AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Maintenance du forum ce 23/07 à 14h =D
Pour soutenir le forum ♥
n'hésitez pas à nous laisser un petit mot sur Bazzart & PRD
GROUPES
Merci de privilégier les Esprits (en priorité), Humains et Démons,
ainsi que sorciers voudouns lors de votre inscription! ♥

Partagez | .
 

 The Dark Side does not have cookies | Ft. Irwyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Magic is real... It's called love.
avatar
Esmée L. Parker
❝ Magic is real... It's called love. ❞
Messages : 132 Points : 405 Date d'inscription : 20/03/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 22 Avr - 20:55.

The Dark Side does not have cookies
L’Audito Mortis.
Je ne me souvenais même pas de quand exactement j’avais entendu pour la première fois parler de cette organisation, je pensais surtout que ce n’était qu’un mythe. En y pensant bien, je ne me rendais pas compte aussi de l’étendu des dommages à la Nouvelle-Orléans jusqu’à ce que j’y vive. J’en avais néanmoins réentendu parler récemment, tandis que je visitais la boutique réservée à la magie wiccanne. J’ai posé mes questions à la vendeuse, et elle m’a appris que l’Audito Mortis existait bel et bien et travaillait activement dans cette ville détruite à chasser démons et esprits.
Rejoindre ce groupe est alors apparu comme une évidence à mes yeux. Quitte à être là, autant aider un maximum et se sentir utile, non ? Je détestais par-dessus tout être passive, il me semblait donc logique de faire des pieds et des mains pour intégrer cette organisation. Je voulais, j’avais besoin, de faire quelque chose de productive, d’avoir l’impression de faire une différence, si minime soit-elle. C’était comme un besoin viscéral depuis que j’étais toute petite, je considérais qu’il était de mon devoir d’aider les autres. J’ai une chance qu’ils n’ont pas ; celle d’avoir un don. Il était donc normal pour moi de le partager avec eux, à ma manière.
J’avais appris au cours de ma vie qu’une main tendue n’est jamais de refus, qu’on a toujours besoin de quelqu’un, même d’un inconnu, quand nous rencontrions des problèmes, dans des moments de faiblesses. L’être humain était ainsi fait, il doit vivre en communauté et ne peut supporter longtemps la solitude, encore moins quand il va mal. Quand j’y pensais, je me disais que si tous les sorciers avaient suivis le chemin tracé par la Wicca sûrement que le monde se porterait bien mieux.

Un autre nom que j’avais entendu, ce jour là à la boutique attira mon attention, j’entendis une personne râlait contre un certain anglais prénommé Edwin. Les personnes portant ce nom ne se faisait pas rare, pourtant la coïncidence était trop grande ; un anglais, se prénommant Edwin, à la Nouvelle-Orléans, endroit où mon oncle vivait. Ça ne pouvait décemment pas être un hasard. Je ne croyais pas au hasard. Si j’avais entendu cette personne dire ça, à ce moment précis, c’était pour une raison précise, et je prenais même ça par un signe envoyé par l’univers pour me mettre sur la bonne piste. Immédiatement, mon esprit lia oncle Edwin à l’Audito Mortis. J’avais enfin un point de départ et cela me mettait en joie.

C’était cette idée et ma détermination farouche qui avaient mené mes pas jusqu’à cette église qui servait de quartier-général à ce groupe de militants contre les forces obscures.  Je ne connaissais absolument pas la marche à suivre, ce qu’il faudrait que je dise ou que je fasse pour être acceptée. J’espérais néanmoins n’avoir pas fait tout ce bout de chemin, de ne pas être entré dans un tel quartier qui avait le don de me foutre les jetons chaque minute un peu plus, et de ne pas avoir gaspillé mon temps à venir jusque là pour rien. J’espérais que ma motivation suffirait à convaincre ces gens que j’avais ma place auprès d’eux. Quelles étaient les qualités recherchées par l’Audito Mortis, au fond ? Si leur but était de combattre le mal, il ne devrait pas dire non à une paire de bras en plus, non ?
J’avais la manie de trop réfléchir et analyser avant de sauter le pas, c’était exactement ce que je faisais à cet instant au lieu de pousser la porte de cette église et de pénétrer l’édifice. Je respirais un bon coup, rassemblant mon courage à deux mains et finit par franchir le seuil.

