AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Maintenance du forum ce 23/07 à 14h =D
Pour soutenir le forum ♥
n'hésitez pas à nous laisser un petit mot sur Bazzart & PRD
GROUPES
Merci de privilégier les Esprits (en priorité), Humains et Démons,
ainsi que sorciers voudouns lors de votre inscription! ♥

Partagez | .
 

 Die For us | Aaron & Aedhan [ - 16 !!!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
You Call Me a Bitch like it's a bad thing...
avatar
Aedhan H. Mulligan
❝ You Call Me a Bitch like it's a bad thing... ❞
Messages : 842 Points : 4748 Date d'inscription : 25/01/2016 Age : 26
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Shatter Me - Lindsay Stirling ; Believer - Imagine Dragons ; Oh Lord - In This Moment ; Skin - Rag'N'Bone Man ; Who We Are - Imagine Dragons ; The Fighter - In This Moment ; Blood on My Name - The Brothers Bright
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 1 Mar - 18:05.

Aedh Aaron
Die For Us
Aaron & Aedhan

La litanie incessante de l'esprit à son côté l'empêchait clairement de se concentrer. La médium se prit la tête entre les mains et souffla un bon coup avant d'allumer l'encens qui se trouvait sur son bureau, sans la moindre sommation. En même temps, ça faisait quinze minutes qu'elle disait à Fergus qu'elle allait l'éjecter s'il ne la fermait pas. Et vu la mine contrariée que le fantôme affichait en cet instant, il ne l'avait pas prise au sérieux. Sauf que déjà quand on vous parle à longueur de journée verbalement, c'est un peu chiant, mais quand c'est dans votre crâne que se passe le débat, c'est complètement insupportable. Donc, non, Fergus n'avait aucun droit de se plaindre. Ce n'était pas comme si la jeune femme n'était pas quelqu'un qui ne tenait pas ses promesses. Spécialement lorsque ça concernait son cerveau.

Son téléphone vibra quelques instants, et lorsqu'elle jeta un coup d'oeil à ce dernier, ce fut pour voir un numéro masqué ainsi qu'un message vocal. Et lorsqu'elle porta le téléphone à son oreille, la brune blanchit d'un coup, se levant brusquement sans même prendre la peine de mettre sa veste, attrapant les clés de chez ses grands parents et courant à travers le dédale des rues Orléanaises. Elle imaginait clairement qu'Aaron avait reçu le même type de message et n'avait donc pas pris la peine de le prévenir. Ce n'était pas comme si la situation n'était pas assez urgente. Le coeur battant, les idées confuses, la médium s'arrêta quelques rues plus loin devant la demeure des Mulligan.

L'édifice puissant et imposant se tenait légèrement en retrait des autres habitations. Partiellement détruit lors de l'ouverture de la bouche des Enfers, il n'empêchait qu'il gardait cette allure austère et froide qui faisait autrefois les ragots du quartier. Le haut portail en fer forgé orné du lys de la ville était toujours fermé, et la longue allée semblait pourtant bien vide. La détective finit par pousser les grilles de l'habitation tant détestée et s'avança à travers le territoire qui était autrefois le sien. Arrivée devant la porte d'entrée, Aedhan marqua une nouvelle pause. Ou Aaron était déjà là, ou... ça puait vraiment. Parce que jamais les grands-parents ne laissaient la porte d'entrée autrement que sur verrou. Et là, cette fichue porte était entrouverte. Et c'était mauvais signe.

«  Ma'a ? »

La brune était rentrée dans le hall, fronçant le nez dans cette maison qu'elle n'appréciait décemment pas. Peut-être était-ce quelqu'un de jaloux du faste ambiant qui était rentré et que quelque chose avait dérapé ? Ou sa grand-mère avait décidé de lui faire une blague de très mauvais goût. Ou sa mère était enfin arrivée à s'échapper de son asile et faisait payer le prix fort à ses parents et s'était arrangée pour attirer sa fille dans ses filets.

Comme si c'était la première fois.

« Ma'a ? C'est Aevie. »

Ce surnom ridicule que sa grand-mère lui attribuait depuis l'enfance. Mais bon, quand on parlait de personnes âgées et presque séniles, autant leur laisser leur petit plaisir, non ? La télépathe entra alors dans la cuisine – l'instinct d'enfant se réveillant – pour la trouver vide, un couteau ensanglanté sur le plan de travail. Définitivement, quelque chose sonnait mauvais.

« Pa'a ? T'es là ? »

... Aedhan.

La voix la fit vaguement sursauter avant qu'elle ne se retourne. L'air ambiant lui semblait électrique, comme cachant quelque chose de malsain. Quelque chose était arrivé dans cette maison, la détective pouvait y mettre sa main à couper.

la salle à manger Aedhan

Génial, maintenant les esprits la mettaient sur la piste du Cluedo. En espérant qu'elle ne trouverait pas le Colonel Moutarde assassiné par le chandelier. Prenant son courage à deux mains, la brune allait pousser la porte attenante, tandis qu'un bruit se faisait entendre dans le hall d'entrée, la faisant s'arrêter net et ne plus pousser un seul son. Mais le grognement qui accompagna cela la rassura d'office.

« Aaron ? »


In chains
Somebody break these chains. Wrapped around this heart. I don't want you leaving, I'm begging for mercy, oh to break these chains. Oh heaven help me now, Trade these shackles for a crown. And I'm on my way, way down.BY PHANTASMAGORIA


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Don't put the blame on me
avatar
Aaron S. Mulligan
Don't put the blame on me
Messages : 1048 Points : 2443 Date d'inscription : 30/10/2016 Age : 31 Localisation : NOLA
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Million Eyes
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 5 Mar - 17:16.

Aedh Aaron
Die For Us
Aaron & Aedhan

Se rendant dans les bayous pour enquêter et relever des affaires, le medium était distrait. De passage à l'asile, il avait appris que la figure maternelle s'était barrée depuis déjà quelques semaines. Mais apparemment, personne n'avait tenu informé ses gosses. Les Mulligan seniors avaient eu l'info, d'après la secrétaire, mais pas les jumeaux. Contrarié, Aaron l'était beaucoup, il comprenait mieux toutes les manigances de ces dernières semaines pour l'empêcher d'aller à l'asile.  Ce n'était pas la première cachotterie du genre et il commençait à en avoir sa claque. Ses appels résonnant littéralement dans le vide, son agacement grandit. Les terrains marécageux du Bayous accueillirent sa frustration, faute d'avoir des réponses sur sa vie personnelle, il allait essayer d'en trouver pour son affaire en cours. Sauf que son esprit n'arrivait à rien, parasité par un mélange de contrariété, de rogne et de déception.

Ses pensées furent interrompues par la sonnerie de son téléphone. Sans même jeter un œil sur l'appelant, Aaron décrocha, se figeant dès les premières secondes. Jurant avant de bondir dans son pick-up pour foncer vers le manoir Mulligan, il s'engagea dans l'entrée secondaire du terrain familial. Sautant de la voiture, Aaron jeta un œil sur l'édifice autrefois fastueux, maintenant ce n'était plus qu'une  bicoque certes toujours imposante mais qui avait été ébranlé par les récents événements. Il remarqua que la porte du garage, qui servait aussi d'atelier, était grande ouverte.La radio grésillait. La lumière de l'établi était allumée. C'était le boxon dans le garage, pourtant ce n'était pas le genre de la maison. Il remarqua des gouttes de sang. De part son expérience d'ancien flic, il savait que cela ne présageait rien de bon. Par réflexe, il se saisit de son arme alors accroché à son holster d'épaule. Son inquiétude grandit.

