallelujah ❞
Messages : 158
Points : 341
Date d'inscription : 03/05/2017
Age : 24
Localisation : Allemagne
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 1 Juin - 18:36.
Oh, mais elle savait pertinemment à qui elle avait affaire.

La hiérarchie des démons, elle l'avait apprise avec le rabbin, quand elle avait eu cette phase que beaucoup d'adolescents ont – celle où on se peint les lèvres en noir et où on écrit des poèmes sur un blog au sujet de la mort et de la tristesse toi-même tu sais. Le rabbin avait essayé de lui mettre un peu de plomb dans la tête en lui expliquant les origines de la démonologie, ce qui n'avait fait qu'une chose : la rendre encore plus adepte des fantaisies dans lesquelles elle s'était lancée.

Mais ça n'avait pas d'importance. Le judaïsme avait une relation complexe avec les notions de démon, puisqu'il ne comportait pas vraiment d'après-vie, d'enfer ou de paradis. Aux yeux d'Ava, les démons qui infestaient la Nouvelle Orléans n'étaient pas réels. Ils n'étaient pas de ceux qui pouvaient la blesser. Physiquement, oui, bien sûr. Moralement, probablement, elle ne se croyait pas plus forte qu'elle n'était. Mais Caïn et les siens ne pouvaient rien contre son âme ou contre sa foi, contre qui elle était. Il était peut-être un monstre doté de pouvoirs faramineux mais il restait au final un produit de l'imagination humaine.

Ses poings se serrèrent lorsqu'il parla de l'Holocauste comme s'il s'était agi d'une promenade de santé, d'un jeu pour lui. Les flammes des fours se reflétaient dans les yeux d'Ava et dans sa gorge régnait le goût amer de la vengeance, de la douleur, de la rage. Son peuple avait péri par millions sous la main des Nazis et il osait en parler de cette façon ? Ce n'était pas même effrayant ou impressionnant. C'était juste pathétique.

« J'ai entendu mille fois ce genre de discours tenu par des suprémacistes blancs et des antisémites, voire en pire. Rangez votre bite, pas besoin de me prouver que c'est la plus grosse. »

Elle prit place en face de lui et se servit une rasade fort généreuse de whisky avant de porter une cigarette à ses lèvres. Voilà qui allait considérablement améliorer son humeur et vu l'état des choses, c'était sans doute pour le mieux. Elle n'avait certes pas les pouvoirs de faire le moindre mal à un démon mais ledit démon habitait tout de même un corps doté de testicules – et celui d'Ava était vêtu de grosses Doc Martens bien douloureuses. Comme ses chances de survie à toute tentative de coup bas étaient extrêmement limitées, la jeune femme préférait se trouver dans un état d'esprit plus pacifique.

Bien sûr, il fumait le cigare, comme tous les grands méchants dans les films à petit budget. Elle se retint de rouler des yeux et se contenta de sourire, gardant son air narquois profondément enfoui au fin fond de son cœur.

« Faites une offre et je l'étudierai. De toute évidence, vous ne me voulez pas morte tout de suite, sinon vous m'auriez déjà butée. Donc... vous avez quelque chose en tête. Alors balancez, qu'on y passe pas la nuit. Voyons si le prix que vous proposez vaut ce que je peux en tirer. »


   
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

Questions pour un démon [Caïn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» C'est juste des questions pour éclaircir un orage...
» °200 questions pour tuer le temps°
» 200 questions pour passer le temps
» 100 questions pour mieux se connaître
» Questions pour apprendre à mieux se connaître

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House Of Hell :: New Orleans :: East Quarter :: The Funerals-
Les Petits Plus

Hommes VS Femmes
♀ : 21 vs ♂ : 21

Breaking News
les Démons sont désormés révélés ! l'Audito Mortis commence donc à rassembler ses troupes afin de contrer les forces démoniaques et élaborer une stratégie et réfléchissent à comment se venger de leurs pertes. Les sorciers ont trouvé une solution aux plaies envoyées par Dieu, celles-ci ne sont donc plus un souci pour la population!

Guerre des groupes
Démons: 223 points
Esprits: 123 points
Humains: 50 points
Médiums: 190 points
Possédés: 80 points
Sorciers: 125 points