Le silence qui régnait dans ce lieu m’étonna outre-mesure, après tout j‘étais dans un lieu religieux, c’était normal que tout soit calme. Pourtant, en sachant que l’endroit servait de quartier général à l’Audito Mortis, je m’étais attendue à plus d’agitation. ‘’Ils évitent d’attirer l’attention sur eux, Einstein ‘’ me lançais mentalement. Bien évidemment que pas un bruit ne se faisait entendre à cet instant, la discrétion était sûrement le mot maître qui régissait cette organisation. J’avançais le long de l’allée principale, avant d’étendre mes sens, pour écouter. J’essayais de percevoir la présence d’une autre personne que moi et ça ne tarda pas. Je suivais la voix qui ne résonnait que dans mon esprit, plus je me rapprochais plus le signal entre guillemets augmentait et le brouhaha se précisait, quand je l’entendis clairement et que les pensées devenaient déchiffrables, je me retirais discrètement de l’esprit. Je passais une porte, qui menait je ne sais où, et c’est là que je vis le propriétaire de ces pensées.

« Qu’est-ce que vous faites ? » demandais-je, curieuse.

Quand j’avais franchi la porte, il semblait concentrer sur des piles de fournitures qu’il fixait intensément.  Quand il se tourna vers moi, je me sentis soudainement nerveuse. Merde, je l’avais dérangé.

« Désolée, je suis arrivée là par hasard, je cherchais quelqu’un. »

Mensonge. Je me giflais mentalement pour un aussi piètre mensonge. Mon honnêteté me perdrait un jour. En soit, ce n’était pas exactement un mensonge, je cherchais vraiment quelqu’un mais je n’étais pas là par hasard.
Codage par Libella sur Graphiorum




Innocence is beauty



Dernière édition par Esmée L. Parker le Lun 5 Juin - 1:55, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Is that blood ? ...No
avatar
Irwyn Laighléis
❝ Is that blood ? ...No ❞
Messages : 405 Points : 2807 Date d'inscription : 04/01/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 25 Mai - 19:32.



The Dark Side doesn't have cookies
Esmée & Irwyn
Hey you, out there in the cold. Getting lonely, getting old. Can you feel me ? Hey you, standing in the aisles. With itchy feet and fading smiles. Can you feel me ? Hey you, don't help them to bury the light. Don't give in without a fight




« Taré d’Edwin » Je marmonne en fouillant les étagères à la recherche de sauge. Ça m’apprendra à me proposer pour l’aider, tiens. « Profiteur d’english. » Une flopée d’insultes suit à son tour tandis que je ne trouve pas ce que je suis venu chercher. Voilà pourquoi je n’aime pas les Wiccan, déjà, ça se prend pour des héros alors qu’ils savent à peine faire un onguent, et ensuite, ces boulets ne savent pas ranger correctement leurs affaires ! J’ai arrêté de compter le nombre de trucs qu’Edwin laisse traîner chez moi. Et ça, c’est sans compter les pièges à esprits qu’il désactive sans le faire exprès. C’est pourtant pas compliqué ! « Abruti de Wiccan. »

J’ai fini par trouver ce que je cherchais. Plus jamais je me propose pour l’aider, il se débrouille. D’ailleurs, n’en pouvant plus de l’entendre râler à longueur de journée, je me rends au QG de l’Audito. J’ai besoin de me défouler. Avec Edwin chez moi, c’est devenu… Étrange. Il reste le pire des casse-burnes, mais depuis son accident, quelque chose a changé. Ma vision de lui a changé, mais je ne suis pas certain de vouloir la lui faire partager. Ça sonne presque comme une mauvaise blague. Un énième problème de plus dans ma vie que je ne peux pas régler, juste repousser en espérant que ça ira mieux.

