AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


n'hésitez pas à nous laisser un petit mot sur Bazzart & PRD
GROUPES
Merci de privilégier les Esprits (en priorité), Humains et Démons,
ainsi que sorciers voudouns lors de votre inscription! ♥

Partagez | .
 

 Prologue d'un vieux conte irlandais [Irwyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Demons just want to have fun
avatar
Noah J. Forester
❝ Demons just want to have fun ❞
Messages : 539 Points : 3361 Date d'inscription : 20/06/2016 Age : 26 Localisation : Sur son nouveau terrain de jeu
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Ven 24 Mar - 0:56.
Les expériences, c'est fun. Quand les expériences avortent, c'est moins fun. Mais Stolas ne lâchait pas facilement l'affaire, quelle qu'elle soit. Il pouvait souvent passer pour un illuminé auprès de ses pairs, il s'en foutait. Peu importait qu'un acte ne porte pas ses fruits, il avait l'éternité devant lui. Que serait cette éternité sans oser ? Que représentaient trente-sept années pour un Prince Démon ? Rien du tout. Alors, si ça fonctionnait, c'était tout bénéf'. Si le hasard l'avait conduit à se trouver à la Nouvelle-Orléans à cette période précise, Stolas ne pouvait décemment pas passer à côté de l'occasion. C'était trop tentant.

« Docteur Forester ? Oh ça rime ! Heu... Enfin, je veux dire, votre rendez-vous avec le traducteur est dans une heure. »

L'interpellé ferma aussitôt le dossier qu'il était en train de compléter, avec le même entrain qu'un écolier rangeait ses cahiers à la sonnerie. Fini la paperasse ! Il s'était montré toute la journée d'un enthousiasme anormal, même pour lui. Il fallait dire que la rencontre qu'il avait réussi à programmer changerait de sa routine. Et la routine constituait le pire fléau que l'humanité ait créé, parole de Démon. C'était pas ça, il trouvait de l'amusement dans la plupart de ses consultations, d'une façon ou d'une autre, et il avait des patients très divertissants en ces temps confusant. Comme ce médium qui s'ignorait et lui racontait toutes ses craintes de folie. En fait, il pourrait peut-être se servir de lui si ça ratait avec... Irwyn. Il n'était plus habitué à ce prénom. A un moment, il avait craint qu'il s'enferme dans un rôle trop mortel – et ça n'avait rien de génial à ses yeux. Que son idée le piège. La mission tombait à pic, avait-il songé à l'époque. Le hic, c'est qu'il n'avait pas prévu ne plus pouvoir y retourner. Enfin, il allait bien voir ce qu'il pourrait faire. Si son absence était rattrapable.

Bip bip.

Noah avait fait le chemin bureau-voiture en un temps record. S'il avait figuré dans un dessin animé, il aurait sautillé en réduisant sa crédibilité à moins quarante. Comme il ne faisait partie que de la réalité, il ne courut ni ne gambada. Il fit juste un genre de pas de danse en arrivant à son véhicule. Le petit pas classe des gens heureux avec un mouvement fluide pour ouvrir la voiture sans s'arrêter. Le tout, bien sûr, accompagné d'une petite chansonnette :

« Demons just want to have fun... »

La route était un peu longue jusqu'au bayou. Il y avait pris une maison construite récemment, pour l'isolement moyen et empêcher un mortel de sortir du camp. Du coup, il avait pris un 4x4, histoire de pas s'embourber.

« ...That's all they really want
Some fun
When the faking day is done
Demons, they wanna have fun... »


Chez lui, vérification de l'heure. Il était dans les temps. Il en avait pour vérifier que rien qui ne puisse faire fuir l'interprète ne traîne. Belle petite maison de kiné célibataire. Aucune déco, murs blancs, pas de plantes (faudrait pas qu'il se croit au Paradis non plus), meubles fonctionnels... Des bibliothèques remplies de bouquins trahissaient son métier, mais aussi ses études de l'environnement humain... Il y avait autant de livres historiques ou de sociologie en plus de médecine, que de romans divers. Beaucoup en anglais, certains en français, d'autres en espagnol, quelques uns en allemands. A côté des bouquins, des CD's et des blu ray de films et séries (parce qu'autant se taper la connerie humaine en bonne qualité). Bon, il savait, hein, que l'ère était au numérique, bla bla bla. Il aurait pris volontiers un abonnement Netflix s'il n'y avait pas de problèmes de réseau. Sur le lecteur restait la boîte de la saison six de Game of Thrones. Les Humains éprouvaient tant de fascination pour la violence... Et puis, ils croisaient un Démon et ils devenaient les grands défenseurs de la veuve et l'orphelin, de toutes leurs valeurs vertueuses. C'était aussi intéressant qu'étrange. Cela dit, Stolas ne s'en plaignait pas – il aimait le challenge.

Le prétexte du rendez-vous venait dire bonjour à la table quand on sonna à la porte. Il s'agissait d'un livre, ou plutôt d'une brique, sur l’acupuncture en mandarin que Stolas aurait très bien pu lire tel quel. Sans attendre (c'est un gamin, c'est un gamin, on ne peut plus rien y faire), monsieur Forester ouvrit à son invité.

« Monsieur Laighléis, bonjour. »

Il l'accueillit en lui offrant sa main, un sourire aux lèvres. Il l'observa un instant et, analyse de la tête au pied effectuée, le pria d'entrer. L'analyse avait par ailleurs peut-être un peu trop duré.

« Je vous remercie d'avoir accepté. J'imagine que vous devez avoir des missions plus urgentes, mais je vous assure que celle-ci est importante. Venez, c'est par ici. »

Il le conduisit dans le living, côté salle à manger. Construite rapidement après la catastrophe, la maison s'avérait petite mais idéale pour une personne. Avant de s'asseoir lui-même, il demanda :

« Vous voulez boire quelque chose ? Ça ne vous dérange pas si on se tutoie ? J'encaisse les « vous » à longueur de journée au boulot, c'est épuisant. »

Vouvoyer les gens l'emmerdait surtout profondément.


Dernière édition par Noah J. Forester le Mar 6 Juin - 17:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Is that blood ? ...No
avatar
Irwyn Laighléis
❝ Is that blood ? ...No ❞
Messages : 453 Points : 359 Date d'inscription : 04/01/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 30 Mar - 22:55.