Arme au point, Aaron prit la direction de la maison familiale, celle qui les avait vu grandir. La porte entrouverte lui faisait présager rien de bon. Espérant juste que cela soit la présence de sa sœur qui avait du la prendre de vitesse. Pour une raison, qu'il ne saurait expliquer, hormis juste le besoin de la protéger même si elle n'était pas en porcelaine. L'homme aurait aimé arrivé en premier sur les lieux, sauf qu'il reconnaissait odeur du parfum d'Aedhan Mettant ses considérations désuètes de coté, il finit par pousser la porte pour se retrouver en face de sa jumelle. A première vue, ils partageaient la même inquiétude.

« En chair et en os ! » lui répondit il, sans vraiment d'amusement dans la voix. «  Tu les as pas  trouvé ? »

Question rhétorique parce que si cela avait été le cas, ils seraient avec eux sur le palier. Et sa sœur n'aurait pas cette tête. Même si les rapports familiaux étaient parfois tendus avec les différentes générations, cela restait quand même leur famille, ceux qui les avaient élevés.

« Il y a des traces de lutte dans le garage avec des gouttes de sang... Je sais pas ce qui s'passe, mais ça pue. T'as vu un truc ? »

En même temps qu'il lui demandait, Aaron inspectait les lieux à son tour, le silence de la bâtisse avait des connotations flippants en cet instant. Mais ils devaient inspecter toutes les pièces, parce que se barrer ou appeler du secours n'étaient pas encore envisageable.

«On fait le tour de la baraque. » C'était pas vraiment une question. « On commence par la salle à manger ? »

Quelque chose, comme son sixième sens le pousser à aller dans cette pièce. La porte était presque refermée. Elle fut ouverte en grand d'un coup. Personne. Mais, il y avait quand même un truc dans cette pièce. Déjà le crucifix sur le buffet était au sol à plus de quatre mètre de sa position habituelle. Étrange. Ce n'était pas cela le pire, non. Son regard remarqua quelque chose de poser au centre de la table sur le napperon brodé par sa grand-mère. Ce dernier  avait pris une teinte carmin, pour la simple raison qu'un doigt orné d'une bague avait été posé dessus.  Ce n'était pas anodin.

«P'tain ! »

Aaron déglutit difficilement. La situation était inédite. Quelqu'un avait réussi à pénétrer dans les lieux pour s'en prendre physiquement à la femme qui les avait élevé. Mais il restait encore un espoir de la trouver vivante.  Le sang était frais, le doigt aussi.

« On doit les retrouver. Soit ces enfoirés nous attendent soit ils cherchent à nous attirer jusqu'à eux... »

De toute manière, il ne pouvait pas faire comme si de rien n'était.




Get ready... to fight  
sign by Wiise.
     
   
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
You Call Me a Bitch like it's a bad thing...
avatar
Aedhan H. Mulligan
❝ You Call Me a Bitch like it's a bad thing... ❞
Messages : 842 Points : 4748 Date d'inscription : 25/01/2016 Age : 26
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Shatter Me - Lindsay Stirling ; Believer - Imagine Dragons ; Oh Lord - In This Moment ; Skin - Rag'N'Bone Man ; Who We Are - Imagine Dragons ; The Fighter - In This Moment ; Blood on My Name - The Brothers Bright
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 12 Mar - 15:50.

Aedh Aaron
Die For Us
Aaron & Aedhan


La triste boutade de son frère ne lui arracha pas la moindre réaction et Aedhan ne put empêcher l'angoisse de grimper. Si Aaron s'était pointé aussi vite, alors son instinct ne s'était pas trompé.  Le sentiment d'urgence qui la saisit alors l'empêcha de se concentrer durant quelques secondes et la jeune femme ne put s'empêcher de saisir le coin du meuble d'une main tremblante afin de se rassurer.

« Non. »

La réponse courte et brève signifiait clairement ce que la télépathe pensait. Une part d'elle tentait vainement de trouver un quelconque sens à la situation. Mais une vie passée dans le paranormal et le surnaturel vous apprenait à voir les choses en face. Et l'espoir n'avait jamais été son plus grand fort, il fallait le constater. La voix dans sa tête continuait de lui marteler de se rendre sans traîner dans la salle à manger, et Aedhan avait tendance à ne pas vraiment vouloir suivre la démarche. Parce que malgré le fait qu'elle soit la plus grande reine du déni, il était évident que ce petit jeu de piste n'allait pas se terminer de la meilleure façon. Il suffisait de voir la mise en scène improvisée pour sentir que toute la situation était complètement hors de leurs mains. Sa bouche se tordit en une grimace indéchiffrable alors qu'elle hochait la tête en direction d'Aaron. Inutile de tergiverser durant des heures, parce que la nausée la menaçait et que de toute manière, la médium n'avait strictement rien à apprendre d'extraordinaire à son jumeau.

« Pour le moment rien. La porte était ouverte quand je suis arrivée. Sinon... Rien. »

Il ne fallait pas être devin pour savoir que quelque chose ne tournait pas rond dans la demeure familiale des Mulligan. Présentement, les jumeaux avançaient avec... non pas de délicatesse pour Aaron, quelle question. Sa jumelle poussa un soupir avant de s'avancer à son tour dans la salle et de jeter un regard autour, inspectant la salle et passant au peigne fin les détails qui pourraient s'avérer utiles. C'était définitif, quelque chose avait eu lieu. Et vu la réaction de son jumeau, ça ne devait pas être triste. Ses yeux tombèrent sur le doigt sur la serviette et un élan de rage la secoua.

« Et foncer droit dans ce qu'ils veulent ? On doit réfléchir Aaron... Je le sens pas. »

Son ton avait pris une urgence rare. Physiquement son inquiétude n'était pas très visible mais intérieurement Aedhan était une véritable boule de nerfs prête à exploser. Elle comprenait parfaitement le point de vue de son frère, mais morts, ils ne seraient d'aucune utilité à leurs grands-parents. Parce qu'elle sentait que c'était la finalité de ce petit jeu macabre. On ne coupait pas des doigts lorsqu'on n'avait pas un message précis à faire passer. Et la bague qui y était attachée signifiait davantage « toi et toute ta famille vous allez crever, connard. ». Pa'a avait encore dû énerver quelqu'un... et cette fois-ci, ledit quelqu'un avait mis un cran au-dessus la barre de la vengeance.

« On ne sait même pas à qui on a affaire. Pa'a t'as parlé de quelque chose ? Il était sur une chasse ou un truc dans le genre ? »

Pour sa part, les conversations avec son grand-père étaient plus que limitées à « ne te fais pas tuer » ou « laisse tomber de bon à rien » en ce moment. Alors il fallait bien se douter qu'elle ne serait pas dans les confidences du patriarche Mulligan. La brune poussa un soupir avant de glisser une main dans le buffet de la salle à manger et de saisir une pochette qui se trouvait dans le fond d'un tiroir. Dedans, tout l'attirail de leur grand-père était intact et prêt à l'emploi. Toujours utile en soi.

« Il y a un esprit dans la maison. Depuis quand il y a des esprits dans cette maison ? »

Aedhan... Salon

Elle poussa un profond soupir.

« Et il me dit d'aller au salon. Il n'est pas tout près. Comme s'il avait été enfermé quelque part... »

La détective attrapa une fiole d'eau bénite qu'elle glissa dans sa poche ainsi qu'un bâton d'encens et du charbon.

« On devrait l'écouter... Il avait raison pour la salle à manger... »

Et c'est d'ailleurs pour cette raison que la brune s'avança vers la pièce, l'ouvrant à la volée pour découvrir un séjour totalement dévasté. Les sièges avaient été éventrés, des traces de sang couvraient les murs et le sol. Toute la situation semblait apocalyptique.Et si les jumeaux avaient eu des doutes auparavant... non, cette journée ne finirait certainement pas bien...