Poussant rapidement la porte de l’église, je la referme précautionneusement derrière moi. Je m’assure qu’aucun esprit ne pourra entrer ici et je m’avance dans l’allée principale. Je ne suis pas croyant, mais cet endroit est reposant. Tout est calme et je peux enfin m’entendre penser sans être parasité par la voix des morts. Ici, j’ai l’impression d’enfin pouvoir respirer, reprendre mon souffle. Il n’est pas rare que je passe mes journées enfermé ici ou chez moi ou dans un tout autre endroit spirit-proof. C’est sûrement pour cette raison que je ne travaille plus tant que ça au City Hall. Le nombre d’esprits là-bas est impressionnant. On ne me paye pas suffisamment pour que j’accepte de choper une migraine à chaque fois que je passe le pas de la porte.

Le nez dans les fournitures, je fais le compte de ce dont je vais avoir besoin pour un exorcisme. Sel, eau bénite, croix en fer, manuscrit du psaume… Et même une boîte à esprit si jamais ça tourne mal. Et mon athamé, bien sûr. Partir sans serait suicidaire. J’entends déjà Edwin râler lorsque je vais rentrer couvert de coupures. Je l’emmerde. Au moins, ce que je fais sert à quelque chose et, tout comme dans la magie Wiccan, pour chaque action, il y a un prix à payer. « Qu’est-ce que vous faites ? »
Je sursaute et je me retourne, la lame de l’athamé menaçant la peau fine de mon avant-bras. « Je vous retourne la question, qu’est-ce que vous foutez ici ? » Je ne l’ai jamais vu dans le coin. C’est peut-être une petite nouvelle pour l’Audito ? Si jeune, et pourtant, trempant déjà dans la réalité de cette chienne de vie. Ou alors, c’est tout simplement une intrue qui n’a rien à faire ici. « Désolée, je suis arrivée là par hasard, je cherchais quelqu’un. » Je recule la lame de mon bras en riant doucement. « Par hasard, hein ? Évitez de me prendre pour un abruti, plus personne ne vient dans cette église pour prier. » Si ce n’est le prêtre machin qui vient officier ici, mais lui aussi, fais partie de l’Audito. « Bon, écoute gamine, je te laisse dix secondes pour expliquer ce que tu viens foutre ici avant que je ne me charge moi-même de te faire cracher cette information. » Je m’avance lentement vers elle en jouant avec mon athamé. Avec les temps qui courent, je ne veux pas prendre de risques. Si ça se trouve, elle est envoyé par des démons pour espionner chez nous. Ça ne m’étonnerait même pas de ces ordures, tiens. Je ne sais pas qui elle est, ni ce qu’elle est venu faire ici, mais une chose est sûre, elle ne sortira pas d’ici tant que je ne serai pas certain qu’elle n’est pas une menace pour nous.
Fiche codée par Koschtiel


War is never over
Sometimes I don't know where this dirty road is taking me. Sometimes I don't even know the reason why. Well it's easier than just a-waitin' around to die

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Magic is real... It's called love.
avatar
Esmée L. Parker
❝ Magic is real... It's called love. ❞
Messages : 132 Points : 405 Date d'inscription : 20/03/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 26 Mai - 18:55.

The Dark Side does not have cookies

Cet inconnu s’approchait de moi, jouant dangereusement d’un athamé. La tournure de la situation ne me plaisait guère et je fis instinctivement un pas en arrière, réfléchissant à toute vitesse. Voilà qui m’apprendra à mettre mon nez là où je ne devrais pas. Mon mensonge ne l’avait pas dupé une seule seconde, et mon manque de renseignements sur les activités dans cette église n’arrangeait pas les choses. Je me demandais ce que je pouvais bien inventer comme salades à lui faire avaler. Si personne ne venait prier là, je n’avais aucune excuse plausible pour expliquer ma présence. J’aurais pu insinuer que la personne que je cherchais était prêtre ou je ne sais quoi, mais on n’officiait pas ici, il me semblait compliqué de sortir ça. Je ne me voyais vraiment pas lui dire que je cherchais quelqu’un qui pourrait me parler de l’Audito Mortis, une organisation qui combattait les attaques de nature surnaturelles et paranormales. Déjà qu’on ne prenait jamais au sérieux quiconque parlerait de sorcellerie, alors là, cet homme se dira sûrement que je suis bonne pour l’asile.

