AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Pour soutenir le forum ♥
n'hésitez pas à nous laisser un petit mot sur Bazzart & PRD
GROUPES
Merci de privilégier les Esprits (en priorité), Humains et Démons,
ainsi que sorciers voudouns lors de votre inscription! ♥

Partagez | .
 

 « Vide ton esprit de toi-même » - Vivian ft  Dàibhidh 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
❝ Contacter le joueur ❞
Nothing's more bitter than a Poltergeist
avatar
Vivian Owen
❝ Nothing's more bitter than a Poltergeist ❞
Messages : 160
Points : 1906
Date d'inscription : 20/02/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Teen Idle - Marina and the Diamonds.
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 28 Fév - 21:28.

Dàibhidh & Vivian


« Vide ton esprit de toi-même »



   
D’un soupire satisfait, Vivian fit basculer sa longue chevelure blonde vers l’arrière. Elle passa une main sur sa tête pour les dégager de son visage, du pouce et de l’auriculaire puis se retourna sur le dos, pour souffler un coup. Un sourire sur les lèvres, elle ne peut s’empêcher de dire :

- J’avoue. Cela faisait trop longtemps.

Un autre profond soupir qui fit remonter et descendre sa menue poitrine nue puis elle penche la tête pour l’appuyer sur cette épaule qu’elle pouvait sentir contre sa joue. Il y a certaines choses que même mort, il était difficile d’oublier. Ce réflexe de respiration, son corps ectoplasmique n’arrivait pas facilement à s’en débarrasser. Imiter un frisson sur la peau, la sueur qui perle sur le front, les larmes, le sang… Elle avait beau savoir comment arrêter tous ces réflexes, Vivian n’arrivait toujours pas à le faire parfaitement et surtout pas durant l’assouvissement de cet acte primaire, pur et naturel.

- J’avais aussi presque oublié comment tu y étais doué.

Elle frotta doucement ses yeux, puis les ouvrit pour observer le plafond de la pièce et son sourire s’éclaira une autre fois, coquin :

- … Bon. Ça manque de comparatif poltergeist en ville... je sais.

Il y avait une profonde incongruité à le faire dans un lit, dans une pièce fermée, intime, seuls dans le noir. N’importe quelle chambre pouvait faire l’affaire ! Pas besoin de clé, ou de permission, de mot de passe ou d’argent. Ils avaient un peu toutes les clés de la ville, tant que les pièces n’étaient pas bénies, protégées par un sort ou entourées de sel.

Des choix à l’infini pour finir dans une maison hors de prix, encore debout et vide, attendant le locataire probablement millionnaire qui ne viendrait pas à La Nouvelle-Orléans avant très longtemps. Elle lui avait donné rendez-vous. Cela faisait un mois que Vivian était repartie en solo, s’amuser à gauche et à droite, ne donnant aucun signe de… vie. (lol) à Dàibhidh. Espérant qu’il appréciait un peu ces pauses de sa présence constante, la belle blonde revenait toute de fois toujours vers lui.

Cette fois-ci, l’urgence n’était pas importante, mais ils n’avaient pu échanger beaucoup de mots avant que Vivian saute au cou de l’autre Poltergeist, l’entrainant dans les pièces sombres de l’énorme domicile de luxe, à la décoration épurée et salissante. Comme un duo normal, la chambre avait été le lieu des retrouvailles.

Et les retrouvailles étaient généralement simples et satisfaisantes. Cette pression grandissante ne pouvoir rien toucher, ou sentir, gouter…diminuait passablement après ce genre de rencontre, rendant soudainement leur existence plus supportable.

Quoi s’attendre d’une ancienne propriétaire d’un bordel, de toute façon ?

Dans la pièce sombre, où aucune lumière ne filtrait, Dài et Vivian pouvaient se voir comme au grand jour. Tous deux de la même damnation, ils avaient le moyen de se voir, se parler, de se toucher sans effort. À la fois un soulagement et une affliction, Vivian était redevable à cet autre esprit de l’avoir recueilli et « formée ». Elle serait probablement devenue incontrôlable si personne ne l’avait aidée pendant ses 150 ans.  