In chains
Somebody break these chains. Wrapped around this heart. I don't want you leaving, I'm begging for mercy, oh to break these chains. Oh heaven help me now, Trade these shackles for a crown. And I'm on my way, way down.BY PHANTASMAGORIA


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Don't put the blame on me
avatar
Aaron S. Mulligan
Don't put the blame on me
Messages : 1048 Points : 2443 Date d'inscription : 30/10/2016 Age : 31 Localisation : NOLA
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Million Eyes
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 3 Avr - 22:22.

Aedh Aaron
Die For Us
Aaron & Aedhan


La situation était exceptionnelle, les grands-parents Mulligan étaient portés disparus dans leur propre baraque. Aaron avait un p'tain de mauvais pressentiment et visiblement sa jumelle aussi. Cette affaire puait le surnaturel à plein nez. Tout comme cette maison d'ailleurs, encore plus que d'habitude.  La découverte du doigt tranché sur la table  affirmait l'idée que la situation était critique. Merde quelque chose s'était attaquée à leur grand-mère.  Le sang de leur sang. Et ils étaient tous les deux ici, à constater les dégâts, sans savoir si les occupants de cette maison étaient toujours vivants et présents. Et si l'agresseur occupait toujours les lieux. Le risque était de tomber droit dans le piège. Il sentait l'inquiétude de s sœur, qui faisait écho à la sienne. Aaron en vint à répondre à sa jumelle un sourire amer sur les lèvres.

«  On a déjà foncé droit dedans...  Il a suffi d'un simple message, pour nous faire venir. Cette ordure nous connaît. »

Il ne pouvait pas l'expliquer ni rien, mais il le sentait. On les avait fait venir ici pour une raison précise. Mais il était d'accord pour réfléchir et ne pas foncer droit dans le tas, comme il aurait eu tendance à faire. Une fois qu'on touchait à sa famille, il était du genre sanguin.  Il soupira et fit le tour de la pièce, à la recherche du moindre indice. Essayant de se remémorer la dernière fois qu'il était venu ici. D'ailleurs, ils avaient mangé ici même, lui et eux, sur cette table, dorénavant souillée du sang des Mulligan.

« Ils étaient nerveux et Ma' plus inquiète que d'habitude. J'avais mis sous le coup des sauterelles et du corps ailé.  Mais maintenant, j'me dis qu'il y avait sûrement un truc sur le feu mais ils ne voulaient pas qu'on soit au courant. 't'être en rapport avec Mam' ? Ou un autre truc... Pourtant c'est pas le genre de Pa'a de manquer une occase de m'exploiter pour un truc surnat'.»

Le medium n'était pas plus avancé que cela d’ailleurs. A part qu'il aurait du plus se fier à son intuition et creuser l'affaire ce soir là. Une pointe de culpabilité commençait à apparaître dans l'esprit du medium. Mais cela ne faisait pas avancer l'affaire. Des esprits ici ? Haussant les sourcils perplexes, cela pourrait être étonnant mais pas tant que ça finalement.

«  Bah t'as jamais entendu Pa' parlé tout seul mais genre avoir une vraie conversation ? À chaque fois il me disait qu'il avait besoin de parler tout haut. Peut être qu'il parlait à des esprits. Ça pourrait expliquer ses informateurs secrets qu'il n'a jamais voulu me faire rencontrer. Il ne cessait de répéter « plus tard ». »

Donc étrangement la présence d'esprit ici, ne l'étonnait pas trop, mais un peu quand même. Mais cela faisait parti des énièmes secrets de Grand Pa'.  Pourquoi est ce seulement maintenant qu'ils apparaissent ? Aaron se saisit d'une lame en fer dans un tiroir du buffet et d'un pot de sel. Avec l'eau bénite tenue par Aed', ils étaient parés à suivre cet esprit guide. Même si l'idée de suivre les directives d'un esprit lui irisait le poil. Mais de toute manière, ils allaient sûrement faire le tour des pièces en attendant de les retrouver.

Une tornade sanglante semblait s'être abattue dans le séjour. Il était dévasté et couvert de sang. Cela signifiait rien de bons. Aaron soupira, serrant le poing de rage en constatant les dégâts. Il essayait de faire taire la question qui s'insinuait. Auquel des deux appartenait ce sang ?

«  Bordel. Ce jeu de piste devient morbide. »




Get ready... to fight  
sign by Wiise.
     
   
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
You Call Me a Bitch like it's a bad thing...
avatar
Aedhan H. Mulligan
❝ You Call Me a Bitch like it's a bad thing... ❞
Messages : 842 Points : 4748 Date d'inscription : 25/01/2016 Age : 26
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Shatter Me - Lindsay Stirling ; Believer - Imagine Dragons ; Oh Lord - In This Moment ; Skin - Rag'N'Bone Man ; Who We Are - Imagine Dragons ; The Fighter - In This Moment ; Blood on My Name - The Brothers Bright
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mer 19 Avr - 11:49.

Aedh Aaron
Die For Us
Aaron & Aedhan

Elle pénétra dans la pièce tandis que son frère confirmait clairement la moindre de ses pensées. Il les connaissait. Savait qu'ils accourraient. Parce que la famille, c'était sacré, malgré leur histoire très pénible. Comme si c'était...

« De la vengeance. C'est un connard qui veut se venger. De nous ou d'eux. Mais il a dû nous observer ou nous connaître. Peut-être un esprit exorcisé ou ... un humain qui veut se venger d'un exorcisme qui a mal tourné ? »

C'était l'unique solution à ses yeux. Peut-être que leur violence familiale en terme d'exorcismes avait fini par attirer les regards et les besoins de vengeance ? Qui pouvait réellement savoir ? Mais la jeune femme sentait que c'était l'unique réponse. On ne coupait pas des doigts aux gens et on n'organisait pas quelque chose d'aussi macabre sans avoir un motif personnel.

« Ou alors notre génitrice se tape un fameux délire... »

Cette remarque ne plairait sans doute pas à son jumeau, mais cette possibilité n'était pas à exclure non plus. Elen n'était pas quelqu'un de stable et personne ne pouvait savoir ce que des années d'enfermement, pouvait faire à quelqu'un. Aedhan personnellement avait un mauvais pressentiment sur cette idée, par ailleurs. À chaque visite maternelle, Elen leur disait combien il n'était pas normal que leurs grands parents gardent une telle emprise sur eux et combien elle les haïssaient de lui avoir arraché ses enfants. C'était tout de même une raison valable pour commettre ce genre d'atrocités, lorsque votre cerveau était détraqué par les médicaments et la folie.

« Tu as eu un coup de fil de l'hôpital pour savoir si elle était encore là ? Ce ne serait pas la première fois qu'elle s'échappe. »

Son ton était dur comme à chaque fois qu'elle parlait de leur mère. Il ne faisait aucun doute que la médium ne pardonnerait jamais à sa chair pour leur avoir fait traverser cette vie de cette manière. Dure et intraitable, c'était comme ça qu'était Aedhan après tout. Et en cela, sa ressemblance avec son grand père était frappante. Parce qu'elle avait l'attitude défiante de ce dernier et n'avait aucune limite, comme il pouvait ne pas en avoir. Et si Elen avait mis en place cette scène, aucun doute que le retour du bâton serait terrible.

L'explication de son jumeau semblait corroborer ses propos et la détective eut un reniflement dédaigneux avant de passer ses doigts sur une trace de sang. Frais.

« Garder des esprits de maison, je ne vois pas l'intérêt. Pas quand ta petite fille est une télépathe. Sinon ça veut dire qu'un sortilège a été appliqué et qu'on n'était pas au courant. Et que la personne qui l'a posé est morte. »

Et qu'ils leur avaient donné un nouveau mensonge. Tout son être bouillonnait de rage à cette idée et la jeune femme se redressa.