Noah & Irwyn
Prologue d'un vieux conte irlandais




Ah, enfin ! J’y croyais plus, je pensais que j’allais rester au chômage technique pour toujours. Parce que bon, les missions pour l’Audito Mortis, c’est bien rigolo mais ça ne paye pas des masses. Et puis, mon travail me manque, quand même. Ça fait tellement longtemps que je n’ai plus eu l’occasion de travailler que j’ai peur d’avoir oublié des choses importantes. La prononciation du mandarin, par exemple. Une horreur. Ça m’a pris un temps fou pour pouvoir prononcer tous les sons correctement. Bien sûr, je ne parle même pas de l’arabe où je rencontre plus ou moins le même problème même si, moins que pour le mandarin, je l’admets.

J’ai réussi à me retrouver un téléphone portable. Enfin… Disons que l’hôpital est un endroit plein de surprises. Roh, ça va, ce médecin a très certainement de quoi s’en payer un autre et puis, c’est de sa faute aussi, il ne fallait pas laisser son portable en évidence et me tourner le dos. Si je veux éviter les problèmes, je vais quand même éviter de fréquenter l’établissement dans les prochains jours. Entre le portable et la prothèse, ils vont finir par se poser des questions. Alor quelques négociations mouvementées avec l’opérateur, j’ai pu récupérer mon ancien numéro et me voilà de nouveau avec un moyen de communication qui m’avait grandement manqué.

Quand j’ai reçu l’appel de ce kinésithérapeute, j’ai débord cru à une mauvaise blague d’Edwin. Ce foutu Anglais sait que mon ancien boulot me manque et ce serait carrément son genre de me faire croire à un nouveau contrat pour me faire payer ces dernières semaines. Mais bon, je suis tellement désespéré que, même s’il s’agit d’une blague, je vais quand même y aller. Juste au cas où Edwin soit innocent. C’est donc partagé entre l’appréhension et une certaine bonne humeur que je rassemble mes affaires. Dictionnaire de mandarin, chinois et chinois traditionnel et bloc-notes entre autres. Ah et une feuille de devis, aussi. En tant que traducteur, je suis payé au mot alors, suivant l’ouvrage et ce que je vais avoir à traduire, ça peut être utile.

Une fois devant la maison, j’hésite. Je suis bien à la bonne adresse mais, erm, une maison perdue au milieu du bayou, c’est louche non ? Surtout en sachant qu’il s’agit peut-être d’une blague, j’aime moyen ça. Je prends une grande inspiration et je frappe à la porte. Un homme assez grand se dessine dans l’encadrement de la porte. « Monsieur Laighléis, bonjour. » Une main tendue vers moi que je rechigne à saisir. Quelque chose me dérange chez ce type. Je ne saurais pas dire quoi… Je le détaille, j’essaye de mettre le doigt sur ce qui me dérange mais impossible. La seule chose que je pourrais dire, c’est qu’il n’est pas humain. Et ça ne me plaît pas trop. Surtout qu’on est paumé au milieu du bayou et que la ville est à quelques kilomètres…

« Je vous remercie d'avoir accepté. J'imagine que vous devez avoir des missions plus urgentes, mais je vous assure que celle-ci est importante. Venez, c'est par ici. » Hum… Alors, c’est pas que je ne veux pas mais, je reste méfiant. Je ne sais pas ce qu’est ce monsieur. Il n’a pas l’air hostile mais quand même. De toute façon, j’ai besoin de ce job alors, tant pis, je la ferme et j’entre. Sur la table est très certainement posé le livre que je vais devoir traduire. Ah ouais quand même… J’ai bien fait de ne pas faire la fine bouche. Avec la taille du bousin, je vais me faire trois fois plus que ce que j’ai touché depuis l’ouverture de la bouche.

« Vous voulez boire quelque chose ? Ça ne vous dérange pas si on se tutoie ? J'encaisse les « vous » à longueur de journée au boulot, c'est épuisant. 
- Je vais prendre la même chose que toi et non, ça ne me dérange pas qu’on se tutoie, ce sera beaucoup plus simple comme ça »

Je dois me faire violence pour retenir mes questions sur la véritable nature de l’homme. Il n’est pas un esprit ni un possédé, ça, c’est certain, je l’aurais senti. De toute façon, je vais avoir plein de temps pour essayer de devenir ce qu’il est. Je balaye la pièce du regard, tout est normal, un intérieur tout ce qu’il y a de plus banal. « Joli maison » Ok, je suis peut-être un peu jaloux, mon appart fait pâle figure à côté. Avant, je pouvais me vanter d’avoir un appartement d’à peu près la taille de sa maison mais il se trouve qu’entre temps, l’Apocalypse s’est abattu sur NOLA.

Assis autour de la table, je déchiffre rapidement le titre du bouquin. Un livre sur l’acupuncture, donc ? J’ai bien fait de prendre mes dictionnaires, je vais avoir pleins de mots scientifiques à traduire. Il revient avec deux verres de Whisky dans les mains et en dépose un devant moi. Je le remercie d’un signe de tête et je sors le papier pour faire le devis « Alors, pour le mandarin, c’est 35$ par pages, sans compter les frais de déplacement et la complexité de l’ouvrage. Pour d’autres, je l’aurais compté mais là, je t’en fais cadeau » C’est surtout que déjà, tu vas raquer sec alors, je peux au moins te laisser sauvegarder ces quelques dollars.

« Ça vous intéresse depuis longtemps l’acupuncture chinoise ? »
Fiche codée par Koschtiel


War is never over
Sometimes I don't know where this dirty road is taking me. Sometimes I don't even know the reason why. Well it's easier than just a-waitin' around to die



Dernière édition par Irwyn Laighléis le Mer 16 Aoû - 22:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Demons just want to have fun
avatar
Noah J. Forester
❝ Demons just want to have fun ❞
Messages : 539 Points : 3361 Date d'inscription : 20/06/2016 Age : 26 Localisation : Sur son nouveau terrain de jeu
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 3 Avr - 19:42.
Irwyn avait pris davantage de sa mère. Après observation en face à face, il était largement plus typé irlandais que démoniaque. L'avantage, c'est qu'il attirait moins l'attention. En revanche, au vu de leur manque de ressemblance, le convaincre de leur parenté se révélerait sans doute plus compliqué.   Pourtant, le panneau clignotait au-dessus de sa tête. Non, il n'avait pas suivi le mauvais gamin. Cet homme était une progéniture de Démon. Sa progéniture. C'était étrange, de le rencontrer alors qu'il approchait la quarantaine, alors que Stolas avait pensé le voir grandir. Quand, enfin il voulait s'impliquer dans la vie de son enfant, on l'en empêchait... S'il avait été soulagé à l'époque, il regrettait malgré tout ne pas avoir pu conduire l'expérience comme il le désirait. Cet enfant, il l'avait voulu. Dans la cuisine occupé à servir leur verre, il se rendait compte qu'il était passé à côté d'une belle opportunité. Il avait laissé un petit garçon, superbe matière première à modeler, et retrouvait un homme dont deux abrutis d'Humains avaient dû bourrer le crâne de conneries. Mais, c'était plus fort que lui, il devait tenter. Il ne pouvait pas admettre qu'il avait passé quasiment quatre ans à se faire royalement chier dans un village paumé pour rien. Impossible ! Le « OK, j'ai foiré », c'était pour plus tard.