Mouvement dans le noir, elle se retourne sur le côté, la courbe de ses hanches blanches vers l’autre poltergeist. Lentement, elle tend un bras puis d’un doigt fin, repousse une mèche collée au front de son amant.

- Alors. Quoi de neuf ?

Question si stupide. Si simple. Qui voulait simplement dire : parle-moi.





In the end As my soul's laid to rest What is left of my body Or am I just a shell? And I have fought And with flesh and blood I commanded an army Through it all I have given my heart for a moment of glory
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
I bet you're expecting to hear a joke about ghosts, right ? THAT'S THE SPIRIT
avatar
Dàibhidh MacTavish
❝ I bet you're expecting to hear a joke about ghosts, right ? THAT'S THE SPIRIT ❞
Messages : 384
Points : 1286
Date d'inscription : 05/01/2017
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Mar 28 Fév - 23:34.

Vide ton esprit de toi-même
Dàibhidh ξ Vivian

Cela faisait un moment maintenant qu’il n’avait plus eut de nouvelles de Vivian, aussi n’avait-il pas été étonné qu’elle ne l’invite finalement. Il avait sourit en recevant l’invitation de la belle blonde. Non pas à cause d’un quelconque attachement émotionnel, mais de satisfaction. Parce que, si la revenante éprouvait le besoin de revenir fréquemment à ses cotés, il ressentait lui le besoin de la voir revenir vers lui sur base régulière. Ils en avaient probablement autant besoin l’un que l’autre. Sans jamais en attendre plus. C’est probablement la raison pour laquelle les choses marchaient si bien entre eux.

Oh, naturellement, il ne s’était pas pressé non plus. Il savait bien qu’elle serait là, probablement même en avance, et qu’elle l’attendrait patiemment. Ce petit rituel, ils l’avaient répétés de nombreuses fois. Il y avait bien sur des variations, ils s’adaptaient constamment à leur environnement, le temps qu’ils avaient, le temps depuis lequel ils ne s’étaient plus vus, ce genre de choses. Mais les choses se déroulaient la plupart du temps de la même façon, et quelque part, ça avait quelque chose de rassurant, d’avoir quelque chose d’immuable dans sa non-vie.

Il s’était donc pointé avec ses habituelles dix minutes de retard et avait, comme d’habitude, calmer le reproche dans les yeux de sa maîtresse avec quelques mots doux et œillades taquines. Quelques paroles seulement furent échangées avant que Vivian ne passe aux choses sérieuses cependant, usant de ses charmes comme elle savait si bien le faire pour faire mourir les mots sur ses lèvres.

Seuls, dans une énorme maison vide, plongés dans l’obscurité d’une pièce fermée à clé, ils s’étreignirent avec une passion à peine feinte, gouttant au plaisir simple d’un autre corps contre le sien, savourant l’extase insoupçonnée de partager un moment intime en étant seul dans sa tête, sans aucune âme à museler pour garder le contrôle. Un bref, tragique, ridiculement simple, moment d’abandon où, à défaut d’éprouver des sentiments romantiques, ils se démontraient leurs confiance réciproque et laissaient tomber une partie de leurs barrières. Pendant un bref instant de jouissance, il l’autorise à le voir tel qu’il est vraiment, avec ses blessures et ses cicatrices. Ce bref instant qui rends ses rencontres si particulière, si nécessaire.

Puis vient le tour de la belle de voir des étoiles et les deux corps s’écroulent tout deux sur le lit, sans pour autant s’éloigner, avide de contact physique comme Dàibhidh l’est rarement. Il sait que, dans cette situation, ils sont dépendant l’un de l’autre, qu’il peut lui faire confiance, dans une certaine mesure. Après tout, c’est lui qui l’avait formée.

« J’avoue. Cela faisait trop longtemps. J’avais aussi presque oublié comment tu y étais doué… Bon. Ça manque de comparatif poltergeist en ville... je sais.  »

Et il la connaissait suffisament souvent que pour pouvoir déceler sans effort le sourire dans sa voix, aussi laissa-t-il échapper un rire court, légèrement essoufflé. Il lui répondit sur le même ton amusé.