« C'est plus que morbide, c'est macabre. Le sang est frais. Celui qui a fait ça ne peut pas avoir disparu depuis très longtemps, et doit toujours se trouver ici. La quantité de sang est importante. Donc soit la personne est en train de crever dans un coin, soit elle est morte. »

La détective fit le tour de la pièce, en inspectant chaque endroit, glissant ses mains sur les traces, comme pour essayer de comprendre.

« Il y a eu une sacré bagarre. Ça a commencé dans la cuisine, il a tenté de l'assommer – parce qu'il faut une sacré force pour la traîner ici – elle s'est débattue, quelqu'un d'autre a dû l'aider. Aucune trace de griffures sur les murs ou sur la porte, ça signifie qu'elle a dû perdre connaissance temporairement. Il y a une flaque de sang à côté de ton pied, ça veut dire qu'elle a dû rester un moment allongée là, et qu'elle a été frappée à la tête. Probablement l'arrière ou la tempe, pour la désorienter. Si tu avances, il y a des gouttes, elle a dû reprendre connaissance et tenter de s'échapper. Des éclaboussures sur le sol, on a dû la réassommer à nouveau et la traîner encore, vers le fauteuil. Ils l'ont redressée d'où les traces sur le tissus, sa tête devait glisser. »

La bile lui montait à la gorge tandis qu'elle continuait ses explications. Depuis qu'elle était devenue juriste, sa vie était faite de scènes de crimes, et cela n'avait fait qu'augmenter depuis qu'elle avait changé d'orientation pour devenir détective. Sauf que là, la situation était tellement personnelle que son esprit avait du mal à faire la part des choses.

« Il y a trop de sang, ils devaient être au moins deux. Soit ils ont été pris tous les deux, soit elle en a blessé un. »

Les deux étant leurs grands parents. Ce qu'elle n'espérait pas. Parce que quiconque ayant créé ce jeu de piste allait mourir de leurs mains sinon. C'était quelque chose de certain.

Eau....

« Casper me parle d'eau, là tout de suite...Salle de bain ? Piscine ? Jacuzzi ? Étang ? Cabane du fond des bayous ?  Fais-ton choix...»




In chains
Somebody break these chains. Wrapped around this heart. I don't want you leaving, I'm begging for mercy, oh to break these chains. Oh heaven help me now, Trade these shackles for a crown. And I'm on my way, way down.BY PHANTASMAGORIA


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Don't put the blame on me
avatar
Aaron S. Mulligan
Don't put the blame on me
Messages : 1048 Points : 2443 Date d'inscription : 30/10/2016 Age : 31 Localisation : NOLA
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Million Eyes
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 1 Mai - 17:00.

Aedh Aaron
Die For Us
Aaron & Aedhan


«  La liste des enfoirés est longue... »

Marmonna t-il en réponse à sa jumelle. Il sentait ses nerfs se tendre, la colère était définitivement installée dans son corps. Le medium avait beau réfléchir pour trouver le coupable, mais il n'arrivait pas à en déterminer un avec certitude. La carrière d'exorciste de son grand père était tellement longue, qu'il s perdraient trop de temps à établir une liste. Sans compter, qu'il faudrait ajouter ceux des jumeaux. Autant dire qu'être exorciste aidait à se faire des ennemis.

Aaron jeta un regard noir à Aedhan quand elle accusa leur mère. Il savait que les relations n'étaient pas au beau fixe entre les deux femmes. Il comprenait l'avis de sa sœur. Vu que leur mère n'avait jamais été présente pour eux. Mais le jeune avait toujours envie de donner une seconde chance à sa mère, qui n'avait pas eu une vie facile et un soutien familial exemplaire. Il se souvient de conversation avec ses grands parents à propos d'Elen, ou son grand père avait toujours eu des mots durs sur sa fille. Mais Aaron ne voulait pas tourner le dos à sa mère et il ne pouvait pas croire qu'elle était derrière tout ça.

«  CA fait des semaines qu'elle s'est barrée... L'hosto avait pour instructions de ne rien nous dire. Mais elle n'est pas derrière ça. Elle est folle, mais je pense qu'elle a plus cherché à prendre ses distances avec eux, plutôt que revenir faire ce jeu de piste morbide. »

Aaron était certain de ça. Et son ton abrupte montrait à sa jumelle, qu'il ne voulait pas remettre ça sur le tapis. Ils avaient d'autre chose à foutre que de penser à leur mère meurtrière.

Il était tout à fait d'accord avec la théorie d'Aedhan. Un sort avait été appliqué sur eux. Encore une information qu'on leur avait caché.  Une de plus, Aaron en haussa les épaules. Il s'attendait à découvrir un cadavre dans peu de temps. C'était horrible comme certitude, mais plus les minutes passées, plus il en était sur. D'un air grave, il écoutait et suivait les déambulations de sa jumelle dans la pièce.

«  Vu les traces de lutte dans le garage, ils ont du être pris tout les deux. La trace de sang sur le fauteuil n'appartient peut être pas à la même personne que celle par terre. On dirait qu'une personne a été maintenue assise, le temps de saigner l'autre.... »

Ses propres mots lui glacèrent le sang.

« Il y avait minimum deux agresseurs. Un seul n'aura pas pu se charger des deux en même temps, à moins d'être musclor... ou très méticuleux.  »  

Le détective se mit à regarder plus en détail la scène de crime à la recherche de traces, autre que le sang. Le liquide carmin avait accaparer son attention. Il leva le nez quand elle lui parla de Casper.

 «  Salle de bain. »

Il préférait faire le tour de la maison dans son ensemble avant de s'éparpiller dehors. Les terrains de jeux étaient nombreux. Le medium ouvrit la marche, direction la salle de bain. Enfin l'une des salles de bain, le manoir en comptait plusieurs. Il était facile de trouver laquelle était concernée. Il suffisait de suivre les traces de sang et les autres marques.

« Quelqu'un a été traîné... » désigna les traces de l'index.

Il ou elle ?

Arriver sur le palier, la porte de la salle d'eau était entrouverte. La vision d'une flaque carmin ne fit rien pour démentir son pressentiment morbide.  Son flingue a la main, il ouvrit brusquement la porte tout en faisant le tour de la pièce des yeux. Rien à signaler. Enfin, il avait regardé  partout sauf dans la baignoire. Parce qu'il se doutait de ce qui s'y trouver. Mais il regarda néanmoins, il devait savoir.

Aaron resta immobile dans l'embrasure de la porte. Empêchant Aedhan de voir ou d'avancer. Mais il finit par se décaler pour qu'elle aussi puisse voir. Le spectacle macabre de leur grand-mère baignant dans son propre sang. Son corps dénudé porté la marque de nombreux sévices. Ses poignets étaient profondément entaillés.  Sans compter que sa tête avait disparu. Elle n'était plus accrochée à son buste. Les marques n'étaient pas franche comme pour une décapitation à la hache. Non, là c'était hachée, comme si on lui avait couper la tête au couteau de cuisine.  Couteau qui avait été laissé tel un trophée dans le lavabo. Alors que la tête n'était pas dans la pièce. Aaron serra le poignet de sa jumelle, comme s'il cherchait un ancrage avant de sombrer dans la folie furieuse et violente. Puis sa main vint se saisir du crucifix qui ne quittait jamais son cou. Inspirant profondément, il examina la scène.

«  On sait qui faisait les sorts. Il était présent... »

Il ne finit pas sa phrase, mais il parlait de Papy Mulligan bien sur.  Aaron faisait une telle affirmation grâce à la présence d'une flaque de vomis... Il n'était pas loin de rendre son quatre heure, mais il agissait plus en pilote automatique.  Il toucha même la peau de Ma', pour tester la rigidité cadavérique.