Il revint donc avec deux verres de Whisky – c'était le meilleur clin d’œil qu'il ait trouvé dans ses réserves. Le Médium s'était installé à la table et s'intéressait à la raison officielle de sa venue. Tant mieux. Stolas l'avait senti hésitant. Il déposa les boissons sur la table avant de s'asseoir en face du traducteur. Voir le livre semblait avoir concentré ce dernier sur son travail. Une bonne chose. Il hocha la tête à son prix – il ne comptait pas négocier, l'argent avait peu d'importance. Mais s'il voyait que ça intéressait Irwyn, il pourrait toujours lui offrir du bonus.

« Ça m'a vaguement intéressé durant mes études, mais elle était assez mal perçue alors je me suis concentré sur ce qui me donnerait mon diplôme. Maintenant que je suis installé, j'aimerais ajouter une corde à mon arc. Comme toi et les langues. Tu en parles combien ? »

Quand il avait appris son choix de profession, il avait été positivement surpris. Non qu'il rêvât de cette carrière pour son descendant... Mais une voie pareille signifiait que ses pouvoirs ne représentaient pas sa priorité. Or le voilà à NOLA pendant l'explosion paranormale. Stolas était curieux des convictions d'Irwyn. Enfin il l'était un peu tout ce qui constituait le Médium, de toute façon. Son caractère, ses opinions, ses rêves, ses valeurs, ses peurs... Au plus il amassait d'informations, au mieux il pourrait le manipuler. Ou savoir que ça ne servirait à rien.

« Je ne t'ai pas fait venir pour te découper en petits morceaux, tu sais. Tu peux respirer. »

Stolas entendait les interrogations du Médium depuis tout à l'heure. Sa réserve à entrer, les doutes le concernant. Irwyn avait capté sa fréquence, mais ne trouvait pas le nom de la radio. Le livre avait été une courte distraction. Ce serait con qu'il se barre. Il haussa les épaules tout en enchaînant :

« Puisque t'as compris que j'étais pas humain, ça sert à rien de faire semblant. J'ai pas l'intention de te donner des raisons de te méfier de moi... Enfin, des raisons supplémentaires. » Il but une nouvelle gorgée du liquide ambré. « Pour être totalement honnête avec toi, je voulais te rencontrer. Mais je suis vraiment intéressé par l'acupuncture si ça peut te rassurer. »

Maintenant, voyons voir la réaction que ces paroles engendraient.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Is that blood ? ...No
avatar
Irwyn Laighléis
❝ Is that blood ? ...No ❞
Messages : 453 Points : 359 Date d'inscription : 04/01/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 19 Avr - 21:59.



Noah & Irwyn
Prologue d'un vieux conte irlandais




« Ça m'a vaguement intéressé durant mes études, mais elle était assez mal perçue alors je me suis concentré sur ce qui me donnerait mon diplôme. Maintenant que je suis installé, j'aimerais ajouter une corde à mon arc. Comme toi et les langues. Tu en parles combien ? » Je n’arrive pas à mettre le doigt sur sa nature et ça m’énerve. J’attrape le verre de Whisky devant moi et je bois une gorgée du liquide ambré. Instinctivement, je jette un regard à l’intérieur. Je n’ai pas confiance. Je sens des ondes émaner de son être, mais ça ne ressemble à rien que je connais. Il n’est pas humain, ça, c’est certain. Il n’est pas un esprit ni un possédé. Du coup, je suis un peu perdu. Est-ce qu’il pourrait être un démon ? Peut-être, mais je n’ai aucun moyen d’être sûr et je ne peux pas l’accuser comme ça e espérant qu’il me révèle sa véritable nature. Je suis plongé dans ma réflexion, si bien que j’en oublie presque de répondre à sa question. Finalement, cette traduction ne m’intéresse plus autant. J’aimerais savoir à qui j’ai affaire avant de continuer. Tout en reprenant la feuille de devis vers moi, je plante mon regard dans celui de mon interlocuteur. « Je parle 5 langues couramment en comptant ma langue maternelle : l’anglais, le russe, le chinois, l’espagnol et l’arabe, et j’ai quelques notions d’hindi. » Mon discours sort de façon monotone, telle une chanson bien apprise. C’est une question qu’on me pose souvent alors, la réponse sort presque immédiatement.

« Je ne t'ai pas fait venir pour te découper en petits morceaux, tu sais. Tu peux respirer. » Ça, c’est à moi d’en décider. Tant que je ne connais pas sa vraie nature, il est une menace et je reste sur mes gardes. Instinctivement, une de mes mains se pose sur l’athamé autour de ma taille. Je l’ai toujours sur moi, avec tout ce qu’il s’est passé et ce qui arrive en ce moment, je suis devenu incapable de m’en séparer. C’est simple, je ne peux plus sortir sans. Surtout que, si j’ai besoin de me défendre comme un esprit, j’ai besoin de cet athamé, ne serait-ce que pour tracer un sceau de protection. Son haussement d’épaules me fait me crisper. Non, vraiment, je ne suis pas rassuré.