Attendez, il me menace avec une dague et c’est moi qui serais folle ? C’est le monde à l’envers ou ça se passe comment là ? Je ne connaissais que peu de gens qui avaient presque toujours des athamés sur elle, et je pouvais affirmer avec certitude qu’ils faisaient tous partis de la communauté wiccane.  Serait-ce possible ? Je balayais cette supposition d’un revers de manche en me souvenant qu’il n’avait pas remarqué mon intrusion dans son esprit quelques instants plus tôt. Je n’avais réussi à écouter aucun sorcier sans me faire découvrir, c’était donc improbable. Ces pensées se bousculaient dans ma tête quand deux options s’imposèrent à moi comme seuls échappatoires acceptables à ce mauvais pas.
La première, la plus alléchante et la plus sécuritaire, était de m’infiltrer dans son esprit pour lui imposer une pensée, celle qu’il me faisait confiance, qu’il n’avait pas à se montrer si agressif, que je n’étais pas une menace. Cela ne me prendrait pas plus de trente secondes de le faire et j’étais persuadée d’être même capable de lui arracher les informations qui me manquaient. Le problème ? Ma conscience qui ne me laisserait jamais tomber aussi bas, même face à la pire menace. C’était lâche comme procédé et je doutais pouvoir me contempler face à un miroir suite à ça.

La deuxième, plus risquée et sans  la moindre garantie de réussite, était de dire la vérité. Lui expliquer ce que je foutais là, ce que je voulais, ce que je cherchais vraiment mais il pouvait très bien ne pas me croire. Et là, je serais de fois plus dans la merde car je n’aurais aucun plan de secours. Je pris une profonde respiration. Il était évident que je choisirais l’honnêteté mais je me demandais si je serais suffisamment convaincante pour qu’il cesse de me menacer avec son arme. Il faut le dire, c’est plus que stressant d’être pointé d’un athamé. Ça ne vous donne pas exactement envie de vous asseoir et de prendre un thé avec son propriétaire.

« Je vous dis que je cherche quelqu’un. Je crois qu’il est quelque part ici, enfin peut-être pas maintenant mais il passe du temps ici à l’occasion. »

Tu ne pouvais pas faire plus claire, Esmée. Je suis impressionnée. Je suis sûre qu’il a tout compris.
Je ne savais pas comment expliquer à cet inconnu la raison de ma présence sans tout lui divulguer. Or, je n’étais pas suffisamment naïve pour raconter la moitié de ma vie à un homme dont je ne connaissais même pas le prénom. C’est là qu’une pensée s’imposa à moi ; je n’avais pas besoin de rendre des comptes. Pourquoi est-ce que je le laisserais me menacer en restant stoïque, stressant en attendant sa réaction à mes propos. Qui était-il déjà, pour poser tant de questions ?

« Mais sauf votre respect, ça ne vous regarde pas. Comme je peux le voir, cette personne n’est pas là, je vais donc repartir. Je suis désolée de vous avoir déranger, bonne journée. »

Je fis volte de face pour me diriger vers la porte, priant la Déesse qu’il ne tente pas de me retenir.
Codage par Libella sur Graphiorum




Innocence is beauty



Dernière édition par Esmée L. Parker le Lun 29 Mai - 3:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Is that blood ? ...No
avatar
Irwyn Laighléis
❝ Is that blood ? ...No ❞
Messages : 405 Points : 2807 Date d'inscription : 04/01/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 27 Mai - 1:18.



The Dark Side does not have cookies
Esmée & Irwyn
Hey you, out there in the cold. Getting lonely, getting old. Can you feel me ? Hey you, standing in the aisles. With itchy feet and fading smiles. Can you feel me ? Hey you, don't help them to bury the light. Don't give in without a fight.




 Elle recule d’un pas. Bien, très bien. Mon petit numéro d’intimidation fonctionne. C’est pile ce qu’il faut pour lui faire cracher le morceau. Je ne vais pas que, sous prétexte qu’il s’agit d’une gamine, lui faire une faveur et la traiter différemment. Peu importe la personne qui serait rentré ici, elle aurait reçu le même accueil. N’empêche, regardez-la, elle a l’air à peine de sortir des jupes de sa mère. Elle ne doit même pas dépasser la vingtaine. Si ce n’est pas triste ça.