«  C'est frais. Ils sont deux. Regarde deux traces de pas différents. »

Deux au moins qui portaient des chaussures.. Des esprits avaient pu aussi s'inviter à la fête. Le medium sortit de la pièce, n'en pouvant plus de sentir le sang et le corps de sa grand-mère. De colère,  il balança un vase – qui se trouvait sur la commode - contre le mur. Cela ne l'avait pas soulagé, mais l'envie de casser était forte.

Sur le miroir du couloir, il vit la devise de la famille apparaître, comme tracé par un esprit.

«  Encore un coup de Casper ? »






Get ready... to fight  
sign by Wiise.
     
   
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
You Call Me a Bitch like it's a bad thing...
avatar
Aedhan H. Mulligan
❝ You Call Me a Bitch like it's a bad thing... ❞
Messages : 842 Points : 4748 Date d'inscription : 25/01/2016 Age : 26
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Shatter Me - Lindsay Stirling ; Believer - Imagine Dragons ; Oh Lord - In This Moment ; Skin - Rag'N'Bone Man ; Who We Are - Imagine Dragons ; The Fighter - In This Moment ; Blood on My Name - The Brothers Bright
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 8 Juin - 23:15.

Aedh Aaron
Die For Us
Aaron & Aedhan

Sa mâchoire se serra et la brunette ne pipa plus un mot pendant quelques secondes, tentant de se contenir. Bien sûr, à elle, ils avaient choisi de ne rien dire. Peut-être pour la réaction puérile qu'elle avait en cet instant, ça Aedhan ne dirait pas le contraire. Néanmoins, la jeune femme était encore une fois mise à l'écart des dérives maternelles. Oh, Elen était capable de beaucoup de choses, ça la médium n'avait aucun doute. Déjà pour croire que l'on avait couché avec un ange, il fallait avoir fumé un peu trop de moquette, mais pour le maintenir mordicus après des années d'enfermement ? C'était vraiment n'avoir aucune honte et logique. L'exorciste leva les yeux au ciel avant de s'approcher à nouveau et de détailler la pièce. Sa main se serra sur le poing américain béni par le prêtre de la ville et gravé par Pa'Obi. Oh qu'elle avait hâte de l'utiliser, dans le cas présent. Parce qu'aucun d'entre eux ne s'en sortirait sans souffrir, elle se le jurer réellement. Déjà parce qu'elle avait une furieuse envie de démembrer elle-même ses grands parents en cet instant.

« Je ne jurerais pas que Pa'a ne leur aurait pas fait quelques misères malgré tout. Il aurait été capable de les foutre à terre seul, sans aucun problème. Sauf s'ils avaient déjà Ma'a. Là, il n'aurait rien fait pour la mettre en danger. Pour les mettre à deux à terre, ils devaient être beaucoup plus. On devrait appeler du renfort, même si c'est personnel. Ils vont nous saigner avant qu'on ne l'ait vu venir, Ron. »

Les opales fixaient celles de son frère alors que sa main se glissait déjà dans le matériel qui lui serait utile. Aedhan n'avait pas ce luxe de pouvoir laisser ses pensées libres de toute manière. La rapidité de ses mouvements devait surpasser celle de ses pensées. Autant dire que la tâche était difficile mais en faisait quelqu'un de très précis. Et en cet instant son être était en telle ébullition que cela semblait particulièrement facile.

Elle acquiesça à la remarque de son jumeau, le suivant sans oublier de sortir son arme également. Dire qu'elle avait tant combattu son grand père pour éviter celle-ci. Pourtant, dans l'instant même, la jeune femme reconnaissait sa grande importance. Parce que quoiqu'il arrive, cette soirée serait particulièrement difficile. Sa main suivit les traces de sang, comme pour rentrer dans la tête de celui qui les avaient apposées au mur. Était-ce leurs grands parents ou cet inconnu qu'ils avaient réussit à blesser ? La médium n'en avait strictement aucune idée. Pourtant quand son frère fit barrage, d'une manière bien trop puissante et silencieuse pour que ce soit normal, une boule d'angoisse percuta son estomac et ses yeux s'emplirent de larmes sans qu'elle ne puisse rien contrôler. Son souffle se hacha quelques secondes alors que la main d'Aaron ne saisisse son poignet, le serrant d'une violence qui ne faisait pourtant pas partie de son frère. Mais elle ne pensa même pas à manifester un cri de douleur alors qu'il se décalait doucement pour lui faire observer le spectacle. Et son effroi remonta en flèche. Le spectacle lui était tellement insoutenable et quand son frère s'avança, elle n'en fut pas capable. Pourtant, elle pensait être suffisamment hardie pour pouvoir le faire mais son corps refusait tout simplement de bouger.

La détective ne parvenait tout simplement pas à regarder. Ses lèvres closes dans un silence inquiétant, Aedhan finit par se détourner et descendre les quelques marches avant de s'asseoir et de se prendre la tête dans les mains, tentant d'effacer les images traumatisantes de son esprit. La brune se releva finalement après un souffle long et une grande inspiration et remonta rejoindre son frère. Ses yeux suivirent ce qu'il lui montrait, restant figés sur ce détail. Mais son corps trembla de tout son être lorsque le fracas d'un objet s'écrasant sur le mur se fit entendre. La télépathe détourna alors le regard avant de sortir à nouveau de la pièce sans dire le moindre mot. Mieux valait qu'elle se taise. Mieux valait qu'elle ne touche à rien. Parce que c'était bien plus qu'un vase qui se briserait. Et que sa colère se dirigerait vers la bonne personne au bon moment.

Elle descendit quelques marches avant de voir des traces se créer sur le miroir. À la réflexion de son frère, elle desserra les dents pour la première fois, parlant d'une voix grondante.

« C'est du sang Aaron. Je pense qu'il sait mieux que ça, qu'il serait vraiment mal venu d'utiliser du sang. Non c'est un connard d'esprit qu'on ne connaît pas. Et crois-moi il se marre bien le connard. Vas-y. Montre toi. N'aie pas peur. »

Sa voix grondait de plus en plus, ronronnant au rythme de la colère qui vrillait tout son être. Mais l'esprit dû soudainement prendre peur sous ses pensées parce qu'il disparut aussi vite qu'il n'était venu, après que le « t » de mort fut écrit sur le miroir.

« Casper a foutu le camp, parce qu'il a peur de ce connard. Je propose qu'on lui rende la monnaie de sa pièce. Pa'a est dans le jardin. »

Enfin, sauf si elle les menait tout droit à un guet-apens d'enfer. La jeune femme s'avança et parcourut le chemin inverse atterrissant dans l'arrière de la cuisine où elle poussa la porte. La lumière extérieur la surprit quelques instants avant que la brune ne continue sa route vers l'endroit où se trouvait l'esprit. Le spectacle devant elle était tout simplement ahurissant. Comment en si peu de temps, ils avaient réussi à construire une telle horreur? Au milieu de la piscine dont l'eau avait été diluée avec du sang, un autel où leur grand père se trouvait, à moitié mort, le bras pendant, les veines ouvertes. Le liquide carmin dégoulinait dans l'eau rougeoyante et tout autour de l'endroit, un pentacle inversé avait été dessiné. Des esprits et sorciers possédés se trouvaient sur place et incantaient des paroles totalement incompréhensibles vu où ils se trouvaient.

L'exorcisme allait être sympa, vraiment.

« Je crois vraiment qu'on devrait penser à appeler quelques membres de l'Audito. Aussi bons soit-on, on ne fera jamais le poids contre une dizaine de sorciers possédés et leurs petits potes. On va se faire bouffer Aaron. »

Aedhan souffla un instant, passant une main dans ses cheveux avant de continuer.