« Puisque t'as compris que j'étais pas humain, ça sert à rien de faire semblant. J'ai pas l'intention de te donner des raisons de te méfier de moi... Enfin, des raisons supplémentaires. Pour être totalement honnête avec toi, je voulais te rencontrer. Mais je suis vraiment intéressé par l'acupuncture si ça peut te rassurer. » Je fronce les sourcils, je ne suis pas sûr de bien comprendre. C’est quoi son problème à ce mec ? Pourquoi est-ce qu’il voulait me rencontrer ? Comment peut-il savoir que j’ai des doutes sur sa véritable nature ? « Je pense plutôt que ce livre sur l’acupuncture n’est qu’un prétexte, mais dit-moi, je suis curieux, pourquoi voulais-tu me rencontrer ? » Jusqu’à preuve du contraire, on ne se connaît pas. Je n’ai jamais entendu parler de lui et ma réputation en tant que traducteur et interprète s’est effondrée en même temps que NOLA. J’essaye de garder une attitude calme et posée, mais ça me demande un sacré effort. J’ai l’impression de m’être fait flouer en venant ici. Ce mec s’est bien foutu de ma gueule avec son bouquin sur l’acupuncture chinoise. En même temps, à quoi je m’attendais, je le sentais que cette situation était louche. La main serrant toujours fermement le manche de l’athamé, je ne le quitte pas du regard. Ça me tape de plus en plus sur les nerfs de ne pas savoir à qui j’ai affaire, surtout en connaissant les motivations de l’homme. « Et si tu veux être totalement honnête avec moi, dis-moi ce que tu es et pourquoi mon cas semble autant t'intéresser. » Et si sa réponse ne me plaît pas, je lui ferais bouffer son bouquin sur l'acupuncture avant de me barrer d'ici vite fait.
Fiche codée par Koschtiel


War is never over
Sometimes I don't know where this dirty road is taking me. Sometimes I don't even know the reason why. Well it's easier than just a-waitin' around to die



Dernière édition par Irwyn Laighléis le Mer 16 Aoû - 22:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Demons just want to have fun
avatar
Noah J. Forester
❝ Demons just want to have fun ❞
Messages : 539 Points : 3361 Date d'inscription : 20/06/2016 Age : 26 Localisation : Sur son nouveau terrain de jeu
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 18 Juin - 22:46.
Ouh monsieur n'était pas content. Tendu, mon gars ? Était-ce le fait de s'être fait avoir ou ne pas connaître les réponses à ses interrogations qui le rendait si grognon ? Un sourire barra le visage du Démon. C'était parti. La patience n'était pas toujours son truc. Il s'ennuyait, il avait besoin d'un peu moins de comédie humaine et un peu plus de jeu démoniaque. Qu'allait-il lui dire ? Jusqu'où allait-il ce jour-là ? S'adapter au fur et à mesure lui allait bien, mais le début était certain, déjà préparé. Il fit glisser le livre vers lui. S'il pouvait le faire sortir de ses gonds, ce serait quand même chouette.

« Il est intéressant pourtant. Est-ce que tu sais comment a disparu ta mère ? »

Ses traits avaient repris en sérieux. Des pages ouvertes, il sortit la coupure d'un vieux journal britannique et la posa devant le Médium. Irwyn voulait de l'honnêteté, on ne tournait plus autour du pot.

Un cadavre retrouvé dans la Shannon

Ce dimanche 9 août des pêcheurs de Lecarrow ont eu la mauvaise surprise d'attraper un corps. Les autorités ont immédiatement été appelées. L'autopsie révèle que la mort ne remonte qu'à deux jours. Si la noyade en est la cause, des traces de ligatures marquent les poignets dirigeant l'enquête sur un homicide. La victime a été identifiée au nom de Aislin Laighléis. Sa disparition avait été signalée dès les premières vingt-quatre heures. Les services sociaux ont pris en charge son jeune enfant et espèrent pouvoir contacter le père qui travaille à l'étranger depuis un an.

11 août 1987

« J'ai voulu te rencontrer parce que je sais qui tu es et que je connaissais Aislin. Je pense qu'elle mérite que tu saches ce qui lui est arrivé. Tu dois être au courant de la noyade, mais la police n'a jamais retrouvé ses assassins. J'en sais un peu plus. »

D'apparence, il pouvait sembler presque triste – sans ironie. Stolas l'était, en quelque sorte. Après tout, il l'avait choisie pour mettre à bien son expérience. Elle devait en assurer la réussite. Sa mort avait contrarié tous ses plans. Il n'avait entendu son message que bien trop tard. Ça l'avait mis dans une rage folle. Ces petits cons se la jouaient provoc'. Maintenant, il se retrouvait face à son cobaye et rien n'était fait. Déprimant.

Après avoir tourné quelques pages, il sortit deux pages, pliées en deux cette fois. Les photocopies contenaient des notes écrites à la main sur des recherches autour de miss Laighléis. La question centrale était simple : était-elle un Démon ? Des événements étranges avaient été inscrits, ainsi que les observations de surveillance, le résultat de certains tests (l'eau bénite dans sa boisson, rien à signaler, le fer, pareil...) et ses possibles liens. La pauvre n'avait pas eu la chance d'avoir une famille dans la ville où elle s'était réfugiée – en fait, le peu qui lui restait était parti à l'étranger. L'isolement semblait un indice de choix pour les chasseurs de Démons.

« Qu'est-ce que tu sais du paranormal ? Et tu penses quoi de l'Audito Mortis ? »

Quand Noah lui passerait ces pages, l'interprète pourrait également se vanter d'avoir soulevé les intérêts dès son plus jeune âge. A quatre ans, c'était une petite star. Cependant, avant de passer à cette étape, il voulait entendre son avis.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Ô Dieu Connard
❝ Admin ❞
Messages : 533 Points : 5632 Date d'inscription : 02/10/2015
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Eye Of The Tiger - Survivor, Holding On For A Hero - Bonnie Tyler, Smooth - Santana ft Rob Thomas, Living On A Prayer - Bon Jovi, The Final Countdown - Europe, Bad - Michael Jackson, Gonna Need A Graves - Urban Country, Total Eclipse Of The Heart - Bonnie Tyler, Empire of Our Own - Raign, Don't Stop Me Now - Queen, Everybody Wants To Rule The World - Lorde
http://houseofhell.forumactif.com
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 23 Juil - 14:35.
Bonjour,

   Le RP n'a pas de réponse depuis au moins un mois, faut-il l'archiver ? Si c'est le cas, pensez à prévenir dans le sujet adéquat. S'il n'est pas terminé, n'oubliez pas votre partenaire de jeu :beuh:
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Is that blood ? ...No
avatar
Irwyn Laighléis
❝ Is that blood ? ...No ❞
Messages : 453 Points : 359 Date d'inscription : 04/01/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 25 Juil - 12:47.