« Des poltergeist en ville, il y en a. Mais je doute qu’ils soient à la hauteur.  »

Quand elle se tourna vers lui, se fut comme un réflexe pour lui de poser sa main sur la hanche de la belle, laissant ses doigt courir sur sa peau, avide de contact physique. Leurs regards se croisèrent alors qu’elle chassa un mèche de cheveux de son visage.

« Alors. Quoi de neuf ?  »

Cette fois-ci, c’est un rire sans joie qui franchit les lèvres de l’ectoplasme. Il laissa sa tête retomber sur le matelas avant de chercher à nouveau le regard de sa maîtresse. Il n’était pas rare qu’ils échangent des confidences, comme il s’apprêtaient à le faire. C’était plus un moyen de prolonger leurs séances et de s’assurer que leurs confiance était toujours bien entre de bonnes mains qu’autre choses, mais ce n’était pas non plus désagréable; d’avoir quelqu’un à qui parler. Alors il ne ronchonna pas, comme il avait l’habitude de le faire quand on lui posait ce genre de question et se contenta de répondre à la question.

« Edwin a finalement appris pour sa mère et moi. Il l’a pas très bien prit mais eh, ça lui fera les pieds. Le spectacle valait le détour en tout cas. Il m’a même lancé un couteau au visage, de bon souvenirs. Mais j’ai du vraiment le vexer cette fois ci. Le petit salopiaud a rendu son appart spirit-proof. Il a vraiment pas d’humour. Il a aussi promis de me faire exorciser, mais j’pense pas qu’il ira jusqu’au bout. Il a pas les couilles pour. Puis son copain medium me dois une dette, donc il peut pas passer par lui. Reste l’Audito Mortis. J’ai toujours su que ces pète-cul me feraient chier un de ces quatre. »

Il chassa tout ça d’un haussement d’épaule. Il n’était pas inquiet, pas vraiment. L’Audito Mortis pourrait être un problème, mais il n’avait pas peur d’eux. Alors il enchaîna tout de suite, avant que la blonde n’ait l’occasion de reprendre la parole.

« Et toi Vivian, par ou as-tu flotté dernièrement ?  »



DEATH, UH ?
THAT'S FOR LOOSERS


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Nothing's more bitter than a Poltergeist
avatar
Vivian Owen
❝ Nothing's more bitter than a Poltergeist ❞
Messages : 160
Points : 1906
Date d'inscription : 20/02/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Teen Idle - Marina and the Diamonds.
❝ Administrer le post ❞
Posté le Sam 4 Mar - 14:26.

Dàibhidh & Vivian


« Vide ton esprit de toi-même »



   
C’était simple. Cette joute physique et intime avait le don de les requinquer : autant physiquement que mentalement, le temps qu’ils passaient ensemble après était habituellement agréable, mélangé de rire et de soupire. Ça les faisait se sentir un peu moins mort.

-Dis donc ! Qu’est-ce que tu es confiant en tes capacités ! Aurais-tu eu la chance de valider mes propos avec une autre ?

Taquine, elle dépose ses lèvres douces sur son épaule, un baiser tendre. De la jalousie, Vivian ? Allons ! Il faudrait d’abord être amoureuse pour ressentir ce genre de manque de confiance en soi. Deux choses que la belle blonde ne ressentait pas et dans lequel elle n’était pas très douée.

Elle laissa les doigts de Dàibhidh parcourir le creux de ses hanches. Contact léger, douce caresse, Vivian était diaboliquement consciente de chaque petit point de contact entre leur peau, qui n’en serait plus jamais une. Son rire sans joie la fit toute même sourire, sachant qu’une question aussi idiote l’énerverait.

Il se replaça confortablement sur le lit et Vivian en profita pour se retourner sur le ventre, laissant tout son dos et son fessier à vue. Elle plia les genoux et fit bouger ses mollets de haut en bas, en alternance, tout en écoutant l’autre poltergeist. Les bras croisés sous son menton, la tête tournée vers lui, elle observait en silence son profil et détaillait chaque petit détail.

Juste parce qu’elle avait le temps.

Un sourcil relevé, épatée parce qu’il s’était enfin révélé à sa progéniture, elle écoute son court rapport sur cette rencontre fatidique. Bref et direct au but, concis et sans plus de détails que d’habitude, Vivian ouvrit la bouche pour demander des détails, mais il la coupa avant qu’elle ne le fasse, d’une question.