« Je ne sais pas toi, mais je n'ai pas mon matériel sur moi. Pas d'objet consacré, rien. On est deux, regarde combien ils sont. Mais il faut qu'on éteigne ces foutues bougies et qu'on les éloigne si on veut sauver sa peau, s'il y a encore quelque chose à sauver. »

Pragmatique peut-être mais néanmoins totalement suicidaire. S'ils sortaient d'ici vivants, ce serait un vrai miracle.



In chains
Somebody break these chains. Wrapped around this heart. I don't want you leaving, I'm begging for mercy, oh to break these chains. Oh heaven help me now, Trade these shackles for a crown. And I'm on my way, way down.BY PHANTASMAGORIA


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Don't put the blame on me
avatar
Aaron S. Mulligan
Don't put the blame on me
Messages : 1048 Points : 2443 Date d'inscription : 30/10/2016 Age : 31 Localisation : NOLA
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Million Eyes
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 26 Juin - 15:56.

Aedh Aaron
Die For Us
Aaron & Aedhan


La journée allait de mal en pire. Vraiment Aaron avait l'impression de vivre un cauchemar. Il aimerait tellement se réveiller et que tout cela ne soit pas vrai. Horrible chimère qui finirait pas s'effacer dès son réveil. Sauf que le medium savait délibérément qu'il était bel et bien réveillé. La réalité était cruelle et sanglante. Le manoir des Mulligan s'était transformé en scène de crime pour son plus grand déplaisir.  L'idée de renfort était plus qu'une bonne idée, le medium le savait et pourtant il ne fit rien sur le moment. C'était personnel, privé mais surement trop lourd pour eux. Pourtant Aaron ne réagit pas, hochant juste la tête pour montrer qu'il était d'accord avec elle.  Le medium s'était contenté de continuer l'exploration du manoir, sa jumelle aux basques.

La découverte du corps de Ma'a Mulligan augmenta le niveau d'horreur et de colère. Celle qui les avait élevé, certes à coup de bible sur les doigts et avec des évangiles en guise d'histoire du soir, mais elle avait été toujours là pour eux.  Grondant, exultant, bouillonnant, la rage s'était infiltrée dans ses veines, dans ses pores.  Mais l'idée qu'on ait pu s'en prendre à sa famille, au Mulligan pourtant fortement expérimentés et chez eux était loin de l'entendement. Inimaginable. Aaron les pensait hors de danger ou apte à se défendre parfaitement. Il avait été stupide de penser ça il en avait conscience. Du coup le retour de bâton était douloureux.    

Bordel si même l'esprit de famille fuyait devant l'ennemi, ce n'était pas bon signe. Quel était donc cet enfoiré ou ces enflures, parce que clairement ils étaient nombreux pour avoir pu atteindre les grands parents.

« Allons au jardin »  soupira t'il.

Le medium était inquiet de ce qu'ils allaient trouvé. Ce n'était rien de bon, pas besoin d’être devin pour le savoir. Mais son intuition était loin d'imaginer une telle horreur. Abraham Mulligan faisant partit intégrante d'un rituel à la noix, entouré par un ramassis de créatures surnaturelles. Bordel. Ils avaient mis le paquet pour se débarrasser d'eux. Aaron serra son poignard avec fureur. Il était à deux doigt de foncer dans le tas pour sauver Pa'a. Sauf que ce n'était pas l'idée du siècle. Aedhan avait raison, encore une fois. Il leur fallait vraiment des renforts pour ne pas se retrouver dans le même état que les Mulligan séniors. Il passa une main sur le visage avant de sortir  son téléphone de sa poche arrière. Il prit le temps de répondre à sa jumelle, tout en pianotant pour trouver le numéro recherché.

« J'ai du matos dans ma caisse.  Puis n'oublie pas où on est ! Ce manoir recèle tout ce qu'il faut contre les nuisibles. Pour les bougies, j'ai p't'être une idée.  Dans la cave.»

Il se dirigeait vers les sous-sols du manoir, entrainant sa sœur,  son téléphone à l'oreille. Tout en priant que la cave n'ait pas été découverte par ses ennemis.

« Ici Aaron Mulligan, situation critique au manoir Mulligan. On subit une invasion de sorciers possédés, d'esprits et autres, j'suis prêt à parier que des démons se cachent la dessous.  Ils sont une quinzaine, peut être plus. Ces enfoirés ont déjà fait une victime et ils vident Abraham de son sang pour un rituel obscur et indéterminé pour l'instant.  Aedhan est avec moi. On a besoin de renforts. Rameute le plus de membres possibles, tout ceux qui ont envie de défoncer ces enflures. Et Grouillez vous.  »  grondait il d'une voix teintée de rage. Puis il raccrocha, pile au moment où ils arrivaient devant la cave.

Cela faisait plus office de bunker que de cave, rien d'étonnant quand on connaissait bien les habitants des lieux. Endroit qui était protégé par de nombreux sceaux et divers sorts. Maintenant Aaron savait qui réalisé les sorts. Il  déverrouilla puis donnant un coup d'épaule pour ouvrir cette fichue porte récalcitrante. Ça sentait le renfermé, la poussière, des toiles d'araignée étaient posés un peu partout. Rien d'inhabituel en soi.

« Voila, je pense qu'ici on pourra trouver  tout le matos nécessaire. »

Le medium alluma plusieurs lampes pour affaiblir l'obscurité du lieu. Il s'adressa à nouveau à sa jumelle.

«  Tu pourrais tenter de contacter les esprits qui sont de notre coté. La gamine pourrait peut être nous aider ? »

Oui il prenait Aedhan pour une radio à esprit, mais cela ne coutait rien d'essayer ? En attendant, il prit un sac et mit plusieurs armes dedans, ainsi que des bougies et autres choses pratiques dans ce cas précis. Il se saisit aussi d'un grand crucifix, avant de se tourner vers sa jumelle.

« Et si on leur offrait une bénédiction gratuite avec le système d'arrosage automatique.»

C'était ça son idée. Peut être pas la meilleure et l'infaillible, mais il fallait tenter. Enfin, lui voulait bien tenter.  Le sac sur l'épaule, il se dirigea dans la pièce qui gère le système, en soit le tableau électrique et le réservoir. Il alluma quelques lampes, protégea l'entrée de la pièce.

« Il faut juste arriver à bénir toute cette eau. » t-il. Puis Aaron se tourna face à Aedhan. « Tu te rappelles comment l'action manuellement ? »

Le medium lui montra le bouton avant de se délester de ces armes et de son téléphone. Il allait donner de sa personne pour que ce plan fonctionne. C'était surtout pour s'assurer de la bénédiction de l'eau.

«  Prête ? »

Il comptait sur Aed' pour assurer ses arrières et pourquoi pas prier avec lui. Ouvrant la trappe supérieur du réservoir, il prit appui sur le rebord avant de sauter. L'eau était froide, elle lui arrivait à la taille. Il jura plusieurs fois contre la froideur.  Le medium était obligé de se courber pour pas s'assommer contre le couvercle en métal. Dispersant du sel béni dans l'eau, le crucifix dans une main, il commença à prier. Une chance que les mots en latin soit gravé dans son esprit. Ils sortaient naturellement du ton grave et profond du medium. Il avait été rarement aussi sérieux pour bénir une eau.
Le monologue latin finit, Aaron ne fut pas mécontent de s'extirper de cette eau gelée et croupie. Grelottant, il réussit à dire.

«  Vas y. »

Le signal était donné pour que le système se mette en branle et arrose les fouteurs de troubles par de l'eau bénite. Aaron priait pour cela fonctionne.


Grattons Dédé !:
 




Get ready... to fight  
sign by Wiise.
     