Noah & Irwyn
Prologue d'un vieux conte irlandais




Je n’aime du tout ce qui est en train de se passer. Avec le sourire idiot qui lui barre le visage, j’ai l’impression qu’il est juste en train de s’amuser et qu’il possède des informations que je n’ai pas. Je déteste me retrouver dans une position aussi désavantageuse. Qu’est-ce qu’il sait et que j’ignore ? Il me repasse le livre. Je prends une grande inspiration silencieuse. J’espère qu’il ne m’a pas fait venir ici juste pour jouer avec mes nerfs. « Il est intéressant pourtant. Est-ce que tu sais comment a disparu ta mère ? » Je sens mon souffle se couper l’espace d’une seconde. Pourquoi est-ce qu’il me demande un truc pareil ?! Très peu de gens savent que ma mère est décédée. Bordel, mais c’est qui ce gars ? Mes yeux se posent sur la coupure de journal qu’il me tend et ma gorge se serre de plus en plus. C’est la même. C’est la même coupure de journal que j’ai lu sur Internet le jour où j’ai découvert qui était vraiment cet esprit. Je savais que je n’aurais pas dû venir ici aujourd’hui. Je ne sais pas quoi dire, pas quoi répondre. Cet homme en sait clairement plus que moi sur cet accident, mais j’ai aucune putain d’idée de qui il est.

« J'ai voulu te rencontrer parce que je sais qui tu es et que je connaissais Aislin. Je pense qu'elle mérite que tu saches ce qui lui est arrivé. Tu dois être au courant de la noyade, mais la police n'a jamais retrouvé ses assassins. J'en sais un peu plus.
- Tu penses rien du tout. Tu connaissais peut-être ma mère, mais moi, j'ai aucune putain d'idée de qui tu es. »

Mon sang bout dans mes veines. A cet instant, je n’ai qu’une envie, c’est de sauter de cette chaise pour lui faire ravaler son putain d’air condescendant. « Qu'est-ce que tu sais du paranormal ? Et tu penses quoi de l'Audito Mortis ? » Je hausse les épaules en ricanant. « Pas grand-chose, juste des rumeurs à propos d’une bande d’illuminés qui pensent pouvoir sauver le monde. » C’est un démon, c’est un putain de démon. Je ne dois pas flancher. Je sais qu’ils peuvent lire dans les pensées et à l’Audito, on nous a préparés à ça. Dès que je suis arrivé dans le périmètre de cette maison, je l’ai senti. Depuis, je joue au gentil petit médium ignorant et j’aurais très certainement continué jusqu’à ce que je trouve une ouverture, mais là, la situation est complètement surréaliste. Cependant, je ne vais pas dévoiler mon jeu tout de suite, j’ai vraiment besoin de savoir ce qu’il se passe ici. Alors, gardant mon air hébété, je crois fermement à ce que je dis. J’ignore qui sont ces gars de l’Audito Mortis, j’ai simplement entendu des rumeurs, des bruits de couloir.

Il me passe les deux pages qu’il triturait entre ses mains et mon malaise s’intensifie encore plus. C’est un rassemblement de notes à propos de ma mère et… De moi ? Il essayait de savoir si elle était un démon et il a fait des expériences pour ça. Bordel, mais qu’est-ce que c’est que ça ?! « Putain, mais t’es qui ? » Je me sens de plus en plus à l’étroit ici, l’impression d’être pris au piège. J’ai aucune idée de ce qu’il se passe ici ou de pourquoi mon cas semble tant l’intéresser. Je regarde les notes et je vois juste de nouvelles expériences, des traits de caractère, des habitudes. Il est également noté les événements surnaturels qui sont arrivés autour de moi lorsque j’étais petit. Je m’en souviens que très vaguement. La maison où j’étais n’était pas protégée contre les intrusions d’esprit donc ils pouvaient y venir comme bon leur chantait. Je me souviens d’objets volant à travers le salon, de verres brisés, de départ de feu, mais ce gars a littéralement tout répertorié. Je n’étais déjà pas très à l’aise au début, mais là, je commence réellement à prendre peur. « Pourquoi tu as toutes ces notes ? Comment tu peux être au courant de tout ça ? »
Fiche codée par Koschtiel


War is never over
Sometimes I don't know where this dirty road is taking me. Sometimes I don't even know the reason why. Well it's easier than just a-waitin' around to die



Dernière édition par Irwyn Laighléis le Mer 16 Aoû - 22:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Demons just want to have fun
avatar
Noah J. Forester
❝ Demons just want to have fun ❞
Messages : 539 Points : 3361 Date d'inscription : 20/06/2016 Age : 26 Localisation : Sur son nouveau terrain de jeu
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 15 Aoû - 1:52.
Le mouvement était lancé, plus moyen de retourner en arrière. Le Démon n'avait aucune idée du bien fondé de son manège. Il devait tenter le coup. Oser, parier, il pourrait se renier s'il ne le faisait pas. Il refusait d'être un couillon qui vivait dans le pays du « Et si... ». Il avait parfaitement conscience qu'il risquait plus de perdre que de gagner, mais tant pis. Le déroulement, c'était la partie du jeu qu'il préférait. Peu importait le résultat. Admirer Irwyn se braquer, s'énerver. Le contempler découvrir les éléments du jeu, se rendre compte qu'il lui manquait tant d'informations sur sa vie. Sentir qu'il se retenait de lui sauter à la gorge pour avoir des réponses. Ouais, il adorait ça.

Si le Médium ne connaissait effectivement que des rumeurs sur l'Audito Mortis, c'était bon signe. Par contre, il n'avait pas répondu à la première question concernant ses connaissances sur le surnaturel. S'en tenait-il à l'écart ? Ses distances avec la bande d'illuminés comme il les avait si bien appelés le ferait penser. A moins qu'il préfère travailler seul... De toute façon, Stolas ne recevrait de réelle réponse que si son fils décidait de les lui donner clairement. Ou si celui-ci tentait de l'exorciser. Il n'y aurait aucune certitude sans faits.

L'entité démoniaque lui passa ensuite les pages précédemment préparées. Calme, elle affichait un calme troublant face à la boule de nerfs que représentait le mortel. Aucune raison de s'énerver. Il était évident que la séance ne plairait pas à Irwyn. Le pire restait à venir. L'analyse de leur foyer, alors qu'il vivait encore avec sa mère biologique, faisait monter d'un cran son impatience. Noah restait impassible, alors même que la question cruciale l'apostrophait une nouvelle fois. Qui était-il ? Beaucoup d'éléments s'éclairciraient quand l'Irlandais saurait. Beaucoup de choses pourraient changer. Voilà une raison pour laquelle il n'était pas plus mal que Stolas donne sa version en premier. Qu'il le croit sur parole, ça, non, il ne comptait pas là-dessus. Juste que l'histoire reste imprimée dans sa mémoire. Qu'il fasse ses propres recherches. Sur le fond, le Démon n'avançait que la vérité. Un reproche qu'il ne pourrait pas lui faire.