N’empêche, elle a un air qui m’est familier. Ce petit je-ne-sais-quoi qui me donne une impression de déjà-vu. Et avec cet accent anglais a coupé au couteau, elle vient sûrement de débarquer dans le coin. Il ne m’en faut pas plus pour relier tignasse rousse avec accent anglais bien prononcé, mais je préfère ne pas m’avancer. Les coïncidences arrivent et on apprend vite à se méfier des apparences. Ça me dérange de l’admettre, mais cette fille m’intrigue. Elle n’est clairement pas venu ici par hasard. Elle savait où elle se rendait et elle cherchait après quelque chose. Ou quelqu’un.

« Je vous dis que je cherche quelqu’un. Je crois qu’il est quelque part ici, enfin peut-être pas maintenant mais il passe du temps ici à l’occasion. » Je fais claquer ma langue contre mon palais. Elle joue à quoi ? « Va falloir être plus précise que ça, gamine. J’ai pas le temps d’ouvrir Google Traduction pour comprendre ce que t’es en train de raconter. » J’ai autre chose à faire que de jouer aux devinettes. « Mais sauf votre respect, ça ne vous regarde pas. Comme je peux le voir, cette personne n’est pas là, je vais donc repartir. Je suis désolée de vous avoir déranger, bonne journée. » Mon sang ne fait qu’un tour. Nan, mais c’est une blague ?! Je crois rêver, la demoiselle rentre ici sans autorisation, est plus que suspecte et elle veut s’en aller telle la princesse de Galles ? Ça ne va pas se passer comme ça.
Presque aussitôt, je l’attrape violemment par l’épaule et je lui colle l’athamé sous la gorge. Tu veux jouer à ça ? Très bien. Quel dommage que tu sois tombé sur un médium qui a assez d’expériences pour savoir quelle veine couper pour souffrir le plus longtemps possible. « Sauf votre respect, ça me regarde. Il me semble t’avoir posé une question, tu vas donc y répondre. Mais comme je suis un gars sympa, je vais les répéter pour toi : qui es-tu et qu’est-ce que tu es venu foutre ici ? » La pression de la lame sur sa gorge augmente un peu plus. Mais c'est qui cette gamine ? C'est quoi ce comportement ? « Écoute, la buveuse de thé, je te laisserai partir en un seul morceau si t’acceptes de répondre à mes questions. Il se pourrait même que je t’aide à trouver cette personne que tu cherches si jamais j’estime que tu n’es pas une menace, alors à toi de voir. Bien sûr, si tu résistes, j’espère que t’as du temps devant toi... »
Fiche codée par Koschtiel


War is never over
Sometimes I don't know where this dirty road is taking me. Sometimes I don't even know the reason why. Well it's easier than just a-waitin' around to die

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Magic is real... It's called love.
avatar
Esmée L. Parker
❝ Magic is real... It's called love. ❞
Messages : 132 Points : 405 Date d'inscription : 20/03/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 27 Mai - 5:07.

The Dark Side does not have cookies

Avoir un athamé sous la gorge n'est pas exactement ce que je considérais comme le meilleur moyen de me laisser réfléchir à la tournure des événements, nom d'un chien ! Sentir la pression de la lame contre ma peau était très désagréable et je serrais les dents. Il fallait que je reste calme, si je voulais avoir une chance que ce goujat ne m'arrache pas la tête. Ça n'était sûrement pas en Angleterre qu'un homme aurait ainsi attaqué une jeune femme, surtout sans motifs valables.

Mon accent, à couper au couteau, m'avait trahi sur mes origines, ce qui me dérangeait. Oh, j'adorais l'intonation anglaise mais il y avait de meilleurs moyens de passer inaperçue. Pas sûre qu'on courrait les rues en Nouvelle-Orléans. Qu'est-ce que je pouvais bien lui dire ?
Mon esprit tournait à plein régime, à la recherche d'un sortilège, d'une incantation ou n'importe quel moyen de repousser mon assaillant mais j'étais tétanisée. Aucun de mes membres ne réussissait à bouger, aucun son ne réussissait à sortir de ma bouche. Purée comment je pouvais répondre à la moindre question en étant ainsi menacer en même temps !