   
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Ô Dieu Connard
❝ Admin ❞
Messages : 513 Points : 5346 Date d'inscription : 02/10/2015
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Eye Of The Tiger - Survivor, Holding On For A Hero - Bonnie Tyler, Smooth - Santana ft Rob Thomas, Living On A Prayer - Bon Jovi, The Final Countdown - Europe, Bad - Michael Jackson, Gonna Need A Graves - Urban Country, Total Eclipse Of The Heart - Bonnie Tyler, Empire of Our Own - Raign, Don't Stop Me Now - Queen, Everybody Wants To Rule The World - Lorde
http://houseofhell.forumactif.com
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 26 Juin - 15:56.
Le membre 'Aaron S. Mulligan' a effectué l'action suivante : Viens gratter Dédé


'Dédé' :
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
You Call Me a Bitch like it's a bad thing...
avatar
Aedhan H. Mulligan
❝ You Call Me a Bitch like it's a bad thing... ❞
Messages : 842 Points : 4748 Date d'inscription : 25/01/2016 Age : 26
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Shatter Me - Lindsay Stirling ; Believer - Imagine Dragons ; Oh Lord - In This Moment ; Skin - Rag'N'Bone Man ; Who We Are - Imagine Dragons ; The Fighter - In This Moment ; Blood on My Name - The Brothers Bright
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 29 Juin - 23:17.

Aedh Aaron
Die For Us
Aaron & Aedhan


Son frère devait avoir absolument perdu des neurones lorsqu'ils avaient découvert Ma'a c'était impossible de trouver une autre explication, là tout de suite. Aaron proposait de simplement aller taper sur la tronche d'une dizaine de fanatiques de Satan, juste à deux. Logique. Comme si les choses pouvaient bien se passer. Aedhan dût retenir le soupir qui menaçait de franchir ses lèvres et suivit Aaron jusque la cave où Pa'a gardait tout son matériel. D'ailleurs pourquoi dans cet espèce de bunker et pas plus à portée de main, ça la médium ne le comprendrait jamais. La brunette regarda son frère sortir son téléphone et marcher en direction de leur caverne d'Ali Baba. Apparemment, il se chargeait tout de même d'appeler la cavalerie, ce qui était une excellente chose en soi. Parce que non, la jeune femme était loin d'être rassurée et pas totalement certaine d'appréhender la situation comme elle le devrait. Elle écouta avec soin les indications qu'il donnait aux membres de l'Audito et fronça le nez lorsqu'il évoqua les victimes potentielles. Pa'a était toujours coincé là-bas et ils n'avaient aucune chance de le retrouver vivant. Mais ça, inutile de le préciser à Aaron. Parce que l'état de son jumeau l'inquiétait déjà suffisamment pour ne pas en rajouter tout de suite.

Il défonça la porte de la cave et un grattement sournois vint lui titiller la gorge. Peut-être auraient-ils dû prendre un peu mieux soin de l'endroit lorsque leurs grands parents avaient commencé à vieillir. C'était trop tard désormais. La détective s'accroupit devant diverses caisses, cherchant les biens de Ma'a. Parce que si leur grand-père avait un véritable arsenal, leur grand-mère était tellement chrétienne jusqu'au bout des ongles qu'ils trouveraient sans aucun doute quelques petits trucs utiles. Comme ce coffret de saintes huiles par exemple, qui servaient tant pour les baptêmes, que les extrêmes onctions ou... voila, les exorcismes. En espérant que cette saloperie leur fasse très très mal. À la demande de son jumeau, la brune ricana.

« Tu crois vraiment que ça se fait sur commande ? Genre tu ouvres un canal et hop ! On chope les bons esprits. 'Ron vraiment ? »

Elle glissa cependant sa main le long de son cou, sortant son pendentif d'améthyste, caressant la gemme durant quelques instants avant de souffler le prénom de Léa. Elle doutait que l'enfant leur soit d'une quelconque aide, mais elle serait plus rapide pour ramener des esprits de leur côté effectivement. Pourtant avec les protections dans la maison peut-être que leur connexion était légèrement amoindrie, la médium n'en avait aucune idée. Sa main se glissa autour d'un poing américain, spécialement créé par leur grand-père avec un sourire nostalgique. Ses doigts glissèrent le long des inscriptions latines et des croix gravées alors qu'Aaron lui demandait si elle se souvenait de comment fonctionnait le système d'arrosage automatique. Euh. Oui ? Certes. Même si là tout de suite l'idée qu'il lui proposait lui disait particulièrement quelque chose. Parce que si ça fonctionnait, ça allait faire très mal. Mais si cela ne fonctionnait pas... Ils étaient dans une merde sombre.

La brune se releva et s'installa à côté du point de démarrage attendant que son frère ait terminé ses litanies et bénédictions. Et lorsqu'elle actionna la vanne, difficilement, trop difficilement, une fuite apparu juste à ses pieds. Levant un regard angoissé sur son jumeau, la médium déglutit difficilement en entendant les cris mécontents à l'extérieur. Mécontents. Pas douloureux. Et cela faisait une grande différence.

« Ça n'a pas fonctionné. Aaron, ça n'a pas fonctionné comme ça le devait. »

Elle se détourna de la vanne, la laissant ouverte tout de même, avant de plonger derrière une armoire et de marmonner.

« Il gardait une caisse ici. Une caisse d'armes. Bon sang, où est cette fichue caisse ? Alleeeeeeeez. »

Une écharde qui se planta dans son doigt lui fit échapper un cri de colère et de douleur. Mais ça y était. Elle ouvrit la boite en bois à la va vite, retirant les fétus de paille autour. Les armes consacrées aux balles d'eau bénite. En attendant toujours pas de trace de Léa, ou d'un autre quelconque esprit. Et à cet instant, alors qu'elle tendait une arme à son frère, un autre nom, prononcé par son jumeau des mois auparavant dans un contexte totalement différent s'échappa de ses lèvres, sans qu'elle ne comprenne pourquoi.

« Caël. »

Et elle y croyait à ce prénom, pour une raison totalement surréaliste. Ses doigts glissèrent à nouveau sur l'arme, dont elle ouvrit le barillet pour sortir l'une des balles. Et quelque chose lui disait que le résultat n'allait pas lui plaire.

« Il les cachait depuis un moment déjà. Mais ça fait des années qu'elles sont là. Elles sont censées être remplies d'eau bénites et consacrées mais... j'ai peur que ça ne se soit évaporées. Alors soit on monte et on teste – en essayant de faire le moins de morts possibles – soit on attend l'arrivée de la cavalerie. Mais il ne leur faudra pas très longtemps pour rentrer ici. »

Effectivement des pas pressés se faisaient entendre au loin. Certes, ils avaient de quoi se défendre, mais ils étaient aussi moins nombreux.

« On a quelques secondes pour décider de quoi faire. Dis-moi. »

Parce qu'ils étaient loin d'être sortis de l'auberge. Même si quelques cris se firent également entendre signe que quelques membres de l'Audito étaient déjà là. Mais leurs propres assaillants étaient toujours plus nombreux que les autres. Elle arma son pistolet et le tendit devant elle, tirant une première fois.

Dédééééééééé, il est où dédééééééééé ?:
 


In chains
Somebody break these chains. Wrapped around this heart. I don't want you leaving, I'm begging for mercy, oh to break these chains. Oh heaven help me now, Trade these shackles for a crown. And I'm on my way, way down.BY PHANTASMAGORIA


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
avatar
Ô Dieu Connard
❝ Admin ❞
Messages : 513 Points : 5346 Date d'inscription : 02/10/2015
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Eye Of The Tiger - Survivor, Holding On For A Hero - Bonnie Tyler, Smooth - Santana ft Rob Thomas, Living On A Prayer - Bon Jovi, The Final Countdown - Europe, Bad - Michael Jackson, Gonna Need A Graves - Urban Country, Total Eclipse Of The Heart - Bonnie Tyler, Empire of Our Own - Raign, Don't Stop Me Now - Queen, Everybody Wants To Rule The World - Lorde
http://houseofhell.forumactif.com
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 29 Juin - 23:17.
Le membre 'Aedhan H. Mulligan' a effectué l'action suivante : Viens gratter Dédé


#1 'Dédé' :


--------------------------------

#2 'Dédé' :
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Don't put the blame on me
avatar
Aaron S. Mulligan
Don't put the blame on me
Messages : 1048 Points : 2443 Date d'inscription : 30/10/2016 Age : 31 Localisation : NOLA
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Million Eyes
❝ Administrer le post ❞
Posté le Jeu 13 Juil - 15:03.