« Je les ai prises à ceux qui ont tué ta mère, après les avoir pourchassés. »

C'était le moment, l'instant. Plus moyen de revenir en arrière. La situation paraissait incroyablement étrange pour le soi-disant kinésithérapeute, complètement décalée. Ses yeux fixés sur Irwyn, il ajouta :

« J'arrive pas à croire que je vais dire ça... Je suis ton père, voilà comment je sais tout ça. »

Durant ces millénaires d'existences, c'était la première fois qu'il révélait son lien de parenté à l'un de ses enfants. Il avait fait face à d'autres, certains dont il était au courant de sa paternité, d'autres non, mais il n'avait jamais pris le soin d'annoncer leur filiation. Stolas n'avait pas ce que les Humains appelaient l'instinct paternel, pas ce besoin de descendance, encore moins ce sentiment de responsabilité. Il se fichait royalement de ce qu'il laissait derrière lui. La vie de famille, c'était humain, et il n'avait rien d'humain. Irwyn ne figurait pas d'exception. Il avait été conçu pour devenir une arme, un avantage. S'il avait fait en sorte de devenir un compagnon et un père, sa nature avait repris le dessus. Il ne pouvait imiter l'humanité indéfiniment : le soldat infernal fut appelé. Il n'avait même pas eu le temps de revenir. Aislin était morte, l'enfant placé. Un investissement raté.

Il se leva, prêt à toute réaction, ne fit pourtant aucun geste menaçant. Il ne laissa qu'un souffle passer entre sa révélation et l'histoire complète. Il fallait qu'elle soit dite avant que le Médium ne s'énerve totalement.

« Avant que tu ne dises quoi que ce soit, écoute ce que j'ai à dire. Aislin était humaine, mais elle était seule. Des sorciers l'ont pris pour cible, persuadés qu'elle complotait contre leur camp – ceux que tu appelles la bande d'illuminés, l'Audito Mortis. J'ai dû partir quand tu avais quatre ans, ils en ont allègrement profité. Tout ce que tu as lu, c'est d'eux. Une nuit, ils sont entrés dans notre maison, l'ont assommée et ligotée. Ils l'ont emmenée dans un de leurs repères et l'ont interrogée. Elle n'a jamais rien avoué, alors ils l'ont noyée. Quand j'ai appris tout ça, je ne pouvais plus l'aider et tu étais  dans une famille d'accueil. On passe le couplet comme quoi je ne serais jamais ton père et la suite, je voulais juste que tu saches ce qui est arrivé à ta mère. Certains Cordell viennent d'arriver en ville et tu représentes leur plus grosse erreur. Fais ce que tu veux de ça. »

Bon, c'était quoi la prochaine étape ? Pluie de questions, de reproches, d'insultes ? Ou de poings ?
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Is that blood ? ...No
avatar
Irwyn Laighléis
❝ Is that blood ? ...No ❞
Messages : 453 Points : 359 Date d'inscription : 04/01/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Hier à 1:51.



Noah & Irwyn
Prologue d'un vieux conte irlandais




« Je les ai prises à ceux qui ont tué ta mère, après les avoir pourchassés. » J’ai la gorge nouée. Je nage dans une totale incompréhension. Pourquoi est-ce qu’il ferait ça ? Pourquoi est-ce qu’un démon irait pourchasser des assassins ? Ça n’a aucun sens. Qu’est-ce qu’il veut ? J’ai les nerfs à vif, je n’aime pas du tout ce qui est en train de se passer ici. Je savais que venir à ce rendez-vous était une mauvaise idée. Pourquoi un démon serait-il aussi intéressé par ma mère et moi ? « J'arrive pas à croire que je vais dire ça... Je suis ton père, voilà comment je sais tout ça. » Cette révélation me fait l’effet d’une douche froide. Ce démon est mon père ? Non, non, non, non et non. Je n’y crois pas une seule seconde. Ce type ne peut pas être mon père, je refuse. D’accord, j’ai des problèmes, mais là, je me suis sens insulté. Dans un élan colérique, je me lève, les yeux brillant d’une lueur assassine. « T’es qu’une putain de raclure de me dire une chose pareille ! » Le sujet de mes parents biologiques est un point plus que sensible et le voir ainsi jouer avec moi me rend fou de rage. Je refuse d’être le fils d’un putain de démon. Je ne peux pas croire que je sois une engeance démoniaque… Il me ment forcément, je ne vois pas d’autres explications. Si ça se trouve, nous jouons tous les deux un double-jeu. Moi celui de l’ignorant du surnaturel et lui celui d’un connard.

« Avant que tu ne dises quoi que ce soit, écoute ce que j'ai à dire. Aislin était humaine, mais elle était seule. Des sorciers l'ont pris pour cible, persuadés qu'elle complotait contre leur camp – ceux que tu appelles la bande d'illuminés, l'Audito Mortis. J'ai dû partir quand tu avais quatre ans, ils en ont allègrement profité. Tout ce que tu as lu, c'est d'eux. Une nuit, ils sont entrés dans notre maison, l'ont assommée et ligotée. Ils l'ont emmenée dans un de leurs repères et l'ont interrogée. Elle n'a jamais rien avoué, alors ils l'ont noyée. Quand j'ai appris tout ça, je ne pouvais plus l'aider et tu étais dans une famille d'accueil. On passe le couplet comme quoi je ne serais jamais ton père et la suite, je voulais juste que tu saches ce qui est arrivé à ta mère. Certains Cordell viennent d'arriver en ville et tu représentes leur plus grosse erreur. Fais ce que tu veux de ça. » Je vais le poignarder. Je n’en crois pas un putain de mots, tout ça n’est qu’un tissu de mensonges. Pourquoi l’Audito ferait subir un tel sort à une humaine ? C’est complètement contre-productif ! J’enrage tellement. Non seulement le fait d’apprendre que je suis fils d’un démon, mais aussi que tout ce que je pensais savoir de la mort de ma mère n’était que la surface de l’iceberg. Je savais pour la noyade, j’ai lu les articles de journaux, mais ces révélations donnent une tournure inimaginable à la mort de ma mère. Venant d’un démon, je ne peux qu’espérer que ce soit faux, qu’il joue avec mon esprit.