J'étais à court d'idées quand je décidais de me rabattre sur ma première option, fermant les yeux je me glissais dans son esprit, lui imposant l'idée d'éloigner la dague de mon cou, lentement. Je ne relâchais mon emprise que lorsque je fus loin de la trajectoire de la lame un peu trop aiguisée. Je me massais instinctivement la gorge, sentant quelques perles de sang glissaient sur le long. Putain, il n'avait pas fait semblant.

«Vous avez de ces idées ! Comment vous voulez que je vous réponde en essayant de m'égorger !» sifflais-je en retrouvant enfin mes mots. «Bon sang, vous êtes malade !»

Je pouvais faire de nouveau volte face et tenter de m'enfuir, mais s'il me rattrapait, je doutais d'avoir le temps de le dissuader de faire quoique ce soit. Je pouvais rester là et continuer d'être sous la jouxte d'un inconnu armé en espérant qu'il n'allait pas m'empaler contre la porte avec sa dague. Aucun des deux états de faits ne me plaisait. Ça commençait à sérieusement sentir le roussi pour moi.

«Vous avez une définition assez singulière d'être un gars sympa, vous ! Croyez moi, un gentil homme n'aurait pas tenté de m'arracher la tête !»

Qu'est-ce que ça se fichait pas de ma gueule ! Un gentil homme, lui ! Et puis quoi encore !
J'envisageais de lui donner mon prénom, bien que je ne le sente pas. Je n'aimais pas divulguer inutilement des informations, surtout qu'un prénom peut contenir une force insoupçonnée.

«Ah et si vous le demandez si gentiment, je réponds au prénom d'Esmée, ou Lyriana bien qu'il soit bien moins utilisé.»

Il fallait que je gagne du temps, il fallait que je gagne du temps. C'est tout ce que je me disais.

«Je suis désolée pour la manière intrusive de vous repousser mais vous ne m'avez pas vraiment laisser le choix.»

Toute sorcière que j'étais, je commençais à désespérer à l'idée de trouver un échappatoire. Dans quel piège à rat je m'étais jetée, merde !

«Je ne parle pas chinois, je vous dis que la personne que je cherche ne vous regarde pas ! C'est un humain, vous savez deux jambes, deux bras et une tête. Ça ne vous sera d'aucune utilité donc de connaitre son identité.»

C'est vrai, combien de chance y avait-il que mon agresseur connaisse mon oncle ? Ça frôlait le néant comme statistiques !

Codage par Libella sur Graphiorum




Innocence is beauty

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Is that blood ? ...No
avatar
Irwyn Laighléis
❝ Is that blood ? ...No ❞
Messages : 405 Points : 2807 Date d'inscription : 04/01/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 5 Juin - 1:46.



The Dark Side does not have cookies
Esmée & Irwyn
Hey you, out there in the cold. Getting lonely, getting old. Can you feel me ? Hey you, standing in the aisles. With itchy feet and fading smiles. Can you feel me ? Hey you, don't help them to bury the light. Don't give in without a fight.




 Bon, allez, gamine, crache le morceau, j’ai vraiment pas envie de jouer. Surtout que bon, menacez une jeune fille avec un athamé dans le local à fournitures, je risquerais d’avoir des problèmes. Ça pourrait être mal interprété. Je resserre ma prise sur l’athamé sans me rendre compte de la force que j’y applique. Tellement peu habitué à l’utiliser sur quelqu’un autre que moi-même. Mais, avec les temps qui courent, est-ce que je peux décemment baisser ma garde ? Non, la vie m’a appris à me méfier des apparences, j’en garde encore les stigmates. Alors oui, je vais peut-être passer pour le pire des enfoirés, mais je préfère ça plutôt que de devoir assumer les conséquences d’une négligence.