Un soupir.
Un sourire en coin.
Elle passa une main dans sa longue chevelure et se redressa sur ses coudes ensuite pour l’observer d’un peu plus haut.

- Un peu partout. Je suis allée écouter aux portes, déranger quelques personnes. J’ai fait chier dans son froc deux adolescentes qui jouaient à ouija. Ça fait un bail que je n’avais pas autant ri.

C’était des passe-temps de base, rien de très palpitant, mais, quand tu avais l’éternité devant et derrière toi, ce genre de petites choses devenaient merveilleuse si on leur accordait un peu de son temps.

- Alors, tu lui as annoncé comment ? Tu es apparu dans son appartement et tu lui as fait le grand jeu « Edwin, je suis ton père. » ? Le genre de truc qui ferait flipper n’importe quel « Luke » de ce monde ?

Vivian n’avait pas de famille. Ni de descendance vivante. Elle avait tout quitté dans sa jeunesse pour vivre seule et indépendante ailleurs, au grand plaisir de sa communauté religieuse. Elle jouissait d’une liberté totale et aucun attachement à une legacy. Voir comment son amant esprit prenait cela à cœur, elle était contente de ne pas sentir une obligation envers qui que ce soit. Sauf elle même. Bon, elle protégeait la pute et l’orpheline. C’était peut-être seulement la manière que son faible côté maternel se manifestait ?

Elle reprit un peu de son sérieux et demanda :

- Tu as de l’expérience avec les démons ? Je conçois que nous sommes dans le bas de leurs chaines alimentaires en retournant sur terre, mais… (Vivian se retourna, lève le bras de Dài et se blottie contre lui) … autre chose ? J’aime bien en suivre un, que j’ai connu de mon vivant. Ça va, on s’entend bien, mais, hum… un conseil ? Tu es tellement vieux, tu dois en avoir fréquenté certains, non ?










In the end As my soul's laid to rest What is left of my body Or am I just a shell? And I have fought And with flesh and blood I commanded an army Through it all I have given my heart for a moment of glory
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
I bet you're expecting to hear a joke about ghosts, right ? THAT'S THE SPIRIT
avatar
Dàibhidh MacTavish
❝ I bet you're expecting to hear a joke about ghosts, right ? THAT'S THE SPIRIT ❞
Messages : 384
Points : 1286
Date d'inscription : 05/01/2017
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le Lun 20 Mar - 22:57.

Vide ton esprit de toi-même
Dàibhidh ξ Vivian

« Dis donc ! Qu’est-ce que tu es confiant en tes capacités ! Aurais-tu eu la chance de valider mes propos avec une autre ? »

Le revenant ne répondit qu’avec un sourire amusé, laissant son regard vagabonder sur le corps nu de sa compagne. Il aurait parfaitement pu la détromper. Après tout, ils ne s’étaient jamais juré fidélité. Mais la vérité, c’était que Dàibhidh sélectionnait la grande majorité du temps ses maîtresses sur le volet. Habitué à ce que personne ne puisse l’atteindre, il s’assurait de le rester en minimisant ses fréquentations spectrales au minimum. Alors, de là à partager son lit sous sa forme désincarnée, avec qui que se soit… Il préféra donc opter pour la solution la plus simple et garder le silence, ne répondant à sa pique qu’avec un sourire mutin et un haussement de sourcil amusé.

Il ne manqua en revanche pas l’air de la belle quand il lui raconta finalement ses derniers déboires. Il savait pertinemment qu’il ne couperait pas aux longues explications de rigueur, mais faire mariner sa partenaire était toujours amusant.