C’est une colère sourde qui m’anime. D’un mouvement brusque, je bondis devant lui et lui assène un coup d’athamé, visant à toucher un organe vital. Que le coup touche ou non m’est égal, je ne peux juste pas rester les bras croisés alors qu’il est en train de remettre tout ce que je croyais en question. « Traite-moi encore d’erreur, bâtard, je vais te renvoyer en enfer ! » Avec une facilité déconcertante, il évite mon attaque, mais poussé par la rage, je me fends d’un estoc et la lame en fer pur atteint l’estomac. J’enchaîne les tentatives de meurtre, mais je ne parviens qu’à lui infliger que quelques égratignures. L’entraînement de l’Audito Mortis n’a pas été suffisamment efficace pour que je puisse le blesser plus sérieusement. Ce cuisant échec a le don d’accentuer encore plus ma rage. Finalement, il parvient à bloquer ma dernière attaque et je me retrouve immobilisé. « Je peux savoir ce que tu cherches, hein ? C’est quoi ton putain de but ?! Te ramener ici et me balancer toutes ces conneries à la gueule ? T’es qu’un putain de poison et une sale enflure ! N’essaye pas de foutre la mort de ma mère sur le dos de l’Audito ! Je suis prêt à parier que c’était plutôt l’œuvre d’une bande de démons renégats, ça vous ressemble bien ce genre de mode opératoire. » Je me débats, essayant de me dégager, pour l’instant sans succès. Il est loin le numéro du gamin peu averti et étranger au monde du surnaturel. Je n'ai qu'une envie, c'est de lui infliger mille et une souffrances. « T’as peut-être engrossé ma mère, mais ne t’attends pas à ce que je te lance des fleurs. T’es qu’une saloperie démoniaque et je vais m’assurer personnellement de mettre fin à ta misérable existence. » Je lui crache ces derniers mots au visage. Cet enfoiré a fait de ma vie un enfer. Toute ma vie, j’ai souffert de ma condition de médium et voilà que j’apprends qu’aucun repos ne m’attend une fois passé de vie à trépas. Bizarrement, cette pensée ne me déprime pas, bien au contraire. Je suis encore plus fou de rage. « Qu’est-ce que tu veux ? Tu m’as bien fait venir ici pour une raison, non ? Ça m’étonnerait que ce soit simplement pour faire la connaissance de l’un de tes milliers de descendants ou pour simplement me faire des révélations dramatiques sur mon passé. »
Fiche codée par Koschtiel


War is never over
Sometimes I don't know where this dirty road is taking me. Sometimes I don't even know the reason why. Well it's easier than just a-waitin' around to die

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Demons just want to have fun
avatar
Noah J. Forester
❝ Demons just want to have fun ❞
Messages : 539 Points : 3361 Date d'inscription : 20/06/2016 Age : 26 Localisation : Sur son nouveau terrain de jeu
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Hier à 17:44.
Le Médium opta pour une salade de questions, insultes et coups. Stolas s'y attendait, raison pour laquelle il n'était pas resté assis. Depuis qu'il avait exposé ses doutes, Irwyn masquait difficilement son énervement. Mieux valait ne pas lui laisser quelque sorte d'avantage. Ses propres atouts ne le faisaient pas sous-estimer les mortels. Leur colère leur donnait des ailes, il était le premier à savourer ses spectacles. Le tuer, ils ne pourraient pas, mais ils pouvaient bien l'emmerder... Et c'était pas trop le moment de faire un passage en Enfer. Alors, prestement, il se mit en devoir d'éviter l'athamé qui voulait le planter. Dans un premier temps, il se contenta d'esquives, Irwyn n'arrêtant pas une seconde ses tentatives. Ses émotions rendaient ses gestes imprécis mais les enchaînaient à vitesse grand V. Le Démon avait envie de lui rétorquer qu'il était la seule non-erreur de sa descendance, le seul enfant désiré, cependant ça n'aiderait pas à le calmer... Aussi que le traiter de bâtard n'était pas très respectueux envers ses parents divins. Grand-Papa était assez chatouilleux.

Enfin, Stolas arriva à profiter d'une ouverture. Il attrapa le poignet armé, fit faire demi-tour au brun et utilisa son bras libre pour le bloquer. Il tenait ainsi son fils contre lui, l'enroulant d'un bras qui n'était que protecteur pour lui-même. Presque un câlin de retrouvailles. L'aîné pressa le poignet retenu en otage afin que celui-ci lâche l'arme blanche. Irwyn avait réussi à lui infliger quelques plaies, bien joué, mais il ne ferait rien de plus. Au revoir l'homme ignorant qui n'entendait que des bruits de couloir. Désinhibé, l'irlandais parlait à présent de l'Audito Mortis et des Démons avec assurance.

« Tu sais que c'est un péché de mentir ? »

Question rhétorique que le blond posa d'un ton narquois. Peut-être était-ce le son de sa voix qui le motiva, en tout cas le Médium remua vigoureusement afin de se libérer. Son geôlier resserra son emprise, ce qui provoqua un nouveau discours d'amour filial. L'entrevue n'était pas terminée, mais il n'allait pas continuer en susurrant ses réponses à l'oreille. Il lâcha Irwyn pour le neutraliser avec ses pouvoirs : sans prévenir parce qu'il n’annonçait pas ses offensives, Stolas le plaqua contre un mur. Il maintenait l'effet pour que son tendre rejeton ne puisse lever un petit doigt. Ceci fait, il ramassa la lame gisant au sol, ignorant les chaises tombées, et la garda en mains. Le bord de la table eut ensuite l'honneur de soutenir les infernales fesses alors qu'il s'appuyait contre et commençait à jouer avec l'athamé.

« Une enflure, je le suis certainement. Mais je suis une enflure qui a aimé ta mère. Pas la peine de te mentir, ce serait peine perdue. En plus, l'Audito t'a sûrement bien bourré le crâne, ils ne sont que paix et lumière, de sages protecteurs qui libèrent l'humanité du Mal. Tu peux accuser les Démons, les coupables n'en restent pas moins l'Audito. Ces salopards ne tolèrent que ce qui respectent leurs règles manichéennes. Une Humaine aimant un Démon est forcément mauvaise. Son seul intérêt devient les infos qu'elle peut avoir. Ensuite, elle ne fait qu'entacher leur monde parfait. »

En même temps qu'il finissait cette phrase, il lança le poignard à quelques centimètres du visage d'Irwyn. La lame s'enfonça dans le torchis. C'est agressif qu'il déclara :

« Continue de leur lécher le cul si tu veux, mais fais-le au moins en sachant que tu craches sur ta mère. »

Où se trouvait son fantôme, d'ailleurs ? Il ne l'avait pas revue depuis qu'il avait massacré une partie de ses assassins. Ceux restant l'avaient peut-être réduite au silence, à défaut de pouvoir la tuer une seconde fois. Il demanderait à Leenah de se renseigner. Une colère contenue transparaissait dans les traits de Stolas et son attitude, donnant plus de crédit à son histoire. Il savait être arrivé trop tard, Irwyn déjà endoctriné. D'un geste de la main, il rappela l'athamé.