Lorsqu’elle ferme les yeux, je me dis qu’elle a tourné de l’œil. Que ce soit à cause de la peur ou pour de faux, ça a le mérite de détourner mon attention. Suffisamment pour sentir la jeune femme dans mon esprit m’imposer l’idée de la relâcher. Je lutte contre mon propre corps, sentant déjà ma main s’éloigner de sa gorge. J’avais déjà des doutes sur le bien-fondé de mon action et ce doute grossit de plus en plus, merci jeune english. Je serre les dents, ne pouvant empêcher mes jambes de m’éloigner de la jeune femme. Mais merde, qu’est-ce qu’elle est en train de me faire ? C’est une… Sorcière ? Je ne vois pas d’autres explications. Si elle avait été un démon, je l’aurais senti et elle n’est pas une médium. Sorcière, anglaise, rousse, connectée à l’Audito Mortis… Tous ces indices, c’est pas possible, c’est beaucoup trop gros. Je cesse de lutter et son esprit se retire du mien. Je reste encore sur mes gardes, mais j’ai vraiment de plus en plus de mal à imaginer cette jeune fille comme une menace. Si ça se trouve, elle était vraiment là sans mauvaise intention.

«Vous avez de ces idées ! Comment vous voulez que je vous réponde en essayant de m'égorger ! Bon sang, vous êtes malade !» Je hausse simplement les épaules. « Le jury n’a pas encore délibéré. » Elle n’est pas la première à me dire que je suis malade. Je ne compte plus le nombre de personnes qui m’ont sorti cette phrase. Ça doit être cet effet que je fais aux gens. J’ai l’air d’un malade ? Dans un sens, on n’est pas très loin de la vérité. «Vous avez une définition assez singulière d'être un gars sympa, vous ! Croyez-moi, un gentil homme n'aurait pas tenté de m'arracher la tête !» J’éclate d’un rire franc. Cette scène est tellement surréaliste. « Bienvenue dans le monde des adultes ! »

«Ah et si vous le demandez si gentiment, je réponds au prénom d'Esmée, ou Lyriana bien qu'il soit bien moins utilisé.» Je lâche un soupir un peu forcé

« Ah bah, voilà, on avance. Esmée, donc ? Joli prénom.
- Je suis désolée pour la manière intrusive de vous repousser, mais vous ne m'avez pas vraiment laisser le choix.»

Je dois dire que ça, je ne m’y attendais pas. Une excuse sincère. Ça m’intrigue légèrement, je dois bien l’admettre. Une excuse sarcastique encore, j’aurais compris, mais elle n’a pas l’air de se moquer de moi. Sur ce coup-là, ça me prend totalement au dépourvu. Je n’ai pas l’habitude de recevoir des excuses, surtout pour une riposte. Après tout, j’ai attaqué le premier, il serait normal qu’elle ne s’excuse pas pour de la légitime défense.


«Je ne parle pas chinois, je vous dis que la personne que je cherche ne vous regarde pas ! C'est un humain, vous savez deux jambes, deux bras et une tête. Ça ne vous sera d'aucune utilité donc de connaitre son identité.
- Et comment veux-tu que je t’aide à retrouver cette personne si tu ne me donnes pas son nom ? Parce que je ne veux pas te décourager, mais il y a plus de 7 milliards d’êtres humains sur cette Terre, donc t’as intérêt à commencer tes recherches maintenant. »

Je range mon athamé dans son étui et je croise mes bras sur mon torse. On est tous les deux butés, on ne va pas aller loin comme ça. On se toise quelques instants. Ça va être long. Je prends une grande inspiration. Techniquement, je suis censé être l’adulte de cette pièce, c’est donc à moi de faire un effort. « La personne que tu cherches ne serait pas un Rosenbach ? » Anglais, connecté à l’Audito Mortis, ça ne court pas forcément les rues. Son visage semble s’illuminer à la mention de ce nom. Bah voilà, on y arrive. « Tu cherches Edwin ou Sloan ? Les deux sont des têtes à claques, je te préviens. » Entre le sorcier grincheux et la sorcière casse-burnes, j’en peux plus des Rosenbach. Je pense que la petite fait partie de leur famille. Avec cet accent anglais, je pense ne pas trop me tromper.


War is never over
Sometimes I don't know where this dirty road is taking me. Sometimes I don't even know the reason why. Well it's easier than just a-waitin' around to die

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

The Dark Side does not have cookies | Ft. Irwyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Come to the Dark Side... we have cookies ! [PV Tom]
» London's Dark Side [+18 ans] - RPG Surnaturel / City
» walk you through the dark side of the morning (farokh)
» Come to the dark side, we have cookies!
» CHICAGO - Forum RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House Of Hell :: New Orleans :: North Quarter :: St Augustine-