« Un peu partout. Je suis allée écouter aux portes, déranger quelques personnes. J’ai fait chier dans son froc deux adolescentes qui jouaient à ouija. Ça fait un bail que je n’avais pas autant ri.
-Oh les adolescent qui jouent à ouija, se sont mes préférés.
-Alors, tu lui as annoncé comment ? Tu es apparu dans son appartement et tu lui as fait le grand jeu « Edwin, je suis ton père. » ? Le genre de truc qui ferait flipper n’importe quel « Luke » de ce monde ?  »

Un ricanement coula avec facilité hors des lèvres du spectre à l’évocation de cette image mentale particulière. Il aurait peut-être du arranger les choses de cette façons oui, mais il avait toujours un mal de chien à s’acclimater à la culture moderne. Naturellement, avec tout le temps qu’il avait, il avait largement suivit l’évolution du monde et de la pop culture, mais avait toujours été plus ou moins réticent à l’idée de s’y plonger pleinement. Les valeurs étaient juste trop différentes de celles qu’il avait connu de son vivant, quand bien même elles n’avaient jamais régies sa non-vie.

« Je jouais avec lui, comme d’habitude puis les choses ont déparés. Il m’a menacé de me faire exorcisé, j’ai mentionné Juliet et bien sur il a reconnu le prénom de sa chère mère. T’aurais du voir sa tronche. J’ai pas pu résister, j’étais obligé de continuer ne fut ce que pour voir ça. Pour tout dire, j’ai juste eu besoin de dire que je me l’étais tapé et il a fait la connexion tout seul, c’est qu’il est pas entièrement con non plus le sale gamin. »

Malgré tout, l’écossais se renfrogna quelque peu. Il n’aimait pas parler de Juliet. Quand bien même était-il parvenu à se convaincre lui-même que toute cette histoire n’avait pas d’importance, il avait tout de même la sale manie de détourner la conversation quand je sujet arrivait. N’importe qui n’y aurait probablement vu que du dédain, mais Vivian le connaissait probablement suffisamment que pour voir parfaitement clair dans son petit jeu. C’est pour cette raison qu’il lui fut reconnaissante d’embrayer sur autre chose.

« Tu as de l’expérience avec les démons ? Je conçois que nous sommes dans le bas de leurs chaines alimentaires en retournant sur terre, mais… autre chose ? J’aime bien en suivre un, que j’ai connu de mon vivant. Ça va, on s’entend bien, mais, hum… un conseil ? Tu es tellement vieux, tu dois en avoir fréquenté certains, non ?  »

D’instinct, le revenant serra la blonde contre lui, réprimant le frisson qui l’accompagnait toujours quand d’aventure, il venait à entrer en contact physique avec un autre spectre.

« Mmh… Sois très prudente. Il n’y a pas grand chose qu’on puisse faire pour se protéger d’eux. Sans parler du fait qu’ils sont capable de nous toucher. Ils n’aiment pas le fer et sont aussi sensible à l’eau bénite. Rien qu’on ne puisse vraiment utiliser nous même comme arme en cas de besoin. Si tu continue à traîner avec ce type, assure toi de rester suffisamment à distance que pour pouvoir disparaître avant qu’il ne puisse tenter quoi que se soit. Mais eh, si t’arrive à ouvrir le dialogue avec l’un d’entre eux et à le convaincre que c’est plus marrant de te laisser en vie que de te bouffer, se sont des gars amusants. Ça me fait penser qu’il faut que je demande un service à celui avec qui je traîne de temps à autre… »



DEATH, UH ?
THAT'S FOR LOOSERS


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
Nothing's more bitter than a Poltergeist
avatar
Vivian Owen
❝ Nothing's more bitter than a Poltergeist ❞
Messages : 160
Points : 1906
Date d'inscription : 20/02/2017
❝ Info + ❞

Feuille de personnage
Relations:
Song of the day: Teen Idle - Marina and the Diamonds.
❝ Administrer le post ❞
Posté le Dim 2 Avr - 12:50.

Dàibhidh & Vivian


« Vide ton esprit de toi-même »



   
Vous ne pourrez jamais effacer de la mémoire de Viviane ces années de travail comme prostituée de luxe puis comme proxénète. Les réflexes durement ancrés dans son quotidien et les attentes simples d’une femme qui vend ses charmes ou celui des autres étaient un combo qui la fit apprécier le ricanement de son acolyte décédé. Il était détendu, posé et cet échange d’énergie ectoplasmique et le touché qu’eux seuls pouvaient ressentir avait fait son effet.