« Pour commencer, je veux que tu te renseignes sur les Cordell fraîchement arrivés. Les relations qu'ils ont en ville, ce qu'ils ont fait depuis trente ans, la puissance de leurs pouvoirs... En échange de ce bon service, je t'épargnerais des enterrements. »
Un sourire sinistre étira ses lippes. « Sauf si tu cherches à nuire à ton cher paternel évidemment. Faisons un test. »

Et Irwyn fut libéré de l'emprise invisible.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Is that blood ? ...No
avatar
Irwyn Laighléis
❝ Is that blood ? ...No ❞
Messages : 453 Points : 359 Date d'inscription : 04/01/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day:
❝ Administrer le post ❞
Posté le Aujourd'hui à 0:42.



Noah & Irwyn
Prologue d'un vieux conte irlandais




Je suis dans une colère noire. Poussé par la rage, j’ai engagé un combat au corps-à-corps avec un démon. Très mauvaise idée. Il a évité la plupart de mes coups, mais j’ai pu toucher quelques fois. Chaque échec me poussait à relancer une attaque si bien que j’ai fini par faire une erreur. À présent, je me retrouve immobilisé et désarmé. Je n’aime pas du tout la tournure qu’a prit cet entretien, mais s’il pense que je vais abandonner aussi facilement, il n’a aucune putain d’idée de ce qui l’attend. Je n’ai pas besoin de l’athamé, je vais l’étrangler à main nues !

Comme une réponse à mes menaces, le démon relâche son étreinte, mais c’est pour mieux finir clouer au mur d’en face. Mon dos heurte violemment la surface plane et je lâche une exclamation à mi-chemin entre la surprise et la douleur. Une fois de plus, je suis immobilisé, incapable de faire le moindre geste. Ça commence à me taper sur les nerfs ! Je remue de plus belle lorsqu’il ramasse mon athamé. Touche pas à ça ou tu seras bientôt plus capable d’avoir d’autres enfants. Cette lame, j’y tiens beaucoup trop pour la voir entre les mains de cette saloperie démoniaque. « Une enflure, je le suis certainement. Mais je suis une enflure qui a aimé ta mère. Pas la peine de te mentir, ce serait peine perdue. En plus, l'Audito t'a sûrement bien bourré le crâne, ils ne sont que paix et lumière, de sages protecteurs qui libèrent l'humanité du Mal. Tu peux accuser les Démons, les coupables n'en restent pas moins l'Audito. Ces salopards ne tolèrent que ce qui respectent leurs règles manichéennes. Une Humaine aimant un Démon est forcément mauvaise. Son seul intérêt devient les infos qu'elle peut avoir. Ensuite, elle ne fait qu'entacher leur monde parfait. » Je ricane d’un air mauvais. L’Audito est loin d’être une organisation parfaite, mais c’est la seule qui se bouge un peu dans cette foutue ville. Et après, c’est moi qui aie le crâne bourré de conneries... J’allais répliquer par une flopée d’insultes lorsque l’athamé est projeté dans ma direction et se plante à quelques centimètres de mon visage. Il pense vraiment m’impressionner avec ses petits tours de magie ? Ces démons sont beaucoup trop prétentieux. De plus, je ne pense pas que me blesser soit dans ses objectifs. Il a eu des dizaines d’opportunités. Pendant que j’essayais de l’éventrer, lorsqu’il m’a immobilisé et là que je suis cloué au mur dans l’incapacité totale de faire le moindre mouvement. Qu’est-ce qu’il attend alors ? Je doute qu’il se soit donné tout ce mal juste pour me foutre en rogne et faire une petite démonstration de force.

« Continue de leur lécher le cul si tu veux, mais fais-le au moins en sachant que tu craches sur ta mère. » Ça, c’est la remarque de trop. Comment ose-t-il ? De quel droit se permet-il de me sortir une chose pareille ? Qu’il crache sur l’Audito m’est bien égal, mais utiliser la mort de ma mère comme moyen pour me retourner la tête est putain de dégueulasse ! « Parle encore une fois de ma mère et je te fais bouffer tes dents ! » Je suis peut-être encore épinglé au mur, mais cet enfoiré m’inspire tellement de haine et de dégoût que je ne peux rien formuler d’autre. Soudainement, l’athamé est de retour dans sa main et je grince des dents de plus belle.

« Pour commencer, je veux que tu te renseignes sur les Cordell fraîchement arrivés. Les relations qu'ils ont en ville, ce qu'ils ont fait depuis trente ans, la puissance de leurs pouvoirs... En échange de ce bon service, je t'épargnerais des enterrements. Sauf si tu cherches à nuire à ton cher paternel évidemment. Faisons un test. » Je retombe lourdement sur mes pieds, enfin libéré de l’emprise du démon. Alors quoi, c’est tout ? Tout ça pour juste quelques révélations dramatiques et des recherches à faire ? Est-ce que c’est une putain de blague ?! Il joue avec mes pieds et j’ai l’impression d’être une vulgaire marionnette. Je fais un gros effort sur moi-même pour éviter de lui sauter de nouveau à la gorge. « Ton petit jeu s’arrête là ? Tu me donnes des devoirs et t’espère que je vais accepter sans rien dire ? À quoi je dois m’attendre ? T’as l’air d’être au courant d’un tas de choses, pourquoi tu ne me dis pas simplement qui sont ces Cordell ? Ou alors, t’en sais rien et tu comptes sur moi pour faire ton sale boulot ? » Le visage fermé, je lui lance un regard noir. « Il n’y aura pas de bon service tant que tu ne m’aura pas rendu l’athamé que tu as dans les mains. »
Fiche codée par Koschtiel


War is never over
Sometimes I don't know where this dirty road is taking me. Sometimes I don't even know the reason why. Well it's easier than just a-waitin' around to die

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

Prologue d'un vieux conte irlandais [Irwyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LE PRESIDENT EST TROP VIEUX ,TROP MALADE TROP COQUIN POUR L''EXIL ET LA RETRAITE
» URGENT! TJS PERSONNE PR 7 beaux vieux minous suite décès, 67
» FIDJI canichou abricot 17 ans abandonné car trop vieux (76)
» Foire d'Eghezée avec rassemblement vieux tracteurs 14 Août 2011
» Sélection de vieux films

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House Of Hell :: New Orleans :: South Quarter :: Bayous-