Aedh Aaron
Die For Us
Aaron & Aedhan



Le medium se doutait que sa demande était incongrue pour sa jumelle. Mais à l’heure actuelle, leur situation était tellement critique, qu’il fallait tout tenter. Il haussa les épaules pour simple réponse. Non il ne croyait pas que c’était sur commande. Mais là tout de suite, un coup de pouce de l’au-delà pour venir à bout de la vermine qui jonchait leurs propriétés ne serait pas de refus.  Puis Aaron eut l’idée d’utiliser l’arrosage automatique.

Quand il ressortit du bassin, complètement trempé, qu’il vit la fuite du système, qu’il n’entendit pas des cris de douleur, Aaron fut extrêmement déçu. Il réagit à peine aux paroles d’Aedhan. Il la regarda, regarda le système puis sa jumelle. Oui ils en étaient arrivés à la même conclusion. Tout ça pour rien.  Une vague de colère le submergea, il envoya valser la Bible qu’il avait en main à l’autre bout de la pièce.

«  ‘tin de bordel de Dieu ! Tu choisis bien ton moment pour nous lâcher !» pesta-t-il contre Dieu.  

Certes le medium n’était pas un medium des plus croyants, mais il y croyait au moins un minimum. Il donna un bon coup de pied sur une vieille boite qui trainait. L’envie de tout détruit, de foncer dans le tas pour tous les envoyer en Enfer le démangeait fortement. Il regarda sa jumelle s’affairer pour retrouver la caisse d’arme. Ah oui pas bête. Il jeta un œil avec elle, mais elle la trouva avant. Il fut surpris quand elle prononça un nom. Pourquoi lui ?

«  Tu crois vraiment que ce fils de p*te pourra nous aider. Je te signale qu’il a failli me tuer il y a quelques mois. »

Le medium savait que leur situation ne tenait qu’à un fil, mais il ne fallait pas déconner pour les renforts. Surtout qu’il ne savait rien sur ce type, s’ils allaient les aider ou mieux les tuer. Mais bon, il ne voulait pas interférer dans l’intuition féminine de sa jumelle, mais il émettait quand même de sérieux doutes, comme elle a pu le remarquer.

Aaron prit l’arme des mains de sa sœur pour l’observer à son tour, il prit une balle en main pour l’étudier avec précision. Elles avaient l’air parfaitement scellée, l’arme bien qu’ancienne semblaient aussi entretenue et en bonne état.

[color=#009966]«  Je pense que l’eau doit toujours être à l’intérieur, les balles sont bien scellées, c’est étudié pour. Puis dans la merde où on est, ça coute rien de tester.  On saura vite si ça marche ou pas. » Aaron redonna l’arme à sa sœur. «  Le moins de morts possible ? T’es sérieuse ? Pourtant t’as vu l’état de Ma’a et de Pa’a. Ils ne nous feront aucuns cadeaux. J’sais que la plupart sont possédés et qu’ils n’ont surement rien demandé. Mais eux non plus.  »

Donc il ne fallait pas s’attendre à de la clémence venant d’Aaron, là tout de suite. Il avait une telle colère en lui, que s’était inenvisageable. Quoique que pouvait en penser sa jumelle.

« Si on monte, on sera vite à découvert. Si on reste, on risque d’être coincé ici. Franchement, y’a rien qui me satisfait. Faut attendre encore quelques minutes pour que les renforts se mettent en place. »  Aaron réfléchissait à tout allure. Puis une idée vint illuminer son esprit, il l’avait déjà repoussé, mais là il ne voyait pas d’argument pour contrer sa propre idée. « On reste ici, de toute manière, j’crois qu’il nous bloque l’accès. J’ai une autre idée. Il faut retourner au bunker. »

Aaron tira aux cotés de sa jumelle. Ils purent vérifier que les balles fonctionnaient bien sur assaillants. Au moins un point positif dans cette histoire. Le medium mit un désherbant thermique dont il se servit à la puissance maximale pour faire comme d’un lance-flamme.

« On va demander un coup de main à Balthy. J’sais que c’est risqué, il pourrait aussi bien nous enfoncer que nous aider. Mais ça reste un atout potentiel et franchement un coup de pouce d’un ancêtre serait le bienvenu. »

Aaron termina son laïus en essayant d’être aussi positif que possible. Ce n’était guère évident. Mais il fallait continuer à croire et il avait besoin de se convaincre que ce n‘était pas de la folie pure. De retour au bunker, il mit du sel à l’ouverture pour éviter toute intrusion. Cela ne serait pas miraculeux mais assez pour les retenir. Il fouilla une grande malle en bois, pour en extirper une magnifique boite sculptée. Elle était belle mais contenait quelqu’un de dangereux selon ses grands-parents. Un des esprits appartenant à la famille des Mulligan, le premier exorciste de la lignée, Balthazar Odanodan Mulligan, sa renommée était connue aussi bien avant sa mort qu’après. Dès l’enfance, les jumeaux avaient été bercés par sa légende et on leur avait interdit d’accéder à la boite.  Sauf qu’aujourd’hui, ils allaient enfreindre cette interdiction. Aaron était persuadé qu’il pouvait les aider. Tout comme il était sûr de pouvoir bénir l’eau tout à l’heure. Mais il ne laissa aucune place au doute. Il jeta néanmoins un regarde à Aedhan, la seule qui l’aurait pu l’arrêter dans cette prise de risque. Sa jumelle semblait le suivre dans la folie de la dernière chance.

Il s’entailla légèrement la paume de la main, avant de se saisir de la boite. Il prononça une petite incantation en plus de la présence de son sang pour desceller la boite. Il sentit la puissance du sceau s’effacer ainsi que les prémices de la puissance de l’esprit. Ce dernier sortit de la boite, telle une tornade furieuse. Aaron se rapprocha d’Aedhan et lui prit la main, qu’il sera fort.
« Quiii a osé ?» souffla l’esprit, une fois qu’il semblait être calmé.


«  Nous, Aaron Seamus Mulligan et Aedhan Hécate Mulligan,  enfants d’Elen Mulligan, petits-enfants Abraham Nathan Mulligan et Mariah Lily Mulligan, nous faisons appel à toi, à ton aide afin que tu nous aides à nous débarrasser de la vermine qui a osé souiller notre terre, qui a torturé les nôtres ! Ils s’en sont pris à nous, ils veulent exterminer les Mulligan ! Nous ne pouvons les laisser faire ! Nous devons les faire payer ! Aide nous Balthazar Odanodan Mulligan à survivre et à leur rappeler qu’on ne s’attaque pas impunément aux Mulligan. »

Le ton est dur, impitoyable et déterminé. Aaron n’espérait vraiment que Balthy soit de leur côté, sinon ils étaient surement fichus. Surtout qu'il y avait du monde au sous sol.. Mais on entendait aussi des combats en haut, les renforts continuaient à arriver.





Grattons Dédé !:
 




Get ready... to fight  
sign by Wiise.
     
   
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

Die For us | Aaron & Aedhan [ - 16 !!!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The third temptation [Aaron]
» Aaron Ekblad
» Aaron Howell [REPRIS] ~ Gryffondor (7e année)
» Jake Aaron Buckley
» Aaron de Nagan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House Of Hell :: New Orleans :: South Quarter-