Bien calé contre lui, elle fit jouer de ses doigts sur son torse et poussa un petit soupir satisfait en ajoutant :

- C’est trop facile de jouer avec ces gamins qui se prennent au sérieux avec leur planche de pacotille. S’il savait que ça ne fonctionne majoritairement pas parce qu’on les trouve trop stupides…

Avec un intérêt qu’elle dissimula dans le mouvement de sa main sur la peau inexistante de son mentor, elle écouta le compte rendu laconique de celui-ci avec sa descendance vindicative à souhait. Elle savait que d’en parler ça le faisait chier et de voir qu’il n’arrivait pas à grand chose avec le dernier né de sa ligné devait le frustrer. Par contre, c’était clair qu’il manquait un peu de tact, ou d’idée pour une approche moins « dans ta gueule ». Suffisait pas juste de faire le fantôme autour de quelqu’un pour qu’il soit soudainement apte à vous écouter.

Doucement, Viviane se dégage de son amant et se relève sur un coude, son visage au dessus du sien. Elle en profite pour lui voler un baiser lent et savoureux puis, d’un claquement de langue, propose :

- Tu  sais, je peux aller lui parler. Tenter une autre approche.  Pas que j’ai une envie de me méler de ce qui me regarde pas mais, entre toi et moi, je n’ai définitivement pas beaucoup de chose à faire d’autre que de te donner un coup de main.

Elle repoussa ses cheveux derrière une oreille, se mordit la lèvre un bref instant et murmura :

- Je te dois bien ça, après tout ce que tu as fais pour moi.

Il avait été là pour elle dès son retour sur terre. Il lui avait tout apprit, l’avait pris sous son aile et c’était assurée qu’elle ne finisse pas comme une vulgaire âme en peine à errer sur la planète sans en profiter. Elle lui devait tant et parfois, s’inquiétait de savoir comment elle pourrait le lui rendre de son… enfin, de sa mort.

Sa proposition faites, elle écouta ses conseils sur les démons. Viviane leva les épaules, comme si cela ne la concernait pas. Bastian et elle avait les même goût pour le jeu, elle s’imaginait mal qu’il essai de profiter de cela, surtout qu’ils s’étaient connu il y a longtemps. Par contre, elle ne fréquentait pas vraiment les autres démons : être dans le bas de leur échelle alimentaire n’en faisait pas un cercle particulièrement amical à entretenir.

Le corps nue de Viviane ondula un instant pendant au moment ou elle étira ses muscles comme un chat. Inutile mais geste agréable, elle retourna son attention sur Dai. Elle l’observa un instant, avec son regard bleu et froid, puis profita de se moment seuls et intime pour lui demander :

- Pour n’a tu jamais choisi un camps ?  Daemonis Arcana ou l’audito Mortis, n’as tu jamais été tenté ?  






In the end As my soul's laid to rest What is left of my body Or am I just a shell? And I have fought And with flesh and blood I commanded an army Through it all I have given my heart for a moment of glory
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contacter le joueur ❞
❝ Info + ❞
❝ Administrer le post ❞
Posté le .
Revenir en haut Aller en bas
 

« Vide ton esprit de toi-même » - Vivian ft  Dàibhidh 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» N°1 - Episode : "je te vide ton frigo parce que je t'aime..."
» De l'utilisation des points de vide
» La Monade : ou comment se torturer l'esprit avec Leibniz
» « Comment en suis - je arrivé là ? » ; Esprit de la Nuit & Petite Utopie
» « Timide ne veut pas dire simple d'esprit. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
House Of Hell :: New Orleans :: West Quarter :: Habitations-
Les Petits Plus

Hommes VS Femmes
♀ : 21 vs ♂ : 21

Breaking News
les Démons sont désormés révélés ! l'Audito Mortis commence donc à rassembler ses troupes afin de contrer les forces démoniaques et élaborer une stratégie et réfléchissent à comment se venger de leurs pertes. Les sorciers ont trouvé une solution aux plaies envoyées par Dieu, celles-ci ne sont donc plus un souci pour la population!

Guerre des groupes
Démons: 223 points
Esprits: 123 points
Humains: 50 points
Médiums: 190 points
Possédés: 80 points
Sorciers: